aller au contenu|aller au menu principal|politique d'accessibilité

  • style par défaut de la page
  • visualiser cette page en noir sur blanc
  • visualiser cette page en blanc sur noir
  • Livres, Articles
  • W.Q. Judge - Bhagavad-Gîta
  • Perfections divines

imprimer cette pageenvoyer le lien vers cette page

"La Bhagavad-Gita", La consécration par les perfections divines universelles

Chapitre  10

KRISHNA :

[1] « Écoute encore, ô toi aux bras puissants, les paroles suprêmes que je prononcerai pour toi, le satisfait, car je suis très désireux de ton bonheur.

[2] « Ni l'assemblée des Dieux, ni les Rois-Adeptes ne connaissent mon origine, car je suis l'origine de tous les Dieux et de tous les Adeptes. [3] Quiconque me connaît comme le puissant Souverain de l'univers, sans naissance et sans commencement, celui-là parmi les hommes n'est pas égaré et sera libéré de tous ses péchés. [4] La perception subtile, la connaissance spirituelle, le jugement correct, la patience, la vérité, la maîtrise de soi, le plaisir et la douleur, la prospérité et l'adversité, la naissance et la mort, la peur et l'intrépidité, [5] la non-violence, l'égalité d'âme, la satisfaction, la domination du corps et du mental, la charité, le zèle, la gloire et l'ignominie, toutes ces dispositions variées des créatures procèdent de moi. [6] Ainsi jadis sont nés de mon mental les sept grands Sages et les quatre Manu qui participent de ma nature, et c'est d'eux qu'a surgi ce monde. [7] Celui qui connaît parfaitement ma permanence et ma faculté mystique arrive infailliblement à posséder une foi inébranlable. [8] Je suis l'origine de tout : toute chose procède de moi ; me sachant tel, les sages doués de sagesse spirituelle m'honorent ; [9] l'essence de leur cœur et de leurs pensées est en moi ; s'éclairant mutuellement et s'entretenant constamment de moi, ils sont parfaitement heureux et satisfaits. [10]   À ceux qui m'honorent avec amour et dévotion constante j'accorde cette consécration mentale par laquelle ils viennent jusqu'à moi. [11] Pour eux, mû de compassion et me tenant dans leur cœur, je détruis avec la lampe brillante du discernement spirituel les ténèbres qui proviennent de l'ignorance. »

ARJUNA :

[12] « Tu es Parabrahm (1), la -demeure suprême, la grande Purification ; tu es la Présence Éternelle, l'Être Divin, précédant tous les autres Dieux, saint, primordial, omniprésent, sans commencement ! [13] C'est ainsi que t'ont défini tous les Sages — Nârada, Asita, Dévala, Vyâsa — et voilà que maintenant tu le dis toi-même. [14] Je crois fermement, ô Keshava, à tout ce que tu me dis ; car ni les Dieux, ni les Démons ne comprennent tes manifestations. [15] Toi seul te connais par ton Soi, Esprit Suprême, Créateur et Maître de tout ce qui vit, Dieu des Dieux, et Seigneur de tout l'univers ! [16] Toi seul peux énoncer intégralement les pouvoirs divins dont tu as pénétré et continues de pénétrer ces mondes. [17] La pensée concentrée sur toi, comment pourrai-je te connaître, ô Seigneur mystérieux ? Sous quelles formes particulières méditerai-je sur toi ? [18] Ô Janardana — sollicité par les mortels — explique-moi donc en détail tes propres pouvoirs et formes de manifestations, car je ne suis jamais rassasié de boire l'eau vivifiante de tes paroles. »

KRISHNA :

[19] « Bénédictions sur toi (2), ô le meilleur des Kuru ! Je vais te révéler les principales d'entre mes manifestations divines, car l'étendue de ma nature est infinie.

[20] « Je suis l'Ego qui réside dans le cœur de tous les êtres ; je suis le commencement, le milieu et la fin de toutes les choses existantes. [21] Parmi les Aditya (3) je suis Vishnou, et le soleil parmi les corps lumineux. Je suis Marichi parmi les Marut (4) et la lune parmi les demeures célestes. [22] Parmi les Veda, je suis le Sâmaveda (5) et Indra (6) parmi les Dieux ; parmi les sens et les organes je suis le Manas (7), et des créatures je suis l'existence. [23] Je suis Shankara parmi les Rudra ; et Vittesha, le Seigneur des richesses, parmi les Yaksha (8) et les Rakshasa (9). Je suis Pavaka parmi les Vasu (10) et Meru (11) parmi les montagnes élancées vers les hauteurs sublimes. [24] Sache, ô fils de Prithâ, que je suis Brihaspati (12) le chef des instructeurs ; parmi les guides des armées célestes je suis Skanda, et parmi les flots je suis l'océan. [25] Parmi les Rois-Adeptes je suis Bhrigu ; des mots je suis la monosyllabe OM ; des cultes variés je suis la répétition silencieuse des textes sacrés, et parmi les choses immuables je suis l'Himâlaya. [26] De tous les arbres de la forêt je suis Ashvattha, l'arbre Pimpala ; et parmi les Sages du ciel, Nârada; parmi les Gandharva (13) je suis Chitraratha et Kapila parmi les Saints parfaits. [27] Sache que parmi les chevaux je suis Uchchaishravas surgi de l'océan avec l'Amrita ; parmi les éléphants je suis Airâvata et parmi les hommes leur souverain. [28] Des armes je suis la foudre ; des vaches je suis Kâmadhuk, la vache d'abondance ; des procréateurs le Dieu de l'amour, et des serpents (14) Vâsuki, leur chef. [29] Je suis Ananta parmi les Nâga (15), Varuna parmi les choses aquatiques ; Aryama parmi les ancêtres et Yama (16) parmi les juges. [30] Je suis Prahlâda parmi les Daitya, et parmi les computations le Temps même ; je suis le lion parmi les animaux et Garuda (17) parmi la tribu ailée. [31] Des purificateurs je suis Pavana, l'air, Râma parmi ceux qui portent les armes, Makara parmi les poissons, et le Gange parmi les fleuves. [32] Parmi tout ce qui est évolué, ô Arjuna, je suis le commencement, le milieu et la fin ; de toutes les Sciences je suis la connaissance d'Adhyâtma (18) et des sons articulés le langage humain. [33] Je suis la voyelle A parmi les lettres et des mots composés je suis le dvandva (19) ; je suis le temps infini lui-même et le Préservateur dont la face est tournée de tous côtés. [34] Je suis la mort qui dévore tout et la naissance des êtres futurs ; parmi les choses féminines je suis la renommée, la fortune, la parole, la mémoire, l'intelligence, la fermeté et la patience. [35] Parmi les hymnes du Sâmaveda je suis le Brihat Sâman, et la Gâyatrî parmi les mètres poétiques ; parmi les mois je suis le mois de Mârgashirsha (20) et des saisons le printemps, nommé Kusumâkara, l'époque des fleurs. [36] Parmi les choses trompeuses je suis le dé, et la splendeur elle-même parmi les choses splendides. Je suis la victoire, je suis la persévérance et la bonté des bons. [37] De la race de Vrishni je suis Vâsudeva; des Pândava je suis Arjuna, le conquérant de la fortune ; des saints parfaits je suis Vyâsa (21) et des prophètes voyants le barde Ushanas. [38] Parmi les choses qui maintiennent l'ordre, je suis la verge du châtiment, la conduite habile parmi ceux qui aspirent aux conquêtes, et parmi les sages au savoir secret, je suis leur silence. [39] Je suis, ô Arjuna, la semence de toutes les choses existantes, et il n'y a rien, tant animé qu'inanimé, qui soit exempt de moi. [40] Mes manifestations divines sont infinies, ô persécuteur de tes ennemis ; toutes celles que je viens de mentionner n'en sont que des exemples. [41] Sache que toute créature permanente, favorisée du sort ou puissante, est issue également d'une fraction de mon énergie. [42] Mais qu'as-tu à faire, ô Arjuna, de tant de connaissances ? J'ai établi cet univers entier avec une seule fraction de moi-même et je reste inchangé. »

Ainsi, dans l'UPANISHAD nommée la Sainte BHAGAVAD-GÎTÂ, dans la Science de l'Esprit Suprême, dans le livre de la Consécration, dans le colloque entre Krishna, le Saint Instructeur, et Arjuna, est exposé le dixième chapitre intitulé :

LA CONSÉCRATION
PAR LES PERFECTIONS DIVINES
UNIVERSELLES

Notes du chapitre 10

  • (l) Au-delà de Brahma.
  • (2) Dans le texte original, le premier mot de ce verset comporte une idée de bénédiction ; c'est une bénédiction que l'on traduit par « alors maintenant », mais, en anglais, ces mots n'impliquent aucun sens de bénédiction.
  • (3) Les douze Dieux solaires qui provoquent la conflagration universelle à l'heure cyclique de la dissolution par le feu.
  • (4) Les Dieux de l'air.
  • (5) En langage occidental, le Sâmaveda pourrait être considéré comme le Veda du chant, dans le sens le plus élevé de la puissance du chant. Beaucoup de nations considéraient le chant comme ayant le pouvoir de provoquer, même dans la matière brute, des modifications et des mouvements commandés par le son.
  • (6) « Vâsava » dans le texte, un des noms d'Indra.
  • (7) Le cœur ou le mental.
  • (8) Esprits de nature sensuelle.
  • (9) Une catégorie de mauvais esprits.
  • (10) Les Vasu sont parmi les êtres d'ordre supérieur créés les premiers.
  • (11) Le Pôle Nord d'après certains.
  • (12) Jupiter, l'instructeur des Deva.
  • (13) Armée céleste de chanteurs; une classe d'élémentaux.
  • (14) Serpents venimeux.
  • (15) Serpents non venimeux d'une espèce légendaire doués, dit-on, de parole et de sagesse.
  • (16) Le Juge des morts.
  • (17) L'oiseau de Vishnu : dans un sens ésotérique. le cycle entier du Manvantara.
  • (18) La connaissance spirituelle la plus élevée.
  • (19) Une forme sanskrite de mots composés qui préserve le sens des mots formant la composition.
  • (20) Le mois où les pluies régulières ont cessé et où la chaleur diminue.
  • (21) L'auteur du Mahâbhârata.

haut de page

© 2009 - 2017 theosophie.fr - mentions légales - webmaster - Valid XHTML 1.0 Strict Valid CSS