aller au contenu|aller au menu principal|politique d'accessibilité

  • style par défaut de la page
  • visualiser cette page en noir sur blanc
  • visualiser cette page en blanc sur noir
  • Livres, Articles
  • M. Collins - Lumière
  • Livres, Notes Ⅰ-Ⅱ

imprimer cette pageenvoyer le lien vers cette page

"La Lumière sur le Sentier", Livres 1-2, Notes 1-2

Sommaire :

Livre 1 (↑ sommaire)

Ces règles sont écrites pour tous les disciples : applique-toi à les suivre.

Avant que les yeux puissent voir, ils doivent être incapables de pleurer. Avant que l'oreille puisse entendre, elle doit avoir perdu sa sensibilité. Avant que la voix puisse parler en la présence des Maîtres, elle doit avoir perdu le pouvoir de blesser. Avant que l'âme puisse se tenir debout en la présence des Maîtres, ses pieds doivent être lavés dans le sang du cœur.

  • 1. Tue l'ambition (1).
    N.B. Dans la règle 1, comme dans toutes les suivantes où est donné l'ordre de « tuer », l'auteur emploie l'expression kill out qui suggère de mener cette entreprise jusqu'au bout; on devrait dire : « Extermine l'ambition sans qu'il en reste rien. » (N.d.T.)

  • 2. Tue le désir de vivre.

  • 3. Tue le désir de bien-être et de réconfort.

  • 4. Travaille comme travaillent ceux qui sont ambitieux. Respecte la vie comme ceux qui la désirent. Sois heureux comme le sont ceux qui vivent pour le bonheur.

    Cherche dans le cœur la racine du mal, et extirpe-la. Elle vit, féconde, dans le cœur du disciple dévoué comme dans le cœur de l'homme de désir. Seuls les forts peuvent la tuer sans retour. Les faibles doivent attendre sa croissance, son épanouissement, sa mort. Et c'est une plante qui vit et se développe à travers les âges. Elle fleurit quand l'homme a accumulé sur lui-même d'innombrables existences. Celui qui veut entrer sur le sentier du pouvoir doit arracher cette chose de son cœur. C'est alors que le cœur saignera, et que la vie tout entière de l'homme semblera complètement dissoute. Cette épreuve doit être subie tôt ou tard; elle peut se présenter au premier degré de l'échelle périlleuse conduisant au sentier de la vie; elle peut aussi n'arriver qu'au dernier échelon. Mais, souviens-toi, ô disciple, qu'il te faudra l'endurer, et concentre toutes les énergies de ton âme sur cette tâche. Ne vis ni dans le présent ni dans l'avenir, mais dans l'éternel. Cette ivraie géante ne peut y fleurir, car cette souillure sur l'existence est effacée par l'atmosphère même de la pensée éternelle.

  • 5. Tue tout sentiment de séparativité (2)

  • 6. Tue le désir de sensation.

  • 7. Tue la soif de croissance.

  • 8. Pourtant, tiens-toi seul et isolé, car rien de ce qui a corps, rien de ce qui a conscience d'une séparation, rien de ce qui est hors de l'éternel ne peut t'aider. Apprends la leçon de la sensation et observe-la, car ce n'est qu'ainsi que tu pourras aborder la science de la soi-connaissance, et poser fermement le pied sur le premier degré de l'échelle. Croîs comme croît la fleur, inconsciente, mais ardemment désireuse d'ouvrir son âme à l'air. C'est ainsi que tu dois te hâter d'ouvrir ton âme à l'éternel. Mais ce doit être l'éternel qui fait sortir au jour ta force et ta beauté, et non le désir de croître. Car, dans un cas, tu t'épanouis dans la luxuriance de la pureté, dans l'autre, tu t'endurcis par le désir passionné d'atteindre de force une stature personnelle.

  • 9. Ne désire que ce qui est en toi.

  • 10. Ne désire que ce qui est au delà de toi.

  • 11. Ne désire que ce qui est inaccessible.

  • 12. Car en toi est la lumière du monde — la seule lumière qui puisse être répandue sur le Sentier. Si tu es incapable de la percevoir en toi, il est inutile de la chercher ailleurs. Elle est au delà de toi, car, lorsque tu l'atteins, tu as perdu ton soi. Elle est inaccessible, parce qu'elle recule à jamais. Tu entreras dans la lumière, mais jamais tu ne toucheras la flamme.

  • 13. Désire le pouvoir avec ardeur.

  • 14. Désire la paix avec ferveur.

  • 15. Désire les possessions par-dessus tout.

  • 16. Mais ces possessions doivent appartenir uniquement à l'âme pure, et en conséquence à toutes les âmes pures d'une façon égale, et par leur réunion devenir uniquement la propriété spéciale du tout. Aspire ardemment aux possessions que seule peut détenir l'âme pure, avant d'être en mesure d'accumuler des richesses pour cet esprit collectif de vie qui est ton seul soi véritable. La paix que tu désireras est cette paix sacrée que rien ne peut troubler, et dans laquelle l'âme croît comme croît la fleur sainte sur les lagunes silencieuses. Et le pouvoir que convoitera le disciple est celui qui le fera paraître comme rien aux yeux des hommes.

  • 17. Cherche la voie (3).

  • 18. Cherche la voie en te retirant au-dedans.

  • 19. Cherche la voie en avançant hardiment au-dehors.

  • 20. Ne la cherche pas par une seule route. Pour chaque tempérament existe un chemin qui semble plus désirable qu'un autre. Mais la voie ne peut être trouvée par la dévotion seule, ni par la contemplation religieuse seule, ni par le progrès ardent, ni par le sacrifice de soi dans le travail, ni par l'observation studieuse de la vie. Aucun de ces chemins ne peut à lui seul faire franchir au disciple plus d'un degré. Tous les degrés sont nécessaires pour constituer l'échelle. Les vices des hommes deviennent, un à un, des degrés de l'échelle, à mesure qu'ils sont surmontés. Les vertus de l'homme sont elles aussi des échelons nécessaires, dont on ne saurait en aucune façon se passer. Pourtant, bien qu'elles créent une atmosphère agréable et un avenir heureux, elles sont inutiles si elles existent seules. La nature tout entière de l'homme doit être sagement mise à profit par celui qui veut entrer sur la voie. Chaque homme est à lui-même, d'une façon absolue, la voie, la vérité et la vie. Mais il n'est cela que lorsqu'il saisit fermement toute son individualité et que, par la force de sa volonté spirituelle éveillée, il réalise que cette individualité n'est pas lui-même, mais une chose qu'il a créée avec peine pour son propre usage, et grâce à laquelle il se propose, à mesure que sa croissance développe lentement son intelligence, d'atteindre à la vie qui transcende l'individualité. Quand il sait que c'est pour cela qu'existe sa vie séparée, merveilleuse et complexe, alors vraiment, et alors seulement, il se trouve sur la voie. Cherche-la en plongeant dans les profondeurs mystérieuses et glorieuses de ton être le plus intime. Cherche-la en éprouvant toute expérience, en faisant usage des sens afin de comprendre la croissance et la signification de l'individualité, ainsi que la beauté ou l'obscurité des autres fragments divins qui luttent à tes côtés, et forment la race à laquelle tu appartiens. Cherche-la en étudiant les lois de l'être, les lois de la nature, les lois du surnaturel; et cherche-la par la soumission profonde de ton âme à la faible étoile qui brille en toi. Peu à peu, tandis que tu veilleras dans une ardente contemplation, sa lumière deviendra plus vive. Alors tu pourras apprendre que tu as trouvé le commencement de la voie. Et quand tu en auras trouvé la fin, sa lumière deviendra soudain la lumière infinie (4).

  • 21. Attends-toi à ce que la fleur s'épanouisse dans le silence qui suit la tempête — pas avant.

    La plante grandira, donnera des pousses, produira des branches et des feuilles, et formera des bourgeons pendant tout le temps que durera la tempête et que se poursuivra la bataille. Mais la fleur ne pourra s'ouvrir avant que la personnalité entière de l'homme ne soit dissoute et anéantie — pas avant qu'elle ne soit considérée, par le fragment divin qui l'a créée, simplement comme une sérieuse occasion d'expériences à mener et d'épreuves à vivre — pas avant que la nature entière ne se soit pliée et n'ait été assujettie à son soi supérieur. Alors un calme viendra, comme il arrive en pays tropical après une forte averse, où la nature travaille si rapidement qu'on peut la voir à l'œuvre. C'est un calme semblable qui descendra sur l'esprit harassé. Et dans le profond silence se produira l'événement mystérieux qui prouvera que la voie a été trouvée. Appelle-le du nom que tu voudras : c'est une voix qui parle là où il n'y a personne pour parler, c'est un messager qui vient, un messager sans forme ni substance; ou bien c'est la fleur de l'âme qui s'est ouverte. Nulle métaphore ne peut décrire cet événement. Mais on peut aspirer à le vivre, le rechercher et le désirer, même au plus fort de l'orage. Le silence pourra durer un moment fugitif, comme un millier d'années. Mais il aura une fin. Cependant, tu emporteras sa force avec toi. Mainte et mainte fois, la bataille doit être livrée et gagnée. La nature ne peut rester immobile qu'un instant (5).

    Les règles retracées ici sont les premières de celles qui sont inscrites sur les murs de la Salle d'Apprentissage. Ceux qui demandent recevront. Ceux qui désirent lire liront. Ceux qui désirent apprendre apprendront.

LA PAIX SOIT AVEC VOUS

Δ

Livre 2 (↑ sommaire)

Du fond du silence, qui est la paix, s'élèvera une voix vibrante. Et cette voix dira : " Ce n'est pas suffisant, tu as moissonné, maintenant tu dois semer ". Et sachant que cette voix est le silence lui-même, tu obéiras.

Toi qui es maintenant un disciple, capable de te tenir debout, capable d'entendre, de voir et de parler, toi qui as vaincu le désir et atteint à la connaissance du soi; toi qui as vu ton âme dans sa fleur et l'as reconnue, et qui as entendu la voix du silence, va dans la Salle d'Apprentissage et lis ce qui y est écrit pour toi (6).

  • 1. Tiens-toi à l'écart dans la bataille prochaine et, tout en combattant, ne sois pas le guerrier.

  • 2. Cherche le guerrier et laisse-le combattre en toi.

  • 3. Prends ses ordres pour la bataille et suis-les.

  • 4. Ne lui obéis pas comme s'il était un général, mais comme s'il était toi-même, et comme si ses paroles étaient l'expression de tes désirs secrets; car il est toi-même, quoique infiniment plus sage et plus fort que toi. Cherche-le de peur que dans la fièvre et la précipitation du combat tu passes sans le voir; et il ne te reconnaîtra pas à moins que tu ne le connaisses. Si ton cri arrive jusqu'à son oreille attentive, il luttera en toi et remplira le morne vide intérieur. Et s'il en est ainsi tu pourras traverser la bataille, calme et infatigable, en te tenant à distance, et en le laissant combattre pour toi. Alors il te sera impossible de frapper un seul coup à faux. Mais si tu ne le cherches pas, si tu passes sans le remarquer, il n'y aura plus de sauvegarde pour toi. Ton cerveau sera pris de vertige et ton cœur perdra son assurance, dans la poussière du champ de bataille ta vue et tes sens se troubleront, et tu ne reconnaîtras plus tes amis de tes ennemis.

    Il est toi-même, bien que tu sois fini et sujet à erreur. Lui est éternel et sûr. Il est l'éternelle vérité. Une fois qu'il aura pénétré en toi et sera devenu ton guerrier, il ne t'abandonnera plus jamais complètement et, au jour de la grande paix, il deviendra un avec toi.

  • 5. Écoute le chant de la vie (7).

  • 6. Conserve en ta mémoire la mélodie que tu entends.

  • 7. Apprends d'elle la leçon d'harmonie.

  • 8. Tu peux te tenir droit maintenant, ferme comme un roc au milieu du tumulte, obéissant au guerrier qui est toi-même et ton roi. Sans autre préoccupation dans la bataille que d'accomplir sa volonté, libéré de toute inquiétude quant au résultat du combat — car une seule chose importe : c'est que le guerrier triomphe, et tu sais qu'il est incapable d'une défaite — en te tenant ainsi, calme et éveillé, fais usage de la faculté d'entendre que tu as acquise par la souffrance, et par la destruction de la souffrance. Seuls des fragments du grand chant viendront jusqu'à ton oreille, tant que tu ne seras encore qu'un homme. Mais si tu l'écoutes, souviens-toi fidèlement de ce chant, afin que rien de ce qui t'en parvient ne se perde, et efforce-toi d'en apprendre le sens du mystère qui t'environne. Avec le temps, tu n'auras plus besoin d'instructeur. Car de même que l'individu possède une voix, de même en possède une ce en quoi existe l'individu. La vie elle-même a son langage, et n'est jamais silencieuse. Et elle ne s'exprime pas, comme toi qui es sourd pourrais le supposer, par un cri : elle est un chant. Apprends de lui que tu es une partie de l'harmonie; apprends de lui à obéir aux lois de l'harmonie.

  • 9. Observe avec attention toute la vie qui t’environne.

  • 10. Apprends à regarder avec intelligence dans le cœur des hommes (8).

  • 11. Avec la plus grande attention, observe ton propre coeur.

  • 12. Car c'est par la voie de ton coeur que doit venir la seule lumière qui puisse illuminer la vie et la rendre claire à tes yeux.

    Étudie le coeur des hommes afin de savoir ce qu'est ce monde dans lequel tu vis, et dont tu veux être une partie. Observe la vie sans cesse changeante et mouvante qui t'entoure, car elle est formée par le coeur des hommes: à mesure que tu apprendras à en comprendre la constitution et la signification, tu deviendras graduellement capable de déchiffrer le sens plus large de la vie.

  • 13. La parole ne vient qu'avec la connaissance. Atteins à la connaissance et tu atteindras à la parole (9).

  • 14. Maintenant que tu as obtenu l'usage des sens internes, que tu as vaincu les désirs des sens externes, ainsi que les désirs de l'âme individuelle, et que tu as acquis la connaissance, maintenant prépare-toi, ô disciple, à entrer véritablement dans la voie. Le sentier est trouvé: tiens-toi prêt à le suivre.

  • 15. Demande à la terre, à l'air et à l'eau, les secrets qu'ils détiennent pour toi. Le développement de tes sens internes te permettra de le faire.

  • 16. Demande aux saints êtres de la terre les secrets qu'ils détiennent pour toi. La maîtrise des désirs des sens externes te donnera le droit de le faire.

  • 17. Demande au plus intime de ton être, à l'unique, le secret final qu'il détient pour toi à travers les âges.

    La grande et difficile victoire — le triomphe sur les désirs de l'âme individuelle — est une tâche dont la réalisation demande des âges : aussi ne t'attends pas à en obtenir la récompense avant que des âges d'expérience se soient écoulés. Quand est venu le moment d'apprendre cette dix-septième règle, l'homme est sur le point de devenir plus qu'un homme.

  • 18. La connaissance qui est tienne maintenant l'est uniquement parce que ton âme s'est unie à toutes les âmes pures et à l'être le plus intime. C'est un dépôt qui t'est confié par le Très-Haut. Trahis-le, mésuse de ta connaissance ou néglige-la, et tu pourras encore, même maintenant, déchoir du rang élevé que tu as atteint. Il arrive que, même parvenus au seuil, de grands êtres retombent, incapables de supporter le poids de leur responsabilité, incapables d'aller plus loin. Par conséquent, songe toujours avec crainte et en tremblant à ce grand moment qui viendra, et sois prêt pour la bataille.

  • 19. Il est écrit que, pour celui qui se tient au seuil de la divinité, aucune loi ne peut être formulée, aucun guide ne peut exister. Cependant, pour éclairer le disciple, le sens du combat final peut s'exprimer ainsi :
    Attache-toi fermement à ce qui n'a ni substance, ni existence.

  • 20. Prête l'oreille uniquement à la voix qui n'a pas de son.

  • 21. Fixe ton regard uniquement sur ce qui est invisible au sens interne comme au sens externe.

LA PAIX SOIT AVEC VOUS

Δ

Notes (↑ sommaire)

  • (1) L'AMBITION est le premier des fléaux; le grand tentateur de l'homme qui s'élève au-dessus de ses semblables. C’est la forme la plus simple de recherche de la récompense. Par elle, les hommes qui ont intelligence et pouvoir sont continuellement détournés de leurs possibilités les plus hautes. Cependant, c'est un instructeur nécessaire. Ses fruits finissent par tomber en poussière et en cendres : comme la mort et l'isolement à l'écart des autres, elle montre finalement à l'homme que travailler pour soi c'est aller vers le désappointement. Mais bien que cette première règle semble si simple et si facile, ne passe pas trop vite à la suivante. Car les vices de l'homme ordinaire subissent une transformation subtile, et réapparaissent sous un aspect différent dans le cœur du disciple. Il est facile de déclarer : " Je ne serai pas ambitieux " , il n'est pas aussi aisé de dire : " Quand le Maître lira dans mon cœur, il le trouvera dépourvu de toute souillure. " Le pur artiste, qui travaille pour l'amour de son œuvre, est parfois plus fermement engagé sur la bonne voie que l'Occultiste qui s'imagine avoir détourné son intérêt du soi, mais qui, en réalité, n'a fait qu'agrandir les limites de l'expérience et du désir, et reporter son intérêt sur les choses qui concernent le cercle plus large de sa vie. Le même principe s'applique aux deux autres règles d'apparence aussi simple. Attarde-toi sur elles, et ne te laisse pas aisément tromper par ton propre cœur. Car maintenant, sur le seuil, une erreur peut se corriger. Mais si tu l'emportes avec toi, elle grandira jusqu'à porter des fruits, ou bien il te faudra souffrir amèrement pour la détruire.

  • (2) Ne t'imagine pas que tu puisses te tenir à l'écart du méchant ou de l'insensé. Ils sont toi-même, bien qu'à un degré moindre que ton ami ou ton Maître. Mais si tu laisses croître en toi-même l'idée de séparativité entre toi et une chose ou une personne mauvaise quelconque, tu crées de la sorte du karma qui te liera à cette chose, ou à cette personne, aussi longtemps que ton âme n'aura pas reconnu qu'elle ne peut s'isoler. Souviens-toi que le péché et l'opprobre du monde sont ton péché et ton opprobre, car tu es une partie de ce monde; ton karma est inextricablement mêlé au tissu du grand karma. Et avant de pouvoir atteindre à la connaissance, tu auras dû passer par tous les lieux, de souillure comme de pureté. Souviens-toi donc que le vêtement sali dont le contact te répugne peut t'avoir appartenu hier, pourra être le tien demain. Et si tu t'en détournes avec horreur, il s'attachera d'autant plus étroitement à toi lorsqu'il sera jeté sur tes épaules. L'homme qui s'enorgueillit de sa droiture se prépare un lit de fange. Abstiens-toi parce qu'il est bon de s'abstenir, et non dans le but personnel de rester pur.

  • (3) Ces trois mots sembleront peut-être trop superficiels pour former une règle à eux seuls. Le disciple pourra dire : " Me soucierais-je d'étudier ces pensées si je ne cherchais pas la voie ? " Pourtant, ne passe pas trop rapidement. Arrête-toi et réfléchis un moment. Est-ce bien la voie que tu désires, ou n'y aurait-il pas dans tes visions une vague perspective de grandes hauteurs que tu te verrais escalader, d'un grand avenir que tu réaliserais ? Sois prévenu. La voie doit être recherchée pour elle-même, et non par égard à tes pieds qui devront la parcourir.

    Il y a une correspondance entre cette règle et la dix-septième de la seconde série. Quand, après des âges de luttes et maintes victoires, la bataille finale est gagnée, le secret final demandé, tu es prêt alors à suivre un nouveau sentier. Quand le secret final de cette grande leçon a été révélé, en lui s'ouvre le mystère de la voie nouvelle — une voie qui conduit au-delà de toute expérience humaine, et qui dépasse complètement la perception ou l'imagination de l'homme. À chacun de ces points cruciaux, il est nécessaire de s'arrêter longuement et de bien réfléchir. À chacune de ces étapes, il est indispensable de s'assurer que la voie est bien choisie pour elle-même. La voie et la vérité viennent en premier lieu, la vie vient ensuite.

  • (4) Cherche-la en éprouvant toute expérience, et rappelle-toi qu'en disant cela je n'ai pas dit : " Cède aux séductions des sens afin de les connaître ". Avant d'être devenu un Occultiste, tu peux agir ainsi, mais non après. Une fois que tu as choisi le sentier et que tu y es entré, tu ne peux plus céder sans honte à de telles séductions. Tu peux cependant les ressentir sans horreur; tu peux les peser, les observer, et les éprouver, en attendant avec la patience qu'inspire la confiance le moment où elles ne t'affecteront plus. Mais ne condamne pas l'homme qui y succombe; tends-lui la main comme à un frère-pèlerin dont les pieds se sont alourdis par la fange. Souviens-toi, ô disciple que, même si le gouffre peut être grand entre l'homme de vertu et le pécheur, il est plus grand entre l'homme de vertu et celui qui a atteint la connaissance ; et qu'il est incommensurable entre cet homme de vertu et celui qui se tient au seuil de la divinité. C’est pourquoi prends garde de ne pas te considérer trop vite comme une créature séparée de la masse. Quand tu auras trouvé le commencement de la voie, l'étoile de ton âme fera voir sa lumière; et, à cette lumière, tu te rendras compte à quel point est grande l'obscurité dans laquelle elle luit. Mental, cœur, cerveau, tout est obscurité et ténèbres, jusqu'au jour où la première grande bataille a été gagnée. Ne sois pas épouvanté et terrifié à cette vue; garde les yeux fixés sur la petite lumière, et elle grandira. Mais que ces ténèbres en toi-même t'aident à comprendre la détresse de ceux qui n'ont perçu aucune lumière, et dont l'âme se trouve dans de sombres profondeurs. Ne les blâme pas — ne te détourne pas d'eux, mais essaie de soulever un peu le lourd karma du monde; donne ton aide aux quelques fortes mains qui empêchent les pouvoirs des ténèbres de remporter une victoire complète. Tu entreras de la sorte dans une association dont les partenaires ont la joie en partage, et qui apporte assurément un terrible labeur et une profonde tristesse, mais aussi une grande félicité sans cesse croissante.

  • (5) L'éclosion de la fleur est le moment glorieux où la perception s'éveille : avec elle viennent la confiance, la connaissance, la certitude. L'instant où l'âme demeure en suspens est l'instant d'étonnement, et le moment de satisfaction comblée qui y fait suite, c'est le silence.

    Sache, ô disciple, que ceux qui ont passé par le silence et ont connu sa paix, et conservé sa force, désirent ardemment que tu y passes aussi. C'est pourquoi, dans la Salle d'Apprentissage — lorsqu'il est capable d'y entrer — le disciple trouve toujours son Maître.

    Ceux qui demandent recevront. Mais, bien que l'homme ordinaire demande perpétuellement, sa voix reste sans réponse. Car il ne demande qu'avec son mental ; et la voix du mental ne se fait entendre que sur le plan où agit le mental. Aussi n'est-ce pas avant d'avoir énoncé les vingt-et-une premières règles que je dis : " Ceux qui demandent recevront ".

    Lire, dans le sens occulte, c'est lire avec les yeux de l'esprit. Demander, c'est ressentir la faim intérieure — le désir ardent de l'aspiration spirituelle. Être capable de lire signifie avoir obtenu, à un faible degré, le pouvoir d'assouvir cette faim. Quand le disciple est prêt à apprendre, alors il est accepté, admis, reconnu. Il doit en être ainsi, car il a allumé sa lampe, et elle ne peut être cachée. Mais il est impossible d'apprendre tant que la première grande bataille n'a pas été gagnée. Le mental peut reconnaître la vérité, mais l'esprit ne peut la recevoir. Une fois que le disciple a passé par la tempête et atteint à la paix, il lui est toujours possible d'apprendre, même s'il fléchit, hésite et se détourne. La voix du silence demeure en lui, et même s'il abandonne complètement le sentier, un jour viendra où elle résonnera en lui et le déchirera, et elle séparera ses passions de ses possibilités divines. Alors, douloureusement et plein des cris de désespoir du soi inférieur abandonné, il reviendra au sentier.

    C'est pourquoi je dis : " La Paix soit avec vous ". " Je vous donne ma paix " ne peut être dit que par le Maître à ses disciples bien-aimés, qui sont comme lui-même. Il y a de ces êtres (même parmi ceux qui ignorent la sagesse orientale) à qui on peut dire ces paroles et à qui on peut les dire chaque jour plus complètement.

    Δ   Considère les trois vérités (*). Elles sont égales.

    (*) À propos des " trois vérités " évoquées dans la Note 5.

    Selon toute probabilité, il s'agit des trois vérités formulées dans l'Idylle du Lotus Blanc [du même auteur - N.d.T.], au début du chapitre 8 (livre 2). Elles sont communiquées au néophyte, héros de l'histoire, avec cet avertissement :

    " Il y a trois vérités qui sont absolues et qui ne peuvent jamais être perdues, bien qu'elles puissent demeurer inexprimées faute de langage ".

    Comme le souligne Subba Row dans son commentaire, " ces vérités sont à la base de toute religion, aussi défigurée et déformée soit-elle par l'ignorance, la superstition et les préjugés ".

    Elles sont présentées ici dans ces simples mots :

    " L'âme de l'homme est immortelle, et les promesses de son avenir sont celles d'une chose dont le développement et la splendeur n'ont pas de limites.
    Le principe qui donne la vie réside en nous comme en dehors de nous, il est hors d'atteinte de la mort, et éternellement bienfaisant ; on ne saurait l'entendre, ni le voir, ni en sentir le parfum, mais il peut être perçu par l'homme qui désire cette perception.
    Chaque homme est à lui-même, d'une manière absolue, son propre législateur, le dispensateur de la gloire ou de l'obscurité qui lui revient, l'arbitre souverain de sa vie, de sa récompense et de son châtiment.
    Ces vérités — aussi grandes que la vie elle-même — sont aussi simples que le mental humain le plus simple. Fais-en la nourriture des affamés."

    Elle sont encore répétées, très succinctement, à la fin du même livre, comme pour en rappeler l'essentiel au lecteur.

  • (6) Être capable de se tenir debout veut dire avoir confiance; être capable d'entendre, c'est avoir ouvert les portes de l'âme; être capable de voir, c'est s'être ouvert à la perception; être capable de parler, c'est avoir atteint au pouvoir d'aider les autres ; avoir vaincu le désir, c'est avoir appris à utiliser et à maîtriser le soi; avoir atteint à la connaissance du soi, c'est s'être retiré dans la forteresse intérieure, d'où l'homme personnel peut être examiné avec impartialité; avoir vu son âme dans sa fleur, c'est avoir reçu une vision momentanée en soi-même de la transfiguration qui devra finalement faire de l'être plus qu'un homme ; reconnaître son âme, c'est accomplir la grande tâche de regarder en face la lumière éclatante sans baisser les yeux, ni reculer d'horreur comme devant quelque fantôme hideux. C'est ce qui arrive à certains, et, de la sorte, la victoire leur échappe alors qu'elle était presque gagnée ; entendre la voix du silence, c'est comprendre que les seules directives qui puissent vraiment servir de guide viennent de l'intérieur ; accéder à la Salle d'Apprentissage, c'est atteindre à l'état où l'instruction devient possible. Alors tu trouveras que beaucoup de paroles y seront écrites pour toi, écrites en caractères de feu qui te seront faciles à déchiffrer. Car lorsque le disciple est prêt, le Maître l'est aussi.

  • (7) Cherche-le et écoute-le, pour commencer, dans ton propre cœur. De prime abord, tu diras peut-être : " Il n'est pas là; quand je cherche, je ne trouve que dissonances ". Cherche plus profondément. Si de nouveau tes efforts sont déçus, réfléchis et cherche plus profondément encore. Il existe une mélodie naturelle, une source obscure dans tout cœur humain. Elle peut être recouverte, complètement cachée et réduite au silence — mais elle est là. À la base même de ta nature, tu trouveras la foi, l'espérance et l'amour. Celui qui choisit le mal refuse de regarder en lui-même, ferme l'oreille à la mélodie de son cœur, comme il s'aveugle à la lumière de son âme. Il agit ainsi parce qu'il trouve plus facile de vivre dans les désirs. Mais au-dessous de toute vie, coule le puissant courant qui ne peut être arrêté; les grandes eaux sont là, en vérité. Trouve-les et tu te rendras compte que tout être fait partie de ce courant, jusqu'à la plus misérable des créatures, même si elle ferme les yeux à cette réalité et en vient à se construire une forme apparente fantasmagorique d'horreur. C'est dans ce sens que je te dis : " Tous ces êtres parmi lesquels tu luttes sont des fragments du Divin. Et si trompeuse est l'illusion dans laquelle tu vis qu'il est difficile de deviner où tu commenceras à percevoir la douce voix dans le cœur des autres. Mais sache qu'elle existe certainement en toi-même. C'est donc là qu'il te faut la chercher: une fois que tu l'y auras entendue, tu la reconnaîtras plus aisément autour de toi ".

  • (8) D'un point de vue absolument impersonnel, sinon ta vision sera déformée. C'est pourquoi l'impersonnalité doit être d'abord comprise.

    L'intelligence est impartiale: aucun homme n'est ton ennemi, aucun homme n'est ton ami. Tous sont également tes instructeurs. Ton ennemi devient pour toi un mystère qu'il te faut élucider, même si cela te demande des âges car l'homme doit être compris. Ton ami devient une partie de toi-même, une extension de ton être, une énigme difficile à déchiffrer. Une seule chose est plus difficile encore à connaître: ton propre cœur. Et on ne peut commencer à découvrir le profond mystère du soi tant que les liens de la personnalité ne sont pas relâchés. Et tant que tu ne te dégageras pas de son influence, ce mystère ne se révèlera d'aucune manière à ton entendement. Alors, et alors seulement, tu pourras saisir ce soi dévoilé et le guider. Alors, et alors seulement, tu pourras faire usage de tous ses pouvoirs et les consacrer à un noble service.

  • (9) Il est impossible d'aider les autres tant que tu n'as pas acquis une mesure de certitude personnelle. Quand tu auras appris les vingt-et-une premières règles, et que tu seras entré dans la Salle d'Apprentissage, avec tes pouvoirs développés et tes sens libérés, tu découvriras qu'il existe en toi une source d'où jaillira la parole.

    Après la treizième règle, je ne puis rien ajouter en paroles à ce qui est déjà écrit. Je te donne ma paix. Δ

    Ces règles sont écrites uniquement pour ceux à qui je donne ma paix — ceux qui peuvent lire ce que j'ai écrit à l'aide du sens interne comme du sens externe.

haut de page

© 2009 - 2018 theosophie.fr - mentions légales - webmaster - Valid XHTML 1.0 Strict Valid CSS