aller au contenu|aller au menu principal|politique d'accessibilité

  • style par défaut de la page
  • visualiser cette page en noir sur blanc
  • visualiser cette page en blanc sur noir
  • Livres, Articles
  • H.P.Blavatsky - Articles
  • La Doctrine Secrète 2

imprimer cette pageenvoyer le lien vers cette page

"Résumé" de La Doctrine Secrète (2), extrait du Livre 1

H.P. BLAVATSKY

" Résumé "
(extrait du Livre l)
de la DOCTRINE SECRÈTE
(Suite et Fin)

Cette Doctrine Secrète enseigne que l'Univers entier est gouverné par des Forces et des Pouvoirs de nature intelligente et semi-intelligente, comme nous l'avons dit dès le début. La théologie chrétienne admet et même impose une telle croyance, mais elle établit une division arbitraire, et, quand elle en parle, ce sont des " Anges " ou des " Démons " . La science en nie l'existence et tourne l'idée en ridicule. Les spirites croient aux Esprits des morts et, en dehors de ceux-ci, nient entièrement l'existence de toute autre classe ou espèce d'êtres invisibles. Les Occultistes et les kabbalistes sont donc les seuls à exposer rationnellement les traditions anciennes qui ont maintenant atteint l'apogée de la foi dogmatique d'une part, et de la dénégation non moins dogmatique d'autre part. Car la croyance et l'incroyance n'embrassent l'une et l'autre qu'un angle bien restreint des horizons infinis des manifestations spirituelles et physiques ; et, par suite, toutes deux ont raison de leur point de vue respectif, mais sont fausses lorsqu'elles croient pouvoir circonscrire la totalité dans leurs étroites limites spécifiques - car elles ne sauraient jamais y parvenir. Sous ce rapport, la science, la théologie, et même le spiritisme, ne montrent guère plus de sagesse que l'autruche qui enfouit sa tête dans le sable sous elle et se persuade ainsi qu'il ne peut rien exister au delà de son point d'observation et de l'aire limitée occupée par sa tête sans cervelle.

Comme les seuls ouvrages existant actuellement sur le sujet considéré, qui soient à la portée des profanes des races occidentales  " civilisées " , sont les Livres Hermétiques que nous venons de citer, ou plutôt les " Fragments Hermétiques " , nous pouvons les comparer ici avec les enseignements de la philosophie ésotérique. Citer d'autres ouvrages à ce propos se révélerait inutile, vu que le public ne connaît rien des traités chaldéens qui ont été traduits en arabe et sont conservés par quelques initiés soufis. C'est pourquoi, à des fins de comparaison, il faut se tourner vers les " Définitions d'Asklépios " (1) (telles qu'elles ont été récemment compilées et commentées par Dr A. Kingsford, [membre de la S.T.], dont certaines assertions s'accordent d'une façon remarquable avec la doctrine orientale ésotérique. Bien que plus d'un passage apparaisse fortement marqué par l'intervention ultérieure d'une main chrétienne, on peut dire, d'une façon générale, que les caractéristiques des genii (2) et des dieux sont celles qu'on trouve dans les enseignements orientaux, bien  que, concernant d'autres sujets, certains textes s'écartent largement de nos doctrines, dont voici un aperçu :

 

EXTRAITS D'UN COMMENTAIRE PRIVÉ (3),
précédemment tenu secret
(XVII) " L'Existence Initiale, à la première aurore du Mahâ-manvantara [après le MAHÂ-PRALAYA qui suit chaque Âge de Brahmâ], est une QUALITÉ SPIRITUELLE CONSCIENTE. Dans le MONDE manifesté (celui des systèmes solaires), elle apparaît, dans sa SUBJECTIVITÉ OBJECTIVE, comme une sorte de voile produit par un Souffle Divin au regard du voyant en état d'extase. En sortant de l'état LAYA (4), elle se répand à travers l'Infini comme un fluide spirituel incolore. Elle est le SEPTIÈME PLAN, et dans son SEPTIÈME ÉTAT, dans notre monde planétaire (5).
(XVIII) " Elle est Substance pour NOTRE vision spirituelle. Elle ne peut être appelée ainsi par les hommes dans leur ÉTAT DE VEILLE, c'est pourquoi ils l'ont nommée, dans leur ignorance, " Dieu-Esprit " .
(XIX) " Elle existe partout et forme le premier UPÂDHI [fondement] sur lequel est construit notre Monde [le système solaire]. En dehors de ce dernier, on ne peut la trouver, dans sa pureté primitive, qu'entre (les systèmes solaires, ou) les Étoiles de l'Univers, les mondes déjà formés ou en voie de formation ; ceux qui se trouvent dans l'état LAYA restant, dans l'ensemble, en repos dans son sein. Comme sa substance est d'une espèce différente de celle qui est connue sur la terre, les habitants de cette dernière, en voyant À TRAVERS ELLE, se figurent, dans leur illusion et leur ignorance, que c'est de l'espace vide. Il n'y a pas, dans tout l'[Univers] Illimité, l'épaisseur d'un doigt [ANGULA (6)] d'Espace vide [...].
(XX) " La Matière, ou la Substance, est septuple dans les limites de notre Monde, comme elle l'est aussi au delà. En outre, chacun de ses états, ou principes, est gradué en sept degrés de densité. SÛRYA [le Soleil], dans sa réflexion visible, présente le premier état (ou le moins élevé) du septième degré, l'état le plus élevé de la PRÉSENCE Universelle, le pur parmi les purs. le premier Souffle manifesté du SAT [Être-té] à jamais Non Manifesté. Tous les Soleils centraux physiques, ou objectifs, forment dans leur substance l'état le plus bas du premier principe du SOUFFLE. Et ces soleils ne sont autre chose que les RÉFLEXIONS de leurs PRIMAIRES qui sont cachés à la vue de tous, sauf des Dhyân-Chohan, dont la Substance corporelle appartient à la cinquième division du septième Principe de la Substance-mère et est, en conséquence, de quatre degrés plus élevé que la substance solaire réfléchie. Tout comme il y a sept dhâtu [substances principales constituantes du corps humain], de même il y a sept Forces dans l'Homme et dans toute la Nature.
(XXI) " La substance réelle du [Soleil] caché est un noyau de Substance-mère (7). C'est le cœur et la matrice de toutes les Forces vivantes et existantes de notre univers solaire. C'est le Noyau d'où sortent, pour s'épandre dans leurs voyages cycliques, tous les Pouvoirs qui mettent en action les atomes, dans leur tâches fonctionnelles, et c'est le foyer dans lequel ils reviennent se réunir dans leur SEPTIÈME ESSENCE tous les onze ans. Si quelqu'un t'affirme qu'il a vu le soleil, ris de lui (8) comme s'il t'avait assuré que le soleil se déplaçait réellement sur son orbite journalière [...].
(XXIII) C'est à cause de sa nature septuple que les Anciens ont parlé du Soleil comme étant conduit par sept chevaux, assimilés aux mètres prosodiques des Véda; ou encore que, tout en l'identifiant aux SEPT Gana [classes d'êtres] présents dans son orbe, ils l'ont déclaré distinct d'eux (9) (comme il l'est en vérité), et aussi possesseur de SEPT RAYONS, ce qui est vrai [...].
(XXV) Les Sept Êtres dans le Soleil sont les Sept Sacrés, auto-générés, nés du pouvoir inhérent à la matrice de la Substance-mère. Ce sont eux qui émettront les Sept Forces Principales (appelées, rayons) qui, au début du pralaya, se centreront en sept nouveaux Soleils en vue du prochain manvantara. L'énergie d'où jaillissent ces Êtres à l'existence consciente, dans chaque Soleil, est ce que certains appellent Vishnu [voir la note ci-dessous], qui est le Souffle de l'ABSOLUITÉ.

Nous l'appelons la Vie Une manifestée - qui est elle-même un reflet de l'Absolu...
(XXVI) Ce qui précède ne doit jamais être mentionné par la parole ou le discours, DE PEUR QUE NOUS SOIT RETRANCHÉE UNE PARTIE DE NOS ÉNERGIES SPIRITUELLES QUI ASPIRENT à SON état en gravitant toujours vers CELA spirituellement, comme l'Univers physique tout entier gravite vers SON centre manifesté - cosmiquement.
(XXVII) La première - l'existence Initiale - qu'on peut appeler, pendant qu'elle est dans cet état d'existence, la VIE UNE, est, selon l'explication donnée plus haut, comme une sorte de VOILE déployé pour des fins créatrices et formatrices. Elle se manifeste en sept états qui, avec leurs subdivisions septuples constituent les QUARANTE-NEUF Feux mentionnés dans les Livres sacrés (10) [...].
(XXIX) La première est la... " Mère " (prima MATERIA). Se séparant en ses sept états primaires, elle suit cycliquement un processus de descente (11), lorsqu'elle s'est consolidée dans son DERNIER principe, comme MATIÈRE GROSSIÈRE, elle tourne sur elle-même et anime, avec la septième émanation de ce dernier principe, le premier et le moins élevé des éléments [comme le Serpent qui se mord la queue]. Dans une hiérarchie ou un ordre d'être, la septième émanation de son dernier principe est :

  • a) Dans le minéral, l'étincelle qui gît latente en lui et qui est appelée à son existence fugitive par le POSITIF qui éveille le NÉGATIF [et ainsi de suite] [...].
  • b) Dans la plante, c'est la force vitale intelligente qui anime la graine et la fait se développer en brin d'herbe, en racine ou en jeune plante. C'est le germe qui devient l'UPÂDHI des sept principes de la chose dans laquelle il réside, en les faisant croître à mesure que cette dernière grandit et se développe.
  • c) Elle fait de même dans chaque animal où elle constitue son principe de vie et son pouvoir vital, son instinct et ses qualités; ses caractéristiques et son idiosyncrasie particulière [...].
  • d) À l'homme, elle donne tout ce qu'elle confère à tous les autres êtres individuels manifestés dans la nature, mais elle développe de plus en lui la réflexion de tous ses QUARANTE-NEUF FEUX. Chacun des sept principes de l'homme hérite complètement des sept principes de la " grande Mère " , et y participe. Le souffle du premier principe est l'esprit de l'homme [Âtma]. Nous l'appelons à tort le septième. Son second principe est BUDDHI [l'âme]. Le troisième donne à l'être humain : (a) la matière cérébrale sur le plan physique et (b) le MENTAL qui la met en mouvement [et qui constitue l'âme humaine - H.P.B.] - selon ses capacités organiques.
  • e) C'est la force directrice qui opère dans les éléments cosmiques et terrestres. Elle réside dans le Feu que l'on fait jaillir de son état latent à une manifestation active ; car la totalité des sept subdivisions du principe *** réside dans le Feu terrestre. Elle tourbillonne dans la brise. souffle avec l'ouragan et met en mouvement l'air - élément qui participe aussi à l'un de ses principes. Procédant par cycles, elle règle le mouvement de l'eau, attire et repousse les vagues (12) selon des lois fixes, dont son septième principe est l'âme qui les pénètre.
  • f) Ses quatre principes supérieurs contiennent le germe qui en se développant produit les Dieux Cosmiques. Ses trois principes inférieurs enfantent les vies des Éléments [Élémentaux].
  • g) Dans notre monde Solaire, l'Existence Une est le Ciel et la Terre, la Racine et la Fleur, l'Action et la Pensée. Elle est dans le Soleil aussi bien que dans le ver luisant. Pas un atome ne peut y échapper. C'est pourquoi, dans leur sagacité, les anciens Sages l'ont appelée le Dieu manifesté dans la Nature [...].

II peut être intéressant, en abordant ces sujets, de rappeler au lecteur ce qu'a dit T. Subba Row de ces forces - définies sous l'angle mystique (13) :
Kanyâ [le sixième signe du Zodiaque, ou Virgo] signifie une Vierge et représente Shakti ou Mahâmâyâ. Le signe en question [...] est le sixième râshi (division) et indique qu'il y a six forces primaires dans la Nature [synthétisées par la septième....]. Ces Shakti se présentent dans l'ordre suivant :
(l) Parâshakti      - Littéralement la grande ou suprême force (ou pouvoir le plus haut), elle signifie et contient les pouvoirs de la lumière et de la chaleur.
(Il) Jnânashakti, littéralement   le pouvoir de l'intellect, de la vraie sagesse ou connaissance. Elle a deux aspects :
(l) Lorsqu'elle est placée sous l'influence ou le contrôle de conditions matérielles, certaines de ses manifestations sont les suivantes : (a) Le pouvoir du mental d'interpréter nos sensations, (b) son pouvoir de rappeler des idées passées (la mémoire) et de susciter des attentes pour le futur, (c) le pouvoir qui se manifeste dans ce que les psychologues modernes nomment " les lois d'association " , et qui lui permet de former des connexions persistantes entre divers groupes de sensations et possibilités de sensations; et engendre ainsi la notion ou l'idée d'un objet extérieur; (d) son pouvoir de relier nos idées entre elles par le lien mystérieux de la mémoire et de créer ainsi la notion de moi, ou d'individualité personnelle.
(2) Lorsqu'elle est libérée des liens de la matière, elle se manifeste [entre autres] comme (a) clairvoyance, (b) psychométrie.
(III) Ichchâshakti, littéralement le pouvoir de la Volonté. Sa manifestation la plus ordinaire est d'engendrer certains courants nerveux qui mettent en mouvement les muscles nécessaires à l'accomplissement de ce qu'on veut faire.
(IV) Kriyâshakti - Le mystérieux pouvoir de la pensée qui lui permet de produire, de par son énergie inhérente, des résultats phénoménaux extérieurs perceptibles. Les Anciens affirmaient que toute idée se manifestera extérieurement si l'on concentre profondément son attention sur elle. De même une volition intense sera suivie du résultat désiré.

Un yogi accomplit généralement ses prodiges au moyen d'Ichchâshakti et de Kriyâshakti.
(V) Kundalinî Shakti - Le pouvoir ou la force qui se meut à la façon d'un serpent, selon une ligne sinueuse. C'est l'universel principe [qui se manifeste partout] dans la nature. Cette force inclut les deux grandes forces d'attraction et de répulsion. L'électricité et le magnétisme n'en sont que des manifestations. C'est le pouvoir [...] qui produit cet " ajustement continuel des relations internes aux relations externes " qui, selon Herbert Spencer, constitue l'essence de la vie, et cet " ajustement continuel des relations externes aux relations internes " qui est la base de la transmigration des âmes, punarjanman (renaissance), suivant les doctrines des anciens philosophes hindous.

Un yogi doit subjuguer parfaitement ce pouvoir [...] avant d'être à même d'atteindre moksha [...].
(VI) Mântrikâchakti, littéralement : la force ou le pouvoir des lettres, de la parole ou de la musique [...]. Le Mantra Shâstra a pour thème cette force dans toutes ses manifestations [...]. L'influence de la musique est l'une de ses manifestations ordinaires. Le pouvoir du nom mirifique ineffable est comme la couronne de cette shakti.

La science moderne n'a que partiellement exploré la première, la seconde et la cinquième des forces que nous venons de nommer, mais elle reste entièrement dans les ténèbres en ce qui concerne les autres pouvoirs. Les six forces sont, dans leur unité, représentées par la " Daîviprakriti " [la septième, la lumière du Logos).

Nous avons fait ces citations pour montrer quelles sont les véritables idées hindoues sur le sujet. Cet exposé est tout à fait ésotérique, bien qu'il n'embrasse pas le dixième de ce qui pourrait être dit. Ainsi, les six noms des six Forces mentionnées sont ceux des six Hiérarchies de Dhyân Chohan, synthétisées par leur " Primaire " , la septième, qui personnifie le Cinquième Principe de la Nature Cosmique, ou de la " Mère " , dans son sens mystique. L'énumération seule des pouvoirs du yoga demanderait dix volumes. Chacune de ces forces possède, à sa tête, une Entité Consciente et vivante. Entité dont elle est une émanation.

Mais comparons, avec le commentaire que nous venons de citer, les paroles d'Hermès, le " trois fois très grand " (14) :

La création de la Vie par le soleil est continue comme sa lumière et rien ne l'arrête, ou ne la limite. Autour de lui, comme une armée de satellites, sont de nombreux chœurs de Génies (15). Ils habitent dans le voisinage des immortels et de là ils surveillent les choses humaines. Ils exécutent la volonté des Dieux [karma] par les tempêtes et les ouragans, les métamorphoses du feu et les tremblements de terre, ainsi que par les famines et les guerres, pour punir l'impiété (16) [...].

C'est le soleil qui conserve et nourrit tous les êtres; et, de même que le Monde Idéal, qui enveloppe le monde sensible, y répand la plénitude et l'universelle variété des formes, ainsi, le Soleil, enveloppant tout de sa lumière, accomplit partout la naissance et le développement des êtres...

// a sous ses ordres le chœur des genii, ou plutôt les chœurs, car ils sont plusieurs et différents, et leur nombre répond à celui des astres. Chaque astre a ses genii, bons et méchants par leur nature, c'est-à-dire par leur action, car l'action est l'essence des genii [...]. Tous ces génies sont préposés aux choses de la terre (17). Ils agissent et bouleversent la condition des États et des individus, ils façonnent nos âmes à leur ressemblance, s'établissent dans nos nerfs, notre moelle, nos veines, nos artères et même dans notre cervelle. [...] Au moment où chacun de nous reçoit la vie et l'existence, les génies (Élémentaux] qui président aux naissances (18), et qui sont classés sous les pouvoirs astraux [Esprits astraux surhumains] le prennent en charge. À chaque instant ils sont changés, ce ne sont pas toujours les mêmes, ils tournent en cercle (19). Ils pénètrent par le corps, dans deux des parties de l'âme (20), pour la façonner chacun selon son énergie. Mais la partie raisonnable de l'âme n'est pas soumise aux genii, elle est disposée pour recevoir [le] Dieu (21) qui l'éclaire d'un rayon de soleil. Ceux qui sont illuminés sont peu nombreux et les genii s'éloignent d'eux, car ni les genii ni les Dieux n'ont aucun pouvoir contre un seul rayon de Dieu (22). Mais tous les autres hommes, âmes et corps, sont dirigés par les genii, s'y attachent et en aiment les œuvres [...]. Les genii ont donc la direction des choses terrestres et nos corps leur servent d'instruments [...].

Ce que nous venons de citer, à l'exception de quelques points marqués de sectarisme, représente ce qui fut une croyance universelle, commune à toutes les nations, jusqu'à il y a un siècle environ. Elle est encore tout aussi orthodoxe dans ses grandes lignes et caractéristiques parmi les païens, comme parmi les chrétiens, si l'on fait exception d'une poignée de matérialistes et de scientifiques.

En effet, qu'on appelle les génies d'Hermès, et ses " Dieux " , " Pouvoirs de Ténèbres " et " Anges " , comme dans les Églises grecque et latine, ou bien " Esprits des morts " , comme dans le spiritisme ; ou encore bhûta et deva, Shaitan ou Djinn, comme on les désigne encore dans les pays hindous et musulmans - ils ne sont tous qu'une seule et même chose : une ILLUSION. Cependant il ne faudrait pas se méprendre à ce sujet, comme l'ont fait récemment des écoles occidentales en déformant la grande doctrine philosophique des Védântins.

Tout ce qui est émane de l'ABSOLU qui, en raison même de ce qualificatif, demeure la seule et unique Réalité : en conséquence, tout ce qui est en dehors de cet Absolu - l'Élément générateur et causal - doit être indéniablement une Illusion. Mais il n'en est ainsi que d'un point de vue purement métaphysique. Un homme qui se considère comme mentalement sain (et que ses voisins jugent tel) taxera les visions d'un frère malade mental - que ses hallucinations peuvent rendre misérable au plus haut point, selon le cas - d'illusions et de fantasmagories. Mais, quel est le fou pour qui les ombres hideuses hantant son mental dérangé - ses illusions - ne sont pas, le temps de sa crise, aussi vraies et aussi réelles que les choses que peut voir pour sa part son médecin, ou son gardien ? Tout est relatif dans cet Univers, tout n'est qu'une illusion. Mais l'expérience faite sur un plan donné est chose réelle pour celui qui la perçoit et dont la conscience est focalisée sur ce plan, bien que cette expérience, considérée d'un point de vue purement métaphysique, puisse être jugée comme n'ayant aucune réalité objective. Cependant, ce n'est pas contre les métaphysiciens, mais contre les physiciens et les matérialistes que les enseignements ésotériques ont à lutter, car, pour ces gens, la Force vitale, la Lumière, le Son, l'Électricité, voire même la force objectivement attractive du Magnétisme, n'ont aucun statut d'être objectif et ne seraient que de simples " modes de mouvement " , des " sensations et des phénomènes affectant la matière " .

Contrairement à ce que croient certains à tort, ni les occultistes, en général, ni les théosophes ne rejettent les idées ni les théories des scientifiques modernes, pour la seule raison que ces idées s'opposeraient à celles de la Théosophie. La première règle de notre Société est de rendre à César ce qui appartient à César. Les théosophes sont donc les premiers à reconnaître la valeur intrinsèque de la science. Mais, lorsque ses grands prêtres réduisent la conscience à une sécrétion de la substance grise du cerveau, et tout ce qui existe encore dans la Nature à un simple " mode de mouvement ", nous protestons contre une pareille doctrine comme étant non philosophique, en contradiction avec elle-même, et tout simplement absurde, d'un point de vue scientifique, autant et même plus que sous l'aspect occulte de la connaissance ésotérique.

Car, en réalité, la lumière astrale des kabbalistes dont on se raille possède d'étranges et curieux secrets pour celui qui peut la sonder; et les mystères cachés dans ses ondes constamment perturbées sont là, en dépit des matérialistes et des moqueurs (23). Ces secrets de la lumière astrale, ainsi que bien d'autres mystères, demeureront méconnus des matérialistes de notre temps, tout comme l'Amérique est restée un simple mythe sans fondement réel pour les Européens pendant la première partie du Moyen-âge, alors que les Scandinaves et les Norvégiens avaient effectivement atteint ses bords et s'étaient établis dans ce très vieux " Nouveau Monde " plusieurs siècles auparavant. Mais, de même qu'un Colomb devait naître pour le redécouvrir et obliger l'Ancien Monde à croire à l'existence de pays situés aux antipodes, de même, il faudra que des savants naissent pour découvrir les merveilles que les Occultistes affirment actuellement exister dans les régions de l'Éther, avec leurs divers habitants multiformes et leurs entités conscientes. Alors, bon gré mal gré, la science devra bien accepter l'ancienne " superstition " , comme elle l'a déjà fait pour plusieurs autres. Et, une fois qu'elle aura été obligée de l'accepter, il est fort probable - si on en juge par le passé, comme ce fut le cas pour le MESMÉRISME et le magnétisme, aujourd'hui rebaptisés " hypnotisme " - que ses érudits professeurs prendront sur eux la paternité de la chose et en rejetteront l'ancien nom. Le choix de la nouvelle appellation dépendra à son tour des " modes de mouvement " , dernière formule à la mode remplaçant les démodés " processus physiques automatiques dont sont le siège les fibrilles nerveuses du cerveau (scientifique) " de Moleschott - mais aussi, sans doute, du dernier repas qu'aura fait l'individu qui attribuera le nom, puisque, selon le fondateur du nouveau système Hylo-ldéaliste, la " cérébration est génériquement la même chose que la chylification " (24). Par conséquent, s'il fallait croire à cette absurde proposition, le nouveau nom attribué au fait archaïque devrait dépendre de l'inspiration hépatique du parrain et alors seulement ces vérités auraient une chance de devenir scientifiques !

Mais la VÉRITÉ, aussi peu attirante soit-elle pour les majorités généralement aveugles, a toujours eu ses défenseurs prêts à mourir pour elle. Ce ne sont pas les occultistes qui iront protester contre son adoption par la science, sous quelque nouveau nom que ce soit. Mais tant qu'elle ne se sera pas imposée à l'observation et à l'approbation des savants, plus d'une vérité occulte sera jugée taboue - comme l'ont été les phénomènes spirites et autres manifestations psychiques - pour être finalement récupérée par ses anciens calomniateurs sans le moindre geste de reconnaissance ou de remerciement. L'azote a ajouté considérablement à la science chimique, mais Paracelse qui l'a découvert est encore traité aujourd'hui de " charlatan " .
Combien profondément vraies sont les paroles de H.T. Buckle, dans son admirable History of Civilisation in England (25) lorsqu'il dit :

À la faveur de circonstances encore inconnues [les dispositions de karma - H.P.B.] de grands penseurs apparaissent de temps à autre, qui, en consacrant leur vie à un but unique, sont capables d'anticiper sur le progrès de l'humanité, et de donner naissance à une religion, ou une philosophie, grâce à laquelle d'importants effets sont finalement produits. Mais si nous cherchons dans l'histoire, nous ferons cette évidente constatation : bien que l'origine d'une opinion nouvelle puisse être due ainsi à un seul homme, le résultat qu'elle est susceptible de faire apparaître dépend généralement des conditions du peuple dans lequel elle aura été propagée. Si une religion, ou une philosophie, est trop avancée pour une nation, elle ne peut rendre aucun service sur le moment, mais elle doit attendre son heure (26) jusqu'à ce que le mental des hommes soit mûr pour la recevoir [...]. Toute science, comme tout credo, a eu ses martyrs [...]. Selon le cours normal des choses, quelques générations passent, puis vient une période où ces mêmes vérités sont considérées comme des faits ordinaires et, un peu plus tard encore, en arrive une autre où elles sont déclarées nécessaires, et où l'intelligence la plus obtuse s'étonne que l'on ait jamais pu les nier".

Il est possible que le mental des générations actuelles ne soit pas encore tout à fait mûr pour recevoir des vérités occultes. Telle sera probablement la conclusion des penseurs avancés de la Sixième Race-Racine quand ils jetteront un coup d'oeil rétrospectif sur l'histoire de l'acceptation de la philosophie ésotérique - dans son ensemble et sans restriction. En attendant, les générations de notre Cinquième Race continueront à être égarées par les préjugés et les idées préconçues : avec mépris, on montrera du doigt les Sciences Occultes à chaque coin de rue, et tout le monde essaiera de les ridiculiser et les fouler aux pieds, au nom et pour la plus grande gloire du matérialisme et de sa prétendue science.

Quoi qu'il en soit, pour répondre par anticipation à plusieurs des objections futures des scientifiques, le supplément ajouté au présent volume (3e partie) fera apparaître les véritables positions respectives de la défense et de l'accusation. Les théosophes et les Occultistes sont assignés en jugement par l'opinion publique qui brandit toujours bien haut la bannière des sciences inductives. Il faut donc soumettre ces dernières à examen et établir jusqu'à quel point leurs réalisations et leurs découvertes dans le département des lois naturelles sont en opposition, non pas tant avec ce que nous revendiquons qu'avec les faits de la nature. L'heure a maintenant sonné de voir si les murailles de la moderne Jéricho sont si inébranlables qu'aucune sonnerie de la trompette occulte n'ait la moindre chance de les faire crouler.

Il y a lieu d'examiner avec soin les fameuses " Forces " , avec la Lumière et l'Électricité à leur tête, et la constitution de l'orbe solaire, ainsi que la gravitaton, et les théories nébulaires à la mode. La nature de l'Éther et d'autres Éléments appelle aussi une discussion : ce sera l'occasion de confronter des théories scientifiques à d'autres enseignements de l'Occultisme, tout en révélant certaines des données encore secrètes de ces derniers (27).

Il y a une quinzaine d'années, à la suite des kabbalistes, l'auteur était la première à répéter les sages Commandements du Catéchisme Ésotérique :

Ferme ta bouche de peur de parler de ceci [le mystère] et scelle ton cœur de peur de penser tout haut; et si ton cœur t'a échappé ramène-le à sa place, car tel est l'objet de notre alliance. (28)

Ou bien encore :

C'est là un secret qui donne la mort : ferme ta bouche de peur de le révéler au vulgaire ; tiens sous contrôle ton cerveau de peur que quelque chose ne s'en échappe et ne tombe au-dehors (29).

Quelques années plus tard, un coin du Voile d'Isis devait être soulevé et maintenant, c'est une autre déchirure, plus grande, qui y est faite... Mais les anciennes erreurs consacrées par le temps - celles qui deviennent chaque jour plus manifestes et plus évidentes en soi - sont rangées aujourd'hui en ordre de bataille, comme elles l'étaient alors. Mobilisées par un aveugle esprit de conservatisme, par la vanité et les préjugés, elles sont constamment sur le qui-vive, prêtes à étrangler toute vérité qui, se réveillant de son long sommeil séculaire, s'aventure à frapper à la porte pour se faire admettre. Il en a toujours été ainsi depuis que l'homme est devenu un animal. Mais si cette oeuvre de dévoilement signe dans chaque cas un arrêt de mort morale pour ceux qui amènent à la lumière l'une ou l'autre de ces vieilles, vieilles vérités de jadis, il n'en est pas moins certain qu'elle donne VIE et RÉGÉNÉRATION à ceux qui sont aptes à profiter ne serait-ce que du peu qui leur est alors révélé.

NOTES

  • (1) [Ces " définitions " se trouvent dans l'ouvrage cité du Dr A. Kingsford (pp.101-113) et celui de Louis Ménard (pp.265-178).]
  • (2) Les philosophes hermétiques appelaient théoi, dieux, genii et daïmones, (dans les textes originaux) les entités que nous appelons deva (dieux), Dhyân-Chohan, Chitkala (Kuan-Yin selon les bouddhistes) et de divers autres noms. Les daïmones sont - au sens de Socrate, et même au sens théologique oriental et latin - les esprits gardiens de la race humaine; " ceux qui demeurent dans le voisinage des immortels et de là veillent sur les affaires humaines " , comme le dit Hermès [Cf. The Virgin of the World, p.104]. En langage ésotérique, certains sont appelés Chitkala, ayant donné à l'homme ses quatrième et cinquième Principes, à partir de leur propre essence, d'autres sont dénommés Pitri. Les explications sur ce point seront fournies plus loin, en abordant ce qui concerne la production de l'homme complet. La racine du mot Chitkala est Chitti, " ce par quoi les effets et les conséquences des actes et les différentes sortes de connaissance sont sélectionnés pour l'usage de l'âme " , ou la conscience - la Voix intérieure dans l'homme. Chez le yogi, Chitti est synonyme de Mahat, l'intellect divin et premier; mais, dans la philosophie ésotérique, Mahat est la racine de Chitti, son germe, et Chitti est une qualité de Manas en conjonction avec Buddhi, une qualité qui attire à elle-même, par affinité spirituelle, un Chitkala, lorsqu'elle est suffisamment développée dans un homme. C'est pourquoi il est dit que Chitti est une voix qui acquiert une vie mystique et devient Kuan-Yin.
    [NOTE SUR LES MOTS ORIENTAUX EMPLOYÉS CI-DESSUS. Dans le Glossaire Théosophique, H.P.B. désigne par le terme général de Pitri, les " ancêtres ou créateurs de l'humanité " , dont il existe 7 classes : les 3 premières sont dépourvues de corps (arûpa), les autres ont une "forme" (rûpa). Dans le présent texte, les Pitri mentionnés sont sans doute à rattacher aux 4 dernières classes liées à la genèse de l'homme incamé, tandis que les chitkala relèvent des 3 premières. Dans le Glos. Théos., Mme Blavatsky indique à leur propos : " Dans la philosophie ésotérique, ils sont identiques aux Kumâra qui s'incarnèrent en premier dans les hommes de la 3e Race Racine " . Les mots sanskrits chitkala et chitti dérivent de chit (percevoir, avoir conscience de...), d'où chitti, ordinairement rendu par compréhension, sagesse, intelligence active, etc. Quant à chitkala, si chit peut renvoyer à la conscience éveillée, kala a plusieurs significations possibles, dont l'une est liée au son, dans le sens d'une douce sonorité mélodieuse, - d'où peut-être le rapprochement avec Kuan Yin, que Mme Blavatsky définit (Secret Doctrine, l, 431 note) comme la Voix divine de l'âme dans l'individu, l'aspect féminin du Logos, la voix qui parle de façon audible à l'initié. Par ailleurs le mot (orthographié kala) a peut-être aussi un rapport avec la lumière. Une note dans la revue The Theosophist (déc. 1888, p.179) l'identifie à " la réflexion du Logos " dans l'une des enveloppes de l'âme; et la même revue (avril 1889, p.409) signale une phase de la méditation du yogi où la conscience particulière atteinte est illuminée de son Chitkalâ : "Celui qui contemple fermement ce Chitkalâ ne voit qu'une seule masse de lumière qui est l'unique Brahman sans second " .]
  • (3) Cet (enseignement) ne se rapporte pas à Purusha-Prakriti au delà des limites de notre petit univers. [Noter que dans le texte de ces Extraits les parties entre crochets sont des commentaires de H.P.B. elle-même.]
  • (4) L'état de repos final : la condition nirvânique du septième Principe.
  • (5) L'enseignement est donné entièrement d'après notre plan de conscience.
  • (6) [Angula, mot sanskrit signifiant doigt (particulièrement, pouce). Comme unité de mesure, 24 angula forment une coudée. En astronomie : un doigt, la douzième partie du diamètre du soleil ou de la lune.]
  • (7) Soit le " rêve de la Science ", la matière primordiale réellement homogène, qu'aucun mortel ne peut rendre objective, que ce soit dans cette Race, ou, même dans la Ronde actuelle.
  • (8) Vishnu, sous la forme de l'énergie active solaire, ne se lève ni ne se couche jamais et il est tout à la fois le Soleil septuple, et une réalité distincte de lui, dit le Vishnu Purâna (Livre II, chapitre II) [Trad. Wilson, vol.ll., p.296].
  • (9) De même qu'un homme, en s'approchant d'un miroir placé sur un support, y voit sa propre image, de même, l'énergie (ou réflexion) de Vishnu [le Soleil] n'en est jamais séparée [...] mais reste, mois après mois, dans le Soleil [comme dans le miroir] qui est placé là (Vishnu Purâna [Trad. Wilson, p.297]).
  • (10) Dans le Vishnu Purâna et d'autres Purâna.
  • (11) Voir la " Nature " Hermétique, " descendant par cycles dans la matière lorsqu'elle rencontre ' l 'homme céleste ' " .
  • (12)  Les auteurs de ces lignes connaissaient parfaitement la cause physique des marées, des vagues etc. C'est l'Esprit animateur du corps solaire Cosmique tout entier, qui est signifié ici et à quoi on se réfère chaque fois que de telles expressions sont employées du point de vue mystique.
  • (13) [Cf. Five Years of Theosophy (1885), pp.110-111. Texte publié d'abord dans la revue The Theosophist, vol.III, nov. 1881, pp.41-44. Les mots mis entre crochets sont insérés par H.P.B.]
  • (14) [Dans la longue citation qui suit, les italiques sont de H.P.B., de même que les mots placés entre crochets. Ce passage est tiré de l'ouvrage cité, The Virgin of the World (Dr. A. Kingsford), particulièrement des "Définitions d'Asklépios" (pp.104-106), dont le texte anglais suit fidèlement la traduction française de Louis Ménard (Hermès Trismégiste, pp.268 et seq.) que nous restituons ici, presque intégralement.]
  • (15) [L. Ménard écrit : Démons, qui correspond au grec daïmones. Le mot génies répond à l'anglais genii, qui transcrit le pluriel du latin genius, dieu particulier à chaque homme, qui veillait sur lui dès sa naissance.]
  • (16) Voir stances III et IV, et les commentaires qui s'y rapportent, particulièrement les remarques qui concernent la stance IV, au sujet " des Lipika et des quatre Mahârâjas " , les agents de karma. [H.P.B.]
  • (17) Et les "Dieux", ou " Dhyâni " , également - pas seulement les génies, ou les " Forces dirigées " [H.P.B.].
  • (18) La signification de cela est que, l'homme étant composé de tous les grands Éléments - Feu, Air, Eau, Terre et Éther - les ÉLÉMENTAUX qui appartiennent respectivement à ces Éléments se sentent attirés vers l'homme, en raison de leur communauté d'essence. L'Élément qui prédomine dans une certaine constitution sera dominant pendant toute la vie. Par exemple, si, chez l'homme, l'élément terrestre, gnômique, a la prépondérance, les Gnômes le conduiront par affinité vers les métaux, l'argent, la richesse, et ainsi de suite. " L'homme animal est le fils des éléments animaux d'où est née son Âme [Vie] et les animaux sont les miroirs de l'homme " , dit Paracelse (De Fundamento Sapientiœ). Paracelse était prudent et voulait que la Bible s'accorde avec ce qu'il disait, c'est pourquoi il n'a pas tout dit  [H.P.B.].
  • (19) Le progrès cyclique dans le développement [H.P.B.]. [L'original grec suggère une influence astrologique : " Car lorsque chacun de nous vient à naître et s'anime, il est pris en charge par les démons de service à l'instant précis de la naissance - c'est-à-dire les démons assignés à chacun des astres. Car les démons se remplacent mutuellement d'instant en instant; ce ne sont pas les mêmes qui restent en poste : ils reviennent cycliquement " .]
  • (20) [Les parties irrationnelles de l'âme humaine : thumos et épithumètikon - principes d'émotion, passions et désirs.]
  • (21) Le Dieu dans l'homme, et souvent l'incarnation d'un Dieu, un Dhyân-Chohan hautement spirituel en lui, outre la présence de son propre septième principe [H.P.B.].
  • (22) De quel "dieu" s'agit-il ici ? Ce n'est pas de Dieu le " Père " , la fiction anthropomorphe; car ce Dieu-là est la collectivité des Elohim et n'existe pas en dehors de cette Légion. De plus, un tel dieu est fini et imparfait. Ce sont les grands Initiés et Adeptes qui sont visés ici par les mots " peu nombreux " . Et ce sont précisément de tels hommes qui croient aux " dieux " , et ne connaissent pas de " Dieu " en dehors d'une Déité universelle, sans aucune relation, ni conditionnement [H.P.B.].
  • (23) La lumière astrale des cabalistes est très incorrectement assimilée par certains à l' " Æther" et ce dernier est confondu avec l'Éther hypothétique de la science; et par certains théosophes les deux sont considérés comme synonymes d'Âkasha. C'est une grande erreur. L'auteur [Nîlakantha Gore] qui a écrit A Rational Refutation [of the Hindu Philosophical Systems] remarque, en aidant ainsi l'Occultisme, sans s'en douter : " Une caractéristique d'Âkâsha permettra de démontrer combien il est inadéquat de le représenter par " Æther " . Par sa dimension, il est [...] infini; il n'est pas composé de parties; et la couleur, le goût, l'odeur et la tangibilité ne sont pas de ses attributs. Jusqu'ici, il correspond exactement au temps, à l'espace, à Îshvara [" Le Seigneur " , ou plutôt la puissance créatrice et l'âme - anima mundi -H.P.B.]. Sa caractéristique propre, en comparaison avec cela, consiste en ce qu'il est la cause matérielle du son. En dehors de cela, on pourrait le prendre comme identique à la vacuité, (p.120). [Passage cité par Wilson dans le Vishnu Purâna, vol. l, p.34, note]. C'est la vacuité, assurément, surtout pour les rationalistes. En tout cas, l'Âkâsha produira, à coup sûr, la vacuité dans le cerveau d'un matérialiste. Cependant, bien que l'Âkhâsa ne soit pas l'Éther de la science - ni même l'Éther de l'Occultiste, défini par lui comme n'étant que l'un des principes d'Âkhâsa - il est, avec son " primaire " , sans aucun doute, la cause du son - cause psychique et spirituelle, mais nullement matérielle. Les relations entre l'Éther et l'Âkâsha peuvent être décrites en appliquant les paroles dites à propos du dieu dans les Veda : " Ainsi, lui-même était, en vérité, (son propre) fils " , l'un étant le rejeton de l'autre, tout en demeurant lui-même. C'est sans doute une énigme difficile à déchiffrer pour le profane, mais fort aisée à comprendre pour n'importe quel hindou, même s'il n'est pas un mystique.
  • (24) National Reformer du 9 janvier 1887, article " Phréno-Kosmo-Biologie ", par le docteur Lewins. [H.P.B. s'en prend ici au réductionnisme de certains " savants " de son époque assimilant les processus de la pensée liée au cerveau à une pure et simple sécrétion organique. La " chylification " est l'élaboration du chyle, suc formé dans l'intestin grêle par l'effet de la digestion des aliments.]
  • (25) [(=Histoire de la civilisation en Angleterre) Vol..l, p.256.].
  • (26) C'est la loi cyclique ; mais cette loi même est souvent bravée par l'obstination humaine. [H.P.B.].
  • (27) Voir 3e partie : " Supplément " (vol. l et vol. II).
  • (28) Sepher Yetzirah. (Le " Livre de la Création " ), chap.l, § 8.
  • (29) Règles d'initiation.

haut de page

© 2009 - 2017 theosophie.fr - mentions légales - webmaster - Valid XHTML 1.0 Strict Valid CSS