aller au contenu|aller au menu principal|politique d'accessibilité

  • style par défaut de la page
  • visualiser cette page en noir sur blanc
  • visualiser cette page en blanc sur noir
  • Livres, Articles
  • H.P. Blavatsky - Clef
  • Index

imprimer cette pageenvoyer le lien vers cette page

"La Clef de Théosophie", Index Analytique

(préparé pour l'édition française)

   

Dans cet Index, le numéro entre parenthèses qui suit chaque référence à la présente édition renvoie à la page correspondante de l'édition originale anglaise de 1889 (Republiée en fac-similé photographique par la Theosophy Company, Los Angeles, États-Unis, et disponible à Paris : Textes Théosophiques, 11 bis, rue Kepler. (N.d.T.)..

 

A. B. C. D. E. F. G. H. I. J. K. L. M. N. O. P. Q. R. S. T. U. V. W. X. Y. Z

A (↓ lettre suivante)

Abammon : Maître égyptien de Jamblique, 17 (3). Âme

Abnégation : l'— contenue dans les enseignements altruistes de Jésus est devenue un sujet théorique, 54 (40) ; l'idéal le plus élevé de la Théosophie est l'—, 251 (237) ; l' — doit être pratiquée avec discernement, 251 (238) ; l'— qui permet de faire pratiquement du bien pour sauver de nombreux êtres est infiniment supérieure au sacrifice accompli pour servir une idée sectaire, 252 (238) ; la Théosophie enseigne l'— mais pas le sacrifice inutile et elle ne justifie pas le fanatisme, 253 (240). (Voir aussi « Sacrifice » .)

Absolu : l'Ain Soph de la cabale, 78 (62) ; l'— est Pensée absolue, 80 (65) ; de l'inutilité de prier l'—, 86    (70-1) ; Âtma, Brahma et l'—, 188 (174), Isis Dévoilée, citation sur karma et l'—, 215 (201) 225 (212).

Absoluité : l'Absolu en soi, 78 (62) ; selon Platon, la partie éternelle de l'hommeest formée de la même essence que l'—, 106 (90).

Actes des Apôtres : mal interprétés, 129 (113-4).

Acteur : l'Ego est comparé à un—, 47 (34), 146 (131), 182 (168), 198 (185).

Action : chaque — est suivie de son effet, 60-1 (46-7) ; la « communion » et l'—à l'unisson avec notre « Père dans le secret », 86 (70) ; l'— est préférable à la prière, 87 (71); Walker, citation sur karma qui est —, 223 (209); Isis Dévoilée, citation sur l'— instantanée qui est suivie d'effets éternels, 238 (224-5), l'— est préférable à l'intention et au discours, 244 (230) ; — et interaction, principe fondamental de la Théosophie, 248 (234) ; la place naturelle de l'—, 250 (237; les résultats de l'— bonne ou mauvaise, 250 (237).

Adam : ou A-Dam signifie sang, 201 (188).

Adam-Kadmon : l'Unique-Engendré, 201 (188). (Voir aussi «Monogénès»).

Adeptat : il faut de nombreuses vies de discipline pour atteindre l'—, 231 (217).

Adepte(s) : la théurgie des — initiés de l'École Éclectique, 16 (2) (note) ; nécessité d'une discipline spirituelle pour devenir un —, 34 (21), 36 (23-4) ; les — n'ont pas de devachan, 164 (148) ; les — peuvent devenir des Nirmânakaya, 167 (151) ; les grands — peuvent connaître les péchés de la vie antérieure d'un individu, 215 (200-1); les — peuvent suivre le réajustement karmique, 229 (215), les — ont étudié les mystères de l'être, de la vie, de la mort et de la renaissance, 230-1 (217) ; la longévité des —, 302 (289), les — soumis à des règles strictes pour influencer un individu, 306 (292-3) ; Saint, — et dugpa, 307 (294); écrits théosophiques inspirés par des —,313 (300); les théosophes furent les premiers à faire connaître l'existence des — et des Maîtres, 314-5 (302).

Æher : l'— des philosophes grecs, 121-2 (105-6).

Agathon : la Déité suprême selon Platon, 112 (96) ; le Soleil représente l'— selon Plutarque, 114 (98).

Âge : des Mahâtmas, 302 (288-9).

Agnostic Journal : cité, 57 (note) (43).

Agnostique(s) : vues peu philosophiques des —, 235 (227) ; les — ont une saine réaction contre la bigoterie, 282-3 (270).

Ahamkara : le sens de l'ego, ou égo-ité, 151 (135-6).

Ain Soph : Principe divin absolu selon la Cabale, 78 (62).

Alchimie : les secrets de l' — ne sont pas révélés, 34 (21); des découvertes en chimie frisent l'—, 36 (23) ; les fausses prétentions de novices modernes sur l' —, 49 (36) (note).

Alcool : son influence nuisible sur le psychisme, 275 (262).

Alexander, August W. : 328 (310).

Allégorie : du Roi-Messie dans le Zohar, 201 (187-8) ; l' — des sept ceps représentant nos sept Races et sept Sauveurs, 201 (188) ; — des « sarments desséchés » représentant les personnalités annihilées, 203 (190-1). (Voir aussi « Parabole » . )

Âme : la nature immortelle de l'homme est issue de l' — Universelle selon les Analogistes, 16 (2) (note) ;   l '— et l'Esprit proviennent de l' — Universelle, 90 (75) ; l' — selon la Genèse, 91 (75) ; l' — selon le Catéchisme Bouddhique, 93-5 (77-9) ; l' — et l'Esprit selon Platon, 106 (90-1) ; le caractère double et triple de l' — selon Platon, 108 (92) ; l' — selon les philosophes grecs, 111-2 (96) ; l' — selon Plutarque, 112-4 (97-99) ; l' — n'est pas immortelle, 117 (101) ; l' — selon Pythagore, Platon, Timée de Locre et l'École d'Alexandrie, 121-2 (105-6) ; l' — selon Empédocle, 122 (106) ; l' — selon Aristote, 122 (106) , citation du Zohar sur l' —, 123 (107) ; l'immortalité personnelle et le devachan, 123 (107) ; dans le Pentateuque et la Genèse, 124 (108-9) ; l' — selon Philon le Juif, 127 (111) ; la « réunion avec l' — Universelle » n'est pas l'annihilation, 129-30 (113-4) ; selon la Théosophie distinction nécessaire entre l' — animale, l' — humaine et l' — spirituelle, 130-1 (115) ; l' — selon Platon et Pythagore, 130-1 (115) ; l' — selon Platon (Les Lois), 131 (115-6) ; l'— plastique, 136 (121) ; le terme — est générique, 137 (121) ; trois aspects de l'— dans l'homme, 137 (121-2) ; la réminiscence est la mémoire de l'— ; 140-1 (125) ; le Soi Supérieur est un avec l'— Universelle, 148-9 (132-3) ; Buddhi ou l'— spirituelle, 151 (135) ; l'humaine et l'expérience collective de toutes ses existences passées, 152 (137) ; compensation au centuple pour les souffrances de l'— après la mort, 156 (141) ; l'— animale peut revisiter la terre, 169 (153) ; Taijasa, l'âme humaine illuminée par l'— divine, 174 (159) ; Buddhi demeurerait un esprit impersonnel sans l'élément qu'elle emprunte à l'— humaine, 174-5 (160) ; l'—humaine, l'— divine, l'immortalité et le matérialiste, 175 (160) ; l'—humaine et le rayonnement de taijasa, 175, (160) ; Sûtrâtma ou l'— fil ; 178 (163) ; l'immortalité de l'— et le matérialiste, 179 (164) ; terme générique dans la citation d'A.P. Sinnett, 186 (172) ; l'— humaine guidée par les affinités karmiques (A.P. Sinnett), 187 (172-3); le royaume spirituel est l'habitat de l'— (A.P. Sinnett), 188 (173-4) ; l'— humaine et la disparition de la conscience physique, 194 (180) ; la théologie et ses erreurs sur la nature et la responsabilité de l'— ; 198-9 (185-6) ; l'évocation des morts trouble le repos de l'—, 207 (194) ; Conelly, citation sur l'—, 223 (209) ; le corps, l'— et l'esprit selon la théologie, 232  (219) ; la véritable charité est une nourriture pour l'—, 258 (244-5).

Âme perdue : voir « Annihilation » .

Âme plastique ou protéenne : le véhicule du principe de vie, 136 (120-1).

Ammonios Saccas : fondateur du système théosophique éclectique, 16 (2); les disciples d'— appelés Analogistes, 16 (2) (note); néo-platonicien, 17 (3) (note) ; la sagesse divine se révélait à — en songe et par des visions, 17 (3) (note) ; tenta de réconcilier tous les systèmes, 18 (4-5); Wilder, citation sur les enseignements d'—, 20 (6-7); les doctrines supérieures d'— étaient secrètes, 22-3 (9) ; la mémoire et la faculté de prédiction selon —, 142 (126-7).

Amon : dieu égyptien de la Sagesse, 16 (2) (note),

Amour : paroles de Jésus sur l'—, 55-6 (41-2) ; l'— illimité de Jésus et de Gautama, 95 (79-80) ; la loi immuable d'—, 153 (138) ; la force de l'— en devachan, 162-3 (146-7) ; l'— spirituel est immortel, 165 (150) ; l'— est indispensable dans une société idéale, 248 (235) ; la véritable éducation et l'— du prochain, 278 (265); il faut enseigner aux enfants l'— envers tous les hommes, 283 (270).

Analogistes : théosophes éclectiques disciples d'Ammonios Saccas, 16 (2).

Ananda : explication du Bouddha sur l'Ego, 96-7 (81) (note).

Anaxagore : fait dériver le Noûs du Nout égyptien, 110 (94-5).

Anima bruta (et Anima divina) : des philosophes du Feu, 122 (106).

Anima mundi : le rayonnement de la Monade pythagoricienne, 121-2 (106).

Animaux : possèdent les « principes » (supérieurs) potentiellement, 120 (104); l'esprit sensitif des —, 129 (114) ; les eidôla des — attendent la seconde mort en kama loka, 159 (143).

Anneau de Gygès : l'— et le mystère de l'Âme spirituelle (Buddhi), 135 (120).

Annesly, Arthur : cité sur le devoir, 268 (255).

Annihilation : l'— de la personnalité est rare, 109-10 (93) ; l'— des magiciens noirs, 119 (103-4);les commentateurs modernes dénaturent la conception bouddhique de l'— 129-30 (113-4) ; Le nirvâna n'est pas l'—, 131-2 (116) ; la permanence du Soi et l'—, 170-1 (155-6); le sommeil sans rêves comparé à l'—, 180 (165) ; l'oubli n'est pas —, 184 (169-70) ; l'— selon le quatrième Évangile, 199-200 (186-7) ; l' du mâyâvirûpa ou kâmarûpa est graduelle, 203 (190-1) ; l'individualité et l'—, 233 (219).

Anoia : l'âme irrationnelle, 109 (93-4) ; résultat de l'alliance de l'âme avec —,131 (116).

Anugîta : 84 (69) (note).

Apollonius de Tyane : sur les pouvoirs des sages, 24 (11) (note) ; — guérissait les malades et ressuscitait les morts, 37 (24).

Arcane, ou Ésotérique, Section : voir « Section Ésotérique ».

Arhat : le Bouddha transmit ses enseignements ésotériques à ses — choisis, 26 (13) ; le bouddhisme du Nord fut établi par les —, 28 (14-5) ; les premiers — suivirent l'exemple de leur Maître, 95 (80).

Aristobule : sur l'éthique d'Aristote, 18 (4-5).

Aristote : sur noûs et psuchè, 122 (106).

Arnold, Edwin : cité à propos de karma (La Lumière de l'Asie), 222 (209) 227-8 (214-5).

Art Magic : livre écrit par Mrs. Emma Hardinge Britten, 315 (302-3).

Ascétisme : l'— doit être pratiqué avec intelligence et sagesse, 272-3 (259-60).

Astral(e) (aux) : l'ombre — et le corps triple selon Plutarque, 114 (98) ; principes —, 119 (102-3) ; la capsule —, 119 (103) ; dans l'au-delà, l'âme — peut être absorbée dans les éléments sublimés, 121 (105) ; le kâma loka est une localité —, 159 (143) ; les eidôla — sont en kâma loka, 159 (143) ; les Nirminâkâya restent dans la vie —, 167 (151) ; Isis Dévoilée, citation sur l'homme intérieur — qui parfois guide la destinée de l'homme, 195-6 (182) ; la Doctrine Secrète, citation, 224 (210).

Astrologie : la véritable — est une branche de l'Occultisme, 35 (22) ; l' est une science réelle, véritable et dangereuse, 39 (26).

Athée(s) : les théosophes ne sont pas des —, 78-9 (63) ; les bouddhistes (du Sud) sont —, 90 (74) ; ceux qui croient en karma ne peuvent être considérés comme des —, 225 (212) ; les — ont une saine réaction contre l'éducation moderne, 282-3 (270).

Athéisme : mieux vaut un — philosophique qu'un culte ignorant, 96 (80).

Athénagore : et Ammonios Saccas, 20(6,).

Âtma : est un aspect de la Trinité, 83 (67-8) (note) ; est un avec l'Absolu, 108 (92) ; principe absolu et universel, 109 (93) (note), 134 (119), 151 (135) ; le « Père dans le secret » correspond à —, 117-20 (101-4) ; seul est immortel ce qui est indissolublement cimenté par — (c'est-à-dire Buddhi-Manas), 123 (107) ; le mot Esprit employé sans qualificatif désigne —, 130 (115) ; et la division de l'homme selon le Târaka Râja Yoga, 133 (118) ; n'est pas l'homme individuel ou divin, 136 (121) ; l'Ego spirituel n'est pas le Soi supérieur ou —, 146 (131) (note) ; le Soi supérieur ou — est Brahma 188 (174) ; le dieu au-dedans de nous correspond à —, 195 (181) ; le Vigneron dans la parabole de St Jean symbolise —, 200 (186-7).

Athénagore : et Ammonios Saccas, 20(6,).

Âtma-Buddhi : correspond aux deux aspects de la Monade, 108 (92) (note) ; est l'Âme-Esprit supérieur, 111 (96) ; la Monade pythagoricienne correspond à —, 111 (96), 121-2 (106) ; correspond ésotériquement au Saint dans le Zohar, 128 (113) ; selon Platon, 131 (115) ; est le Soi supérieur, 136 (121).

Âtma-Buddhi-Manas : le Christos représente —, 87 (71).

Atome : la Déité est dans tout — du Cosmos visible et invisible, 80 (64) ; pendant les pralaya chaque — s'est résorbé dans une Homogénéité unique, 100 (84) ; l'— est impérissable dans son essence, 124 (108) ; l'— est soumis à la loi générale qui régit le corps entier auquel il appartient, 216 (202).

Attributs : ou skandha, 93 (77-8) ; en tant qu'essence homogène Buddhi n'a pas d'—, 118 (102) (note) ; les cinq — du bouddhisme, 145 (129) (note) ; les — ou skandha inférieurs des vies passées ne peuvent pas créer d'impressions sur le cerveau neuf d'une nouvelle personnalité, 145-6 (130) ; les — de l'âme humaine ne sont que des phénomènes transitoires, 175 (160).

Aura : le fantôme vit d'une sorte de vie d'emprunt dans l'— du médium, 160 (144).

Automate : la coque vide n'est qu'un —, 196 (182).

Avatâra : la descente d'un dieu, 195 (181).

haut de l'index

B (↓ lettre suivante)

Bancroft, H.H. : citation de — à propos des horreurs de l'esclavage, 56-7 (42-3) (note).

Banner of Light : le — publie des critiques injustifiées à propos de la réincarnation, 137 (122) ; les colonnes du — sont remplies de messages des « chers disparus » , 163 (147).

Béatitude : le retour des esprits serait incompatible avec la — après la mort, 47-8 (34) ; union de l'âme supérieure avec l'essence universelle pendant de rares moments de — extatique, 86 (70) ; les joies mentales du devachan correspondent à une — nirvânique, 115 (99) ; le Soi spirituel connaît une — sans mélange après la mort, 153 (138) ; « l'Ego pensant » a gagné le droit de connaître la —, »155 (139-40) ; la — du devachan, 161-4 (14) -8) ; le renoncement à la—du nirvâna, 167 (151) ; perte complète de la conscience de la — pour le matérialiste, 176 (161).

Bellamy, Edward : dans Cent Ans après exprime les idées théosophiques de Fraternité, 58 (44).

Bhagavad-Gîta, La : l'éthique de — se retrouve dans la Théosophie, 62 (49) ; dans — Krishna correspond à la Trinité Âtma, Buddhi, Manas, 83 (68) (note).

Bible : Ammonios Saccas considérait les récits de la — comme des allégories, 20 (7) ; l'acceptation littérale de la — hébraïque et ses conséquences, 54 (40) ; la — et l'injonction du Christ de ne pas suivre les « Anciens », 85 (69) ; les lecteurs de la — sont induits en erreur par les traductions défectueuses, 129 (113-4) ; l'éducation des enfants est influencée par les enseignements de la —, 283 (270).

Bien : citation de Platon sur le —, 24 (10) ; la Théosophie, dans son sens abstrait est la Sagesse Divine, l'homogénéité du — éternel, 71 (56) ; la dualité du—et du mal, 127 (112) ; « Rendez-le — pour le mal » , 214 (200) ; le — est harmonie, 220 (206-7) ; La Doctrine Secrète, citation sur karma expliquant le mystère du—et du mal, 224-5 (211) ; tout ce qui est — et tout ce qui est mal dans l'humanité a sa racine dans le caractère humain, 248-9 (23).

Bigandet, Évêque : reconnaît la valeur morale des bouddhistes, 89 (74).

Bishop, Washington lrving : victime de sa médiumnité, 207 (195).

Blavatsky, H.P. : explique l'origine de ses ressources personnelles, 294 (281-2) ; n'a jamais demandé ni reçu un centime depuis la fondation de la S.T., 296 (283) ; n'a jamais tiré profit de la S.T., 296 (284) ; réfute l'accusation selon laquelle elle aurait inventé les Mahâtmas, 308-9 (295-6) ; déclare que ses œuvres doivent être jugées d'après leurs fruits, 313 (300).

Boehme, Jacob : la sagesse divine a été révélée à — en songe et par des visions, 17 (3) (note) ; pris par certains pour un grand sage, 35 (22).

Bouddha(s) : définition du mot, 26 (13) ; le—est un individu parfait, 150 (134) (note) ; les — ont la connaissance de toute la série des incarnations passées, 179 (164) ; les sept Sauveurs ou — dans le Codex Nazaraeus, 201 (188) ; la miséricorde et l'abnégation du Père Damien sont dignes d'un —, 253 (239).

Bouddha, Gautama, Le : ne laissa pas d'écrits, 21 (7) ; donna ses enseignements ésotériques aux Arhat qu'il avait choisis, 26 (13-4) ; prêcha la fraternité, 61 (47) ; enseignements de— sur la prière, 87 (71) ; quelques enseignements de —, 95 (79-80) ; l'œuvre de — fut dénaturée au cours du temps, 96 (80) ; explique ses réticences à révéler la vraie doctrine concernant l'ego, 96-7 (81) (note) ; l'enseignement de — sur le nirvâna, 128-9 (113) ; revoit ses naissances antérieures, 146 (130) ; le renoncement de —, 251 (237-8).

Bouddhique(s) : les enseignements — sur l'immortalité de l'âme, 93-5 (77-9) ; les écritures — pèchent par excès d'exotérisme, 94 (79) ; l'ésotérisme de la philosophie — est basé sur l'enseignement mystérieux de l'immortalité de l'Ego comme esprit qui restera le même soi intérieur à travers les renaissances, 121 (105) ; croyance — dans la juste rétribution, 213 (199) ; conceptions — sur Dieu (citation), 235 (221-2) ; la réforme — fut noble et altruiste, 242-3 (228-9) ; enseignements — (du Nord) sur la charité (citation), 257-8 (244).

Bouddhisme : le —Mahâyâna ou École ésotérique, et le — Hînayâna ou École exotérique, 22 (8) ; il ne faut pas confondre bondhisme et —, 26 (12-3) ; l'éthique du — exotérique et la Théosophie, 28 (14-5) ; la tolérance est une des caractéristiques du —, 90 (74) ; l'enseignement du — sur les skandha, 93-5 (77-9).

Bouddhisme ésotérique. Le : de A.P. Sinnett, titre mal interprété, 26 (12) ; mentionné, 75 (60) ; les théories avancées dans — sont des faits dans la nature, 103 (87) ; à propos des sept principes, 108-9 (92-3) ; A.P. Sinnett définit, dans —, karma comme la « loi de causalité éthique » , 222 (209) ; H.P.B. et les lettres ayant servi de base au —, 308 (295).

Bouddhiste(s) : certains théosophes sont —, 26 (12) ; les—et la prière 90 (74) ; un prêtre — cinghalais réfute le Dieu des chrétiens, 91-2 (76-7) ; karma et la réincarnation sont des réalités vivantes pour les — 260 (246) ; l'inertie des — est la conséquence de longues périodes d'esclavage politique, 260 (247).

Boudhisme : signifie « Sagesse » (bodha, bodhi, « intelligence », « sagesse » ) 26(12-3).

Brahma : Âtma est —, l'Absolu, 188 (174).

Brahmâ : les Jours et les Nuits de —, 100 (83-4).

Brâhmanes : les — Initiés de l'Inde ancienne tenaient secrètes leurs véritables croyances, 22 (8) ; les enseignements ésotériques de Bouddha étaient la Gupta Vidyâ des anciens — 27 (13) ; les — se jugent supérieurs au commun des deva, 86 (70) ; le sectarisme des —, 96 (80) ; la déité des — sectaires, 235 (222) (note).

Brahma Vidyâ : ou connaissance divine, équivalent du mot Théosophie, 16 (2).

Britten, Mrs Emma Hardinge : les attaques de — contre la Théosophie, 315(302).

Brown-Séquard, Dr. : la fameuse « cure de rajeunissement » du — pourrait bien être de la magie noire inconsciente, 306 (293).

Buck, Dr. Jirah D. : citation de — sur la Théosophie, 29-32 (16-8).

Buddhi : est un aspect de la Trinité, 83 (67-8) (note) ; est l'Âme spirituelle, 108 (92) ; est le véhicule d'Âtma, 109 (93) (note) ; est l'âme irrationnelle, 118 (102) , reçoit sa lumière de la Sagesse d'Âtma et ses qualités rationnelles de Manas, 118 (102) (note) ; per se, en tant qu'essence homogène — n'a pas d'attributs, 118 (102) (note) ; ou l'âme spirituelle existe comme un fragment non conscient d'un tout intelligent, 122 (106) ;, le mystère de—, 135 (119-20) ; est inconsciente sur notre plan, 151 (135) ; taijasa résulte de l'union de—et de Manas, 174 (159) ; le matérialiste ne réalise pas l'union de—et de Manas, 175 (160), 179 (164),190 (176) ; est le véhicule du Soi, 188 (174) ; le Manas supérieur gravite vers —, 198 (184) ; le Cep dans la parabole de st Jean symbolise —, 200 (186-7) ; dans le Zohar « le vin d'en haut » symbolise —, 201 (187-8) ; l'Esprit (ou — ) est l'énergie spirituelle centrifuge, 202 (189-90).

Buddhi-Manas : est aussi appelé le corps causal, 136 (121) ; ou l'Ego divin Spirituel, 189 (176).

Buddhism : par Rhys Davids (cité), 150 (134) (note).

Buddhist Birth Stories : par Fausböll et Rhys Davids (cité), 150 (134) (note).

Buddhist Catechism, The : voir « Catéchisme Bouddhique » .

Buddhi-Taijasî : le matérialiste ne réalise pas l'état de —, 179 (164).

But(s) : les—de la Théosophie et de l'Occultisme, 37 (24) ; le — de l'Ego est sa réalisation divine, 182 (167-8), 197 (183) ; l'altruisme devrait être le — de l'humanité, 223 (209-10) (citations) ; le — final de toute la nature, 240 (226) ; le — final ne peut être atteint que par les expériences de la vie, 241 (227,) ; le sentier du disciple conduit au — suprême, 276 (263).

Butler, William Archer : Lectures on Platonic Philosophy (cité), 142 (126).

haut de l'index

C (↓ lettre suivante)

Cabale : Ain Soph selon la — chaldéenne, 78 (62) ; l' « Ancien des Anciens »  « Longue Face » , le « Roi-Messie » et le symbole de la Vigne dans la —, 201 (187-8) ; les métaphores delà—se retrouvent dans l'Évangile selon saint Jean, 201 (188).

Cabalistes : les — connaissent la relation entre Jehovah et la Lune, 114 (98) (note) ; selon les — chrétiens l'Esprit humain serait emprisonné dans la capsule astrale, 119 (102-3).

Calomnie(s) : prétendant que la Théosophie ferait renoncer aux devoirs familiaux, 254 (240) ; les—de la Society for Psychical Research, 288-9 (275-6) ; facilité avec laquelle les — se propagent rapidement, 290-1 (277-8) ; accusant les théosophes de pratiquer le culte phallique, 291-3 (279-80) ; à propos de l'origine des fonds de la S.T., 295-6 (283).

Caractère : le Catéchisme Bouddhique, citation sur le — qui est la somme des qualités mentales et des tendances morales, 150 (134) (note) ; le bien et le mal ont leurs racines dans le — humain, 248-9 (235) ; l'éducation à l'école forme le —, 279 (266).

Carlyle, Thomas : citation sur la nécessité de l'action, 244 (230) ; cité à propos de l'enseignement, 282 (269).

Catéchisme Bouddhique : citation sur la nature de l'âme, 93 (77-8) ; citation sur les skandha et la mémoire, 145 (l29-30) ; citation sur les erreurs commises par les orientalistes corrigées, 149-50 (134) (note) ; certains enseignements du — expliqués par H.P.B., 191 (177).

Causalité : la loi de — est l'un des quatre anneaux de la chaîne d'or de la Fraternité universelle, 247 (233-4) ; le principe de — englobe à la fois le passé, le présent et l'avenir, 250 (237).

Cause(s) : karma est un enchaînement de—et de leurs résultats, 156 (140) ; Conelly, citation sur la relation entre la — et l'effet, 221-3 (108-10) ; Isis Dévoilée, citation sur karma loi de — et d'effet, 237-8 (224 ; l'enchaînement de — et d'effets conditionne un caractère, 248-9 (233) ; la loi de karma ajuste l'effet à la—, 215 (201).

Cela : identité de la nature de — avec le Mental universel, 149 (133).

Célibat : le — et l'Occultisme, 271 (258), 275-6 (262-3).

Cent Ans après ou l'An 2000 : d'Edward Bellamy, cité à propos de la fraternité appliquée, 58 (44).

Centrifuges : les énergies — et centripètes dans l'homme, 202 (189-90).

Centripètes : les énergies — et centrifuges dans l'homme, 202-3 (189-90).

Cerveau : le — matériel et l'anthropomorphisme, 83 (67) ; la mémoire dépend du bon fonctionnement du —, 140 (124) ; chaque incarnation fournit un nouveau —, 144 (128) ; les skandha inférieurs des vies passées ne peuvent produire d'impression sur le nouveau —, 148 (130) ; le kâmarupa se sert du — du médium comme intermédiaire, 160 (144-5) ; la conscience liée aux sensations est inséparable de notre —, 193 (179) ; la faculté humaine de penser est devenue rationnelle grâce à la supériorité du — humain, 198 (184) ;, la nourriture qui alourdit le moins le —, 274 (261).

Charité : la Théosophie mène sur la voie de la véritable —, 57 (43) ; pour chaque fleur d'amour et de — plantée une mauvaise herbe disparaîtra, 68 (53) ; (citation) ; la miséricorde, la—et le pardon sont recommandés vivement, 214 (200) ; le Sermon sur la Montagne enseigne la — pratique, 256 (242) ; les résultats de la — publique, 257-9 (243-5) ; les préceptes bouddhiques sur la —, 257-8 (244) ; la — pratiquée par les théosophes, 262-3 (249) ; la — envers les êtres coupables, 264 (251) ; la— doit être enseignée aux enfants, 283 (270).

Châtiment : l'idée de — post mortem est injuste, 155 (139) ; la loi de rétribution est ce pouvoir mystérieux qui par des voies invisibles va de la faute au —, 222 (209). (Voir aussi « Karma » , « Punir-punition » . )

Chélas : le mystère de Buddhi n'est révélé qu'aux — assermentés, 135 (119-20).

Chinese Buddhism : par Edkins, lecture de — recommandée, 27 (13).

Chrétien(s) : les—et la tentative d'Ammonios Saccas pour la réunification de tous les courants religieux de l'époque, 19 (5) ; les devoirs que tout — devrait accomplir, 69-70 (!!), 85 (69) ; la signification de la prière selon les —, 84-7 (69-72 ; la vertu telle qu'elle est pratiquée par les — et par les bouddhistes, 90 (74) ; les interprétations erronées des — à propos du « feu de l'enfer » , 94 (78-9) ; les concepts grossiers des — à propos du ciel et de l'enfer, 185 (171) ; lnman cité à propos de la foi des —, 213 (198) ; les — instruits ne croient plus à la rémission des péchés, 237 (223-4) ; la religion des lèvres pratiquée par les —, 243 (229) ; les—et la charité, 256 (242) ; les—et la lutte pour l'existence, 260 (246).

Christian Collège Magazine : publie des critiques sur les phénomènes produitspar H.P.B., 288 (275-6).

Christianisme : la spiritualité dogmatique du — rebuta Ammonios Saccas dès son enfance, 17 (3) (note) ; provient du même tronc commun de la Religion-Sagesse, 19 (5) ; comporte un aspect ésotérique, 23 (9) ; les espoirs de la S.T. comparés à l'échec du —, 68-9 (54-5) ; taux de criminalité comparé entre certaines populations pratiquant le — et d'autres le bouddhisme, 89 (73) ; les écritures du — restent exotériques, 94 (79) ; l'Évangile du — prêche le socialisme le plus noble, 95 (79) ; l'évolution du — et celle du bouddhisme comparées, 96 (80) ; l'enseignement de l'Apôtre du—a été mal interprété, 128-9 (113) ; ceux qui placent le Christ plus haut que le — peuvent découvrir un sens différent dans ses paroles, 200 (186) ; le—et la rédemption du pécheur, 236-7 (223) ; l'éthique du — n'est pas nouvelle, 243 (229) ; l'élément phallique dans le —, 292 (279-80).

Christian Scientists : sont de grands « négateurs » , 88-9 (72-3).

Christos : le—est un principe dans l'homme, 83 (67) (note) ; est le Soi ou Âtma-Buddhi-Manas, 87 (71) ; représente l'état de Buddhi qui doit être atteint, 170 (155) ; le Cep de la parabole selon St Jean symbolise le —, 200 (187)-

Ciel (cieux) : les masses restent dans l'ignorance du Royaume des—, 96 (81) ; le Zohar cité à propos des âmes dans le—, 128 (113) ; le— des chrétiens ressemblerait à une pantomime de Noël, 185 (171).

Clément d'Alexandrie : étudia la philosophie platonicienne et connaissait son unité avec les doctrines orientales, 17 (4) (note) ; — et Ammonios Saccas, 20 (6) ; — fut initié aux Mystères d'Eleusis, 49-50 (37) (note).

Clergé : garde un silence prudent sur l'injustice de la doctrine de la rémission des péchés, 239 (226) (citation) ; l'opposition du — contre la Théosophie, 286-8 (273-5).

Club nationaliste (de Boston) : la majorité des membres exécutifs du — appartiennent à la S.T., 58-9 (45).

Codex Nazaræus : le symbolisme universel de la vigne est présent dans le —, 201 (188).

Cœur : « le Père dans le secret » se trouve dans le — de tous les êtres, 98 (82).

Coleridge, Samuel Taylor : s'exprime intuitivement à propos de la pensée, 152 (137).

Compassion : la—et le karma, 230 (216-7).

Compensation : voir « Karma » .

Comptes rendus de la « London Lodge of the Theos. Society » : citation de A. P. Sinnett sur le « Soi supérieur » 186 (172).

Conelly J.H. : cité à propos de Karma, 221-3 (207-9) ; cité à propos des dogmes de l'Église, 227-8 (213-4).

Confiance en soi : la prière détruit la — 86 (70) ; il faut enseigner la — auxenfants, 283 (270).

Confucius : similitude entre l'enseignement de — et celui de la Théosophie, 62(49) ; les préceptes de — devraient être mis en pratique, 252 (239).

Connaissance (s) : la Théosophie est la — divine, 15 (1-2) ; la Religion-Sagesse est le dernier mot de toute — humaine, 21 (7) ; raisons qui font garder secrète la — divine, 25-6 (12) ; il nous incombe de chercher à obtenir la — des lois de la Nature, 62 (48) ; la Théosophie est à la fois — et sagesse, 71 (56) ; l'Arbre de la — du Bien et du Mal, 73 (59) ; la foi est —, 103 (87) ; la—et la foi aveugle, 232 (218-9) ; la croyance basée sur la — est la foi véritable, 233 (220) ; la — s'acquiert grâce aux souffrances vécues, 240 (226) ; la — reçue des Maîtres est intrinsèquement bonne, 311 (298) ; la — est indispensable aux théosophes qui seront responsables de l'avenir de la S. T., 318 (304-5).

Conscience : la — absolue est aussi inconscience absolue, 80 (65) ; la — etl'inconscience, 101 (85) ; qu'est-ce que la — absolue ? 116 (100).

Conscience (individuelle) : rapports entre le soi intérieur et la — physique, 42 (29) ; la — spirituelle et le « Père qui est auxCieux » , 83 (67) ; la perception des sens et les états de—, 105 (89-90) ; l'annihilation de la — personnelle est exceptionnelle, 110 (94) ; la résurrection de l'esprit glorifié des Mystères est relative à la—, 114 (98-9) ; la — incarnée ou l'homme mental, 116 (100) ; l'immortalité est une — ininterrompue de soi, 124 (108) ; tout changement qualitatif de l'état de — correspond à un nouvel aspect de l'homme, 133-4 (118) ; la forme humaine primitive était dépourvue de —, 151 (136) ; communication entre la — spirituelle et la — humaine, 152 (137) ; la — de l'être en devachan, 162 (146) ; la — immédiatement après la mort, 175 (160), 180 (165) ; la pleine — manasique de l'Ego s'éveille entre le devachan et la renaissance, 177-8 (163) ; les états de — et les trois modes de sommeil, 179-80 (165) ; la — du matérialiste, 184 (169) , Sinnett, citation sur les conditions de la — et des sens psychiques, 187 (173) ; la — physique est transitoire, 193-4 (180) ; la — individuelle et la — infinie, 233 (219).

Conscience (morale) : la voix de la — est une communication spirituelle, 152 (137) ; notre — est la voix de l'Ego, 202 (189) ; l'abnégation et la « petite voix silencieuse de la — » , 253 (240) ; la voix de notre — devrait être le seul tribunal de nos actes, 254 (241).

Coque (s) : les — des personnalités disparues, 41 (28), le kâmarûpa ou mâyâvirûpa des êtres dépravés devient une — 203 (191) ; les esprits des séances sont essentiellement des — du kâma loka, 205 (192).

Corps : l'esprit immortel doit prendre possession du temple de son — (citation) 68 (13) ; le—est le temple de l'Esprit de Dieu, 87 (71) ; le — dans la division triple de l'homme, 106 (90-1) ; le — psychique et le — spirituel selon Paul et selon Jacques, 106 (91) ; les différents — de l'homme, 107 (91) ; le — est formé de la terre, selon Plutarque, (citation), 113 (97-8) ; le — se désagrège à la mort, 116 (100) ; l'humanité est composée d'esprits emprisonnés dans des —, 120 (104) ; l'homme est une trinité lorsqu'il habite un —, 124 (108) ; le—est le véhicule du « double vital » , 133 (118) ; Coleridge cité à propos du — céleste et de la mémoire, 152 (137) ; le — se désagrège après la mort, 198 (184-5) ; Plotin compare le—au Léthé 155 (140) ; les Nirmânakâya n'ont pas de—, 167 (151) ; l'intelligence se perpétue après la mort du — (citation), 168 (152) ; la vie est indépendante du —, 168 (153) ; le sort des skandha après la mort du—, 169 (154) ; le dogme de la « résurrection » du — pris à la lettre, 171 (155) ; nécessité d'une nourriture appropriée pour le — en vue d'un meilleur développement des pouvoirs intérieurs, 274 (261). (Voir aussi « Corps astral » , « Corps causa » , « Corps physique » . )

Corps astral : le—et ses manifestations dans les phénomènes du spiritisme, 41 (28) ; est le linga sharira, 107 (91) ; le — se sépare de l'homme à la mort, 159 (143).

Corps causal : le—est le kâranopâdhi du Târaka Raja Yoga, 133 (118) ; le— correspond à Buddhi-Manas, 136 (121) ; c'est l'Ego, le — qui tient dans sa sphère d'influence chaque personnalité dans laquelle karma le force à s'incarner, 151-2 (136) ; l'Ego qui se réincarne est le — selon les hindous, 187 (172) (note); 188 (174).

Corps physique (s) : le Soi intérieur se manifeste sur ce plan lorsque le — est « paralysé » dans son activité et sa conscience indépendantes, 42 (29) ; le — n'est qu'animal, 111 (95) ; le — dans la division septuple de l'homme, 112 (96), 136 (121), 190 (176) ; selon les védantins, le—n'est qu'une illusion, 133 (117) ; l'Ego inférieur opère par l'intermédiaire du —, 190 (176) ; les rapports entre l'homme intérieur et le —, 272 (259).

Correspondances : les Analogistes enseignaient la loi des —, 16 (2) ; la science ésotérique des —, 114 (98).

Cosmos : la déité pénètre tout le — visible et invisible, 80 (64) ; le — contient des millions de systèmes solaires, 101 (85-6).

Créateur : l'infini ne peut être —, 78 (61-2) ; le pouvoir — divin dans la Nature, 79 (63-4) ; la notion d'un Dieu — est non philosophique, 126 (110-1).

Création : il n'y a pas de — mais seulement des apparitions périodiques, 99 (83-5) ; l'âme n'est pas une — de Dieu, 199 (185) ; la — selon le Zohar (cité), 201 (187-8).

Credo(s) : les — contradictoires ne peuvent contenirla vérité, 48 (35) ; un aspect limité de la vérité se trouve dans chaque —, 73 (58). (Voir aussi « Religion » , « Système » .)

Crime(s) : comparaison du nombre des — dans des populations bouddhistes et chrétiennes, 89 (73), 261 (248) ; Isis Dévoilée, citation surles conséquences des — qui sont illimitées, 238 (224-5) ; les — de la civilisation moderne, 260 (246-7) ; la source la plus fertile du —, 261 (248).

Critique(s) : explication des mobiles à l'origine des — et des accusations contre la S.T., 267 (254) ; nuance entre la médisance et la — justifiée, 268 (255).

Cycle(s) : le — des incarnations, 47 (34) ; le — d'Existence, 79 (63) ; le — de la vie de l'univers, 100 (84) ; Manas est permanent pendant tout le — de vie, 116 (100) ; l'entité devient esprit à la fin de son — 123 (107) ; le principe divin irradie et manifeste sa propre essence au début de chaque nouveau — de vie, 126 (110-1) ; la durée du nirvâna est égale à celle d'un — de vie, 130 (114) ; le — intermédiaire du devachan, 164 (148) ; la fonction de Buddhi pendant le — de vie, 174-5 (159-60) ; le — de la « chute dans la matière » , 195 (181-2) ; « l'homme-Dieu » crucifié pendant le — de vie, 201 (188-9) ; l'origine du — de la vie consciente, 211-2 (197-8).

haut de l'index

D (↓ lettre suivante)

Damien, Père : le sacrifice du — pour les lépreux de Molokai, 252 (238-9).

Damnation : la croyance en la — est une interpolation due à un exotérisme exagéré, 94 (79) ; les états de conscience post mortem n'ont rien de commun avec la —, 153 (137) ; la — éternelle n'existe pas, 154-5 (139-40) ; la — et sa logique selon qu'on la considère comme une allégorie ou une vérité, 256-7 (243).

Danger : la communication avec les « esprits » représente un — certain, 205-7 (192-4) ; la pratique de la nécromancie est un —, 206-9 (194-6) ; le — de la recherche du développement psychique, 319 (306).

De facie : 114 (98) ; 115 (99).

Déité : définition de la —, 80-1 (64-5) ; la — Universelle est Équité Absolue, 214 (199-200) ; la monade humaine retourne à la — absolue, 223 (209).

Démocrite : cité, 110 (94).

De Mysterris : de Jamblique, (cité), 17 (3) (note).

De somniis : de Philon le Juif, citation sur la réincarnation des âmes, 127 (111).

Désir(s) : le Kâmarûpa est le siège des —, 107 (91) ; le siège des — dans le corps physique est situé dans un organe du côté droit, 136 (121) ; il y a deux sortes de —, 241-2 (227-8) ; la qualité des — est déterminante pour le développement de l'homme, 275 (261-2).

Destinée : la — de chaque Ego, 170 (155) ; Isis Dévoilée, citation sur la — guidée soit par l'ange ou par le démon intérieur, 195 (182) ; Connelly et Walker, citations sur le karma et la —, 222-3 (209-10) ; Conelly, citation sur la — et la croyance en une seule vie, 227 (213) ; notre — est entre nos mains, 230 (216-7) ; les devoirs relatifs à la — de chacun, 254 (240).

Deus ex machina : (note explicative du terme), 41 ; le corps astral est comparé à un —, 41 (28) ; karma est comparé à un —, l50 (134) ; prâna comparé à un —, 190 (176).

Deva : les brâhmanes se jugent supérieurs au commun des —, 86 (70).

Devachan : l'Ego en — ne participe pas aux séances spirites, 41 (28) ; l'homme en — est triple, 114 (98) ; état de béatitude nirvanique, 115 (99) ; définition du —, 116 (100) ; l'Ego des « âmes perdues » n'a pas de—, 119-20 (104), 202 (189) ; la conscience individuelle en —, 124 (107-8) ; la récompense de l'Ego en —, 145 (129) ; l'expérience physique est réduite à un état de réalités potentielles en —, 148 (132) ; l'omniscience potentielle en —, 149 (133) ; le corps céleste en — est comparé au Léthé, 155 (140) ; la durée moyenne du — est de dix à quinze siècles ; 161 (145) ; l'état de conscience de l'Ego en—, 162-4 (147-8) ; les vrais Adeptes n'ont pas de—, 164 (148) ; le—est un monde d'effets, 180 (165)  ; le matérialiste égoïste n'a pas de — conscient, 184 (169-70) ; le rappel sur le mode spirituel des souvenirs de l'ex-personnalité pendant le —, 191 (177-8) ; béatitu'de mentale de la triade divine en —, 198 (184) ; l'acteur rêve en — du dernier rôle qu'il a joué sur terre, 198 (185) ; la loi de compassion et de miséricorde est à l'oeuvre dans les effets bienfaisants du —, 230 (216-7).

Développement : le — de soi-même et celui d'autrui, 68 (53) ; le — des facultés en devachan, 171 (156) ; le — mental et spirituel de l'humanité, 246-7 (232-3) ; conséquences de la négligence du devoir social sur le — de l'humanité, 249 (234-5) ; le — de l'un contribue au — du tout, 250 (236) ; l'altruisme et le — personnel, 253 (239-40) ; l'ascétisme aveugle et inintelligent est contraire au — spirituel, 272-3 (259-60) ; l'alcool et les drogues sont nuisibles au — spirituel, 275 (262) ; le — des sens intérieurs et des facultés dans l'éducation, 283 (270-1).

Devoir(s) : le — de tous les théosophes est de promouvoir une éducation non sectaire, 57 (44) ; le — de tous les théosophes est de maintenir vivantes les intuitions de l'homme, 61-2 (48) ; le—et la Théosophie pratique, 241-5 (227-31) ; notre bonheur n'est pas le but de l'accomplissement du —, 242 (228) ; le—est ce qui est dû à l'humanité, 243 (229) ; la Théosophie est la quintessence du —, 243 (229) ; le — du point de vue de karma, 243-4 (229-30) ; les conséquences de la négligence du — social, 248 (234) ; l'importance d'acquérir le sens du —, 249 (235) ; le théosophe a pour — d'éduquer l'opinion publique, 249 (236) ; le — envers tous les hommes, 253 (240-1) ; Épictète cité à propos du —, 254 (241) ; le — du théosophe est de semer pour l'avenir, 255 (242) ; le—est ce qui est suggéré par la conscience, 264 (251) ; le — et le travail théosophique, 265-6 (252) ; cinq — théosophiques, 266 (253) ; Annesly cité à propos du — « consultez le — non les événements », 268 (255) ; la conception théosophique du — et ses effets, 318 (305-6).

Dévouement : l'avenir de la S.T. dépend du — de ses membres, 317-8 (304-5).

Dhammapada : cité à propos de la tolérance, 90 (74).

Dharma : la loi, dans La lumière de l'Asie, 228 (214).

Dhyân Chohan : lshvara est la conscience collective de l'Armée des —, 174 (159) (note) ; l'Ego se métamorphose en — glorifié, 182 (168).

Dhyâna : la signification et le but des quatre degrés de la voie bouddhique de — sont mal interprétés, 129 (114).

Dieu : et la prière, 82-90 (66-74), « l'homme n'est pas un dieu mais —   » , 83 (67) ; le concept du — créateur d'âmes est inadmissible, 91-2 (77) ; le — des chrétiens critiqué par Megattivati, 92 (76-7) ; essence déifique inconnaissable, 99 (83)  ; Anaxagore appelle — Nous, 110 (95) ; l'infinitude de —, 123 (107) ; et la justice absolue, 126 (110-1) ; le concept d'un — créateur n'est pas une doctrine philosophique, 126-7 (111) ; Âtma est plus le — au-dessus qu'au-dedans de l'homme, 189 (175) ; le mystère de—et du diable, 194 (180-1) ; un Avatâra est la descente d'un —, 195 (181) ; notre — est notre « Père qui est dans le secret » , 195 (181) ; Manas est un — condamné au cycle des incarnations, 196-7 (183) ; la rémission des péchés par — est un non-sens, 213 (199) ; selon la Confession de Foi presbytérienne, 227 (213-4) ; un — personnel est un non-sens philosophique, 234-5 (221), 283 (270).

Dieux : la Theosophia est la « sagesse des — » , 15 (1) ; la Théurgie est la production d'une oeuvre de—, 16 (2) (note) ; Ammonios considérait les récits concernant les — comme de simples allégories, 20 (7) ; Apollonius cité à propos des — et du don de prophétie ; 24 (11) (note) ; prier les — serait de l'idolâtrie, 86 (70-1) ; l'homme est formé par les — mineurs créés, 106 (90) ; le devachan est littéralement le « pays des — » , 116 (100) ; les — sont des émanations finies en tant que forme et individualité, 132 (116) ; les — émanent du Principe inconnu, 195 (181) ; les — des païens sont tous des — finis, 235 (221).

Diffamation(s) : les théosophes doivent protester contre les —, 263-4 (250-1) ; la — doit être absolument évitée, 266 (253) ; contre l'œuvre des fondateurs de la S.T., 270 (257) ; les — à propos de l'invention des Maîtres par H.P.B. est le meilleur hommage qu'on puisse lui faire, 312 (298-9).

Diogène Laërce : cité à propos de l'origine de la Théosophie Éclectique, 16 (2) (note).

Divin : la Conscience Absolue, ou le — à jamais invisible et inconnaissable, 116 (100) ; l'absorption dans le — n'est pas l'annihilation, 128-30 (113-4).

Divinité : les éclectiques d'Alexandrie croyaient en une — absolue, 16 (2) (note) ; le bouddhisme du Sud n'admet l'existence d'aucune —, 28 (14) ; une partie de l'homme intérieur est formée de la même substance que la —, 108 (92) ; l'Agathon, la — Suprême de Platon, 112-4 (96-8).

Doctrine Secrète, La : bibliographie, 75 (N.d.T.) ; citée, 75 (60) ; explication de la différence qui existe entre les hommes et les animaux, référence à —, 120 (104) ; les sept principes, référence à —, 133 (118) (note) ; les « Anges Déchus » , référence à — et citation, 154 (138) (note) ; l'Armée des Dhyân Chohan, référence à —, 174 (159) (note) ; citation de — sur karma, 223-6 (210-2) ; la Théosophie est cent pour cent contre le culte phallique, — citée, 293 (280) ; H.P.B. serait selon ses détracteurs l'inventeur de —, 308 (295) ; les doctrines exposées dans — sont celles des Maîtres, 313 (300).

Dogme(s) : l'Occident subit depuis longtemps le joug de la lettre morte des —, 25 (12) ; et rituels tiennent une place importante dans les religions, 27 (14) , les — limitent l'universalité des doctrines, 72 (58) , le — théologique du Dieu personnel, 91 (76) ; le — de la rémission des péchés, 121 (105) ; le — de l'enfer, 125 (109-10), 199 (186), le — des Anges Déchus, 154 (138) (note) ; le — du Dieu créateur vengeur, 228 (Ï15) ; connaissance, foi et — chrétiens, 232 (218-9) ; crédulité, intuition et —, 234 (220-1) ;, la rémission des péchés est un — dangereux, 237 (223-4) ; les — sont des écueils à éviter au sein de la S.T., 318 (305).

Double : le — du médium est le deus ex machina des « matérialisations » , 41-2 (28-9) ; le— ou le corps fantôme, 107 (91) ; le — humain est l'eidôlon des Mystères, 112 (96) ; le corps est le véhicule du — vital, 133 (118) ; l'âme plastique ou protéenne, 136 (121) ; le—et la seconde mort, 159-60 (143-4) ; le — fait partie de l'Ego inférieur, 190 (176).

Drogue : l'influence nuisible de la —, 275 (262).

Duade : la — divine doit être assimilée et reflétée dans une conscience, 151 (135).

Dualité : la — dans l'homme septuple, 106-9 (90-2) ; la — de l'âme, 123-4 (108-9) ; la— de l'intelligence ou Manas, 135-6 (120-1) 192-5 (178-81) ; la — de Manas, principe et entité, 196 (183).

Dzyan, Stances de : sur le péché originel des Anges déchus, 154 (138) (note).

haut de l'index

E (↓ lettre suivante)

Eclectic Philosophy (in-New Platonism and Alchemy) : par Alexander Wilder, cité, 17-8 (3-4) ; sur les différents degrés chez les Esséniens, 23 (9) ; sur l'extase, 24 (11) (note).

École(s) : description d'une — idéale, 277-8 (264-5) ; les — modernes développent l'égoïsme, 279 (267) ; en Angleterre les — publiques ne sont pas  chrétiennes, 280-1 (268) ; ce que serait une — théosophique, 283 (270).

École d'Alexandrie : enseignait que l'âme provient de l'Æther, 121 (105-6).

Edinburgh Encyclopaedia The : « Theodidaktos » — rubrique sur Ammonios Saccas, 19-20 (5-7).

Édison, Thomas Alva, inventeur du phonographe, 303 (290).

Edkins, Rév. T. : auteur de Chinese Buddhism dont la lecture est recommandée, 27 (13).

Éducation : les théosophes s'efforcent de promouvoir une — non sectaire, 57 (44) ; l' — moderne crée des obstacles, 259 (245-6), 277-8 (264-5) ; critique de l'— moderne, 278 (266) ; méfaits de l'— 281-2 (269) ; les enseignements dispensés dans l'— moderne encombrent et déforment l'intelligence, 282-3 (269-70) ; ce que serait l'— théosophique, 283-4 (270-1).

Eglinton : victime de sa médiumnité, 207 (195).

Église du bouddhisme du Sud : le Rév. H. Sumangala reconnaît que les enseignements du Catéchisme Bouddhique sont en accord avec le Canon de l' —, 145 (129) (note).

Églîse(s) chrétienne(s) : et Ammonios Saccas, 20 (6) ; la pseudo-théologie de l'—, 48 (35) ; responsable de l'esclavagisme et de ses crimes, 56-7 (42-3) ; les — et l'absence de charité, 70 (55) ; la condamnation des non-chrétiens par l'—, 90 (74) ; trois grandes — et plus de 300 sectes en Angleterre, 98 (82) ; les enseignements de Jésus et de l'—, 199-200 (186) ;, l'— et la doctrine du feu de l'enfer, 256-7 (243) ; et l'éducation, 276-7 (264) ; les crimes de l'—, 312 (299).

Ego : l'— ou l'Individualité consciente ne se matérialise pas au cours des séances spirites, 41 (28) ; définition du mot —, 46-7 (33) ; l'— spirituel et l'injonction : « que ta volonté soit faite » , 84 (68) ; les bouddhistes érudits admettent un — divin dans l'homme, 94 (78) ; explications données par le Bouddha à Ânanda sur l'ambiguïté du terme, 96-7 (81) (note) ; l'immortalité et l'annihilation de l'— personnel, 109 (93) ; l'— immortel ne participe pas aux séances spirites, 109 (93) ; l'— éternel est aussi le logos dans l'homme, 111 (95) ; selon Pythagore, 111-2 (92) ; l'— en devachan, 115 (99-100), 171-2 (156) ; l'— individuel est une entité distincte, 119 (103) ; la destinée de l'— spirituel des « âmes annihilées » , 119-21 (104-5) ; l'— est un avec l'— infini, 126 (110) ; l'— est soumis à la réincarnation, 136 (121) ; l'— individuel n'est pas le « moi » personnel, 145 (129) ;, l'image de l'aspect divin de l'homme s'imprime sur l'— spirituel, 146 (130-1) ; l'acteur et son rôle, 146 (131) ; l'— spirituel devient actif lorsque la personnalité est paralysée, 147 (131) ; omniscience de l'— spirituel, 147 (131) ; l'— est omniscient potentiellement en devachan, 149 (133) ; les différents « principes » de l'—, 150-1 (135) ; taijasa et l'— spirituel, 151 (136) ; le corps céleste est notre — manasique, 152 (137) ; la récompense et la punition de l'—, 153-4 (137-8) ; la réincarnation et le réajustement karmique de l'—, 156 (141), 175-6 (161) ; l'— et la personnalité idéalisée en devachan, 163-4 (147-8) ; le retour de l'— est possible immédiatement après la mort, 166 (151) ; l'évolution et la destinée de chaque —, 170 (155) ; la vision panoramique de l'— au moment de la mort, 177 (162-3) ; vision prospective de l'— avant la naissance, 177-8 (162-3) ;, la destinée de l'— terrestre et de l'— spirituel, 180-2 (165-7) ; l'— est un acteur qui joue plusieurs rôles sur terre, 182 (168) ; l'— passe alternativement par des existences matérielles et spirituelles, 187 (172-3) ; l'— spirituel, l'— intérieur et l'— inférieur, 189-90 (176) ; le mystère de l'—, 191 (177) ; l'— qui s'incarne, 194 (180) ; à son origine l'— est un dieu, 195-7 (181-3) ; généalogie de l'— manasique, 196-7 (183-4) ; l'— est tenu pour responsable de tous les péchés des attributs inférieurs, 198 (184) ; l'— spirituel et la parabole de la Vigne et du Vigneron, 200 (186-7) ; l'— des personnalités annihilées, 202-3 (189-90) ; le progrès de l'—, 211-2 (197-8) ; l'— et ses affinités avec l'environnement de son incarnation, 226 (212) (citation).

Égoïsme : le secret fut longtemps gardé sur les doctrines ésotériques à cause de la perversité et de l'—, 25 (12) ; l'— est source d'obscurantisme, 50 (37-8) ; la loi du talion renforce l'—, 54 (40-1) ; certaines prières relèvent de l'—, 84-5 (68-70) , le Soi supérieur et la maîtrise de l'—, 89 (73) ; l'— et la dysharmonie, 220 (207) ; l'— national, 245 (231) ; développement anormal de l'—, 248-9 (235) , l'— à l'ère du progrès, 260 (246-7) ; l'— engendré par l'éducation, 278-9 (265-6) ; l'— est une malédiction pour l'humanité, 279 (267) ; l'— dont sont accusés les Maîtres, 303 (289) ; le progrès de l'humanité en l'absence d'—, 318-9 (306).

Égyptiens : les hiérophantes —, 49 (36) (note) ; les — révéraient l'Un Unique,110 (94-5) ; la constitution septuple de l'homme selon les —, 112 (96).

Eidôlon : la forme-ombre des Mystères, 112 (96) ; se disperse à la mort, 116 (100),143 (128) ; la seconde mort et l'— humain, 159 (143-4).

Élémentaire : le mâyâvirûpa des dépravés devient un —, 203-4 (191).

Élémentaux : produisent les manifestations au cours des séances, 41 (28) ; les influences dangereuses des —, 205 (192-3).

Eleusinian and Bacchic Mysteries, The : par Thomas Taylor, cité à propos de l'introduction à cet ouvrage par A. Wilder, 234 (220-1).

Eleusinies : Mystères de la Grèce, 22 (8).

Émanation(s) : — du principe infini, 78 (62) ; les — sont périodiques, 99 (83-4) ; de l'univers, 101 (85) ; l'homme est une — du Noûs, 111 (95) ; l'âme spirituelle est une — du soleil, 114 (98) ; Buddhi est l'— directe d'Âtma, 117 (101-2) ; les Ego sont des — de l'Ego infini, 126 (110-1) ; l'âme est une — finie, 132 (116) ; les — de Sat sont immortelles, 183 (168) ; les — primordiales sont des dieux, 195 (181) ; l'humanité est une — de la divinité, 231 (217).

Emerson, Ralph Waldo : cité à propos de l'enthousiasme, 261 (247).

Empédocle : cité à propos des âmes humaines et animales, 122 (106).

Enfant(s) : l'— devient moralement responsable vers 7 ans, 189 (175) ; l'enseignement et l'éducation des —, 276-84 (264-71).

Enfer : le dogme du feu de l'— n'a pas été enseigné par Jésus, 95 (79) ; l'éternité de l'— est un non-sens, 125 (110) ; l'— est un état subjectif, 153 (138) ; le seul — réel est sur la terre, 156 (141) ; l'— selon la théologie chrétienne, 198-9 (185-6) ; limites de la logique de la croyance littérale à l'—, 256-7 (243).

Enseignement(s) : orientaux sur Âtma, 119 (102-3) ; la logique et la profondeur des — orientaux, 261 (247) ; le monde n'est pas mûr pour recevoir l'—directement des Adeptes, 303 (290) ; l'— de la Théosophie au XXème siècle, 317-320 (304-6) ; les — et l'effort du Mouvement théosophique à la fin de chaque siècle, 319 (306-7).

Enseignements ésotériques : ont existé de tout temps, 21-2 (7-9) ; raisons pour lesquelles les — sont restés longtemps secrets, 25 (11-2) ; les — de Gautama le Bouddha, 26 (13) ; Chinese Buddhism cité à propos des —, 27 (13). (Voir aussi « Gnose » , « Secret » . )

Enthousiasme : l'— s'oppose à l'extase, 142 (126) ; Bulwer Lytton et Emerson cités à propos de l'—, 261 (247).

Entité : l'Ego individuel est une — distincte, 119 (103) ; Dieu ne peut être une — car une — n'est immortelle que dans son essence ultime et non dans sa forme individuelle, 123 (107) ; l'— spirituelle et le nirvâna, 129-30 (114) ; la nature de l'— kâmarûpique, 160 (144-5) ; l'homme divin est indestructible en tant qu'— pensante, 191 (177) ; la racine de l'— consciente est dans l'éternité, 194 (180) ; présence d'une — spirituelle personnelle dans l'homme, citation 195 (182) ; Manas est à la fois une — et un principe, 196 (183) ; l'Ego humain réel est une — spirituelle, 197 (184).

Environnement : le soi personnel est la créature de son —, 147 (131) ; l'homme est victime de son —, 153-4 (138-9) ; et le karma universel, 216-7 (202-3).

Épictète : cité à propos du devoir, 254 (241).

Esoteric Bu.ddhism : voir « Bouddhisme ésotérique » .

Ésotérique : (voir à « Enseignements ésotériques » , « Gnose » , « Secret » . )

Espace : les couches de l'—, 104 (88) ; le kâma loka se situe dans un — subjectif, 159 (143) ; l'— et l'homme-dieu crucifié pour la rédemption de la Matière, 201 (188).

Esprit : utilisation du terme — selon la Théosophie et selon le spiritisme, 41 (28) ; l'— est de la matière potentielle, et la matière de l'— cristallisé, 46 (33) ; le (meta) —, 46 (33) ; l'— absolu ne peut assimiler les pensées et les désirs finis et conditionnés, 83 (67) ; la prière et l'— de Dieu dans l'homme, 87 (71) ; nephesh n'est pas l'— immortel, 91 (75) ; l'— et l'âme selon Platon, 106-7 (90-1) ; l'Ego réel ne peut jouer le rôle d'un — « matérialisé   », 109 (93) ; le Noûs de Platon correspond à l'— selon St Paul 109 (93) ; «  le Mental ou l'— qui tient de lui-même sa puissance » selon Anaxagore, 110-11 (95) ; l'âme selon les anciens Grecs correspond à l'— ou l'âme spirituelle selon la Théosophie, 112 (96) ; l'— divin et l'Ego qui se réincarne, 117-8 (101-2 ; les cabalistes prétendent que l'— humain demeure durant toute la vie emprisonné dans la capsule astrale, 119 (103 ; l'— et la perte de l'individualité, 121-2 (105-6) ; l'— humain est pré-existant, 122 (106) ; l'— pur et le non—, 122 (106) ; selon le Zohar, l' est un principe masculin, 124 (108) ; l'— absolu ou l'Etre-té, 130 (114) ; le mot — utilisé seul correspond à Âtma, 130 (115) ; le nirvâna des bouddhistes signifie l'immortalité individuelle en —, 132 (116) ; Âtma n'est pas distinct de l'— universel, 133 (118), 147 (131) ; l'— ou le TOUT indivisible est Âtma, 134 (119) ; Âtma est inséparable du (Méta) —, 151 (135) ; l'— (humain) tombe dans un état d'hébétude après la mort,166 (151) ; l'— (humain) ne revisite pas la terre après la mort, 169 (153) ; —, force et Matière, 183 (168) ; l'— divin est représenté comme un Être céleste, un — qui a entrepris un nouveau cycle de vie, 197 (183) ; l'— ou Buddhi est la force centrifuge, 202 (189-90) ; l'— dans l'homme est l'unique substance permanente, 232 (219) ; l'union de l'— et de la matière n'est que temporaire, 233 (219-20) ; la chute de l'— dans la matière permet d'acquérir expérience, connaissance et sagesse, 240 (226).

Esprit-matière : dans leur infinitude — sont la conscience absolue, 16 (100) ; l'homme est issu de l'—, 122 (106).

Esprits : les — selon le spiritisme et selon la Théosophie, 40 (27-8) ; les — des morts ne descendent pas sur terre mais ceux des vivants montent vers les pures Âmes Spirituelles, 43 (30) ; la doctrine du retour des — des morts est cruelle, 161 (145) ; les —.les coques et les élémentaires, 203-4 (191) ; les — sont légion, 205 (192) ; certains — sont des Intelligences élevées, 206 (193) ; les — des séances sont dangereux, 205-9 (194-6) ; les phénomènes produits par les théosophes n'ont rien à voir avec les—287 (274) ; avant que Mme Blavatsky ne parle des Maîtres, les soi-disant « révélations » ne provenaient que des —, 314 (301-2).

Esprits planétaires : il existe différentes classes d'—, 120 (104) ; certains — sont libérés, 120 (104) ; des — guident parfois certains êtres incarnés de grande pureté, 206 (193).

Essence : l'— de la nature immortelle de l'homme est une avec l'Âme Universelle, 16 (2) (note) ; l'— divine peut être communiquée au Soi Spirituel supérieur dans un état d'extase, 23 (10) ; l'humanité est d'une seule et même —, 55 (41), 126 (110) ; l'univers se développe par émanation de sa propre —, 81 (65) ; unité de l'homme et de l'— infinie, 84 (68) ; l'union étroite de notre âme supérieure avec l'— universelle, 86 (70) ; Dieu, l'âme et l'homme constituent une unité avec l'— déifique, 99 (83) ; Âtma est l'— divine, 117 (101) ; l'— immortelle de l'homme est une entité distincte, 119 (103) ; chaque atome est impérissable dans son —, 124 (108) ; l'Esprit est absorbé dans l'— universelle, 130 (114) ; seule l'— divine de Manas survit après la mort, 137 (122) ; le principe de l'Ego s'unit à la Monade et devient une — spirituelle et indestructible, 181 (166), la conscience la plus haute de l'Initié en samâdhi est absorbée dans l'— UNE, 188 (174) ; plus une — est proche de son principe racine plus il est difficile pour elle de s'affirmer sur terre, 195 (181) ; l'— de l'Ego incarné se dédouble, 197 (184) ; l'homme est une émanation de l'— Divine, 232 (219).

Esséniens : les — de Judée et du Carmel, 23 (9).

État(s) : de samâdhi, 86 (70), 188 (174) ; il existe sept—de conscience, 105 (89) ; les — de veille et de rêve, 105-6 (89-90) ; les—post mortem, 114-5 (98-99) ; les — de matière, 116 (100) ; les différents —post mortem, 117-22 (101-6) ; l'— de nirvâna, 128-9 (113-4), 131-2 (116), 183 (169) ; l'— de damnation éternelle n'existe pas, 153 (137-8) ; l'—post mortem est un rêve, 153 (138-9) ; l'— de conscience spirituelle d'une mère en devachan, 162 (146-7) ; l'— de conscience en devachan, 171-2 (156-7) ; la béatitude pendant les — post mortem, 176 (161-2) ; la philosophie des —post mortem, 179-80 (165).

Éternel : la seule réalité, 100 (84).

Éternité : Dieu, l'âme et l'homme sont un dans l'—, 99 (83) ; le nirvâna dure une —, 130 (114) ; l'Esprit est dans l'—, 134 (119) ; la racine de l'amour divin est dans l'—, 165 (150) ; Buddhi-Manas est soi-conscient pour l'— 175 (160) ; l'état de conscience du matérialiste dans l'—, 181-2 (166-7), 184-5 (170) ; Sat est l'— absolue, 183 (168) ; la racine de la conscience spirituelle est dans l'—, 193-4 (179-80).

Éthique : Ammonios Saccas et son credo universel basé sur l'—, 17 (3) ; l'— de la Théosophie est l'âme de la Religion-Sagesse, 26 (14-5) ; la Théosophie a pour tâche d'inculquer l'—, 37 (24-5), 40 (27) ; l'— de la Société Théosophique, 62 (48-9) ; la véritable — et celle des lèvres, 242-3 (228-9) ; l'éthique bouddhique et ses effets bénéfiques sur les masses, 261 (248).

Être-té : absoluité, 80 (65) ; l'entité spirituelle devient, en nirvâna, l'—, 130 (114).

Évangile(s) : la parabole des talents, 69 (54) ; l'— bouddhique et l'— chrétien sont similaires, 95 (79-80) ; fermentation de la pensée à l'époque des événements rapportés par les — 97 (81-1) ; le quatrième — et l'enseignement de la réincarnation, 200 (186-7).

Évolution : l'— et la destinée de chaque Ego, 170 (154-5) ; l'— de l'Ego manasique, 197-8 (183-4) ; l'— constante de Manas, 201-2 (188-9) ; l'— et le rôle de l'environnement, 249 (235).

Extase : système de méditation en usage chez les Philalèthes, 17 (3) (note) ; la véritable — selon Plotin, 23-4 (10) ; l'— ou la « photographie spirituelle » selon Wilder, 24 (11) (note) ; la prière et l'—, 86 (70) ; l'— selon Olympiodore, 142 (126) (note). (Voir aussi « Samadhi » . )

haut de l'index

F (↓ lettre suivante)

Fantôme(s) : le — ou kâmarûpa vit, pour ainsi dire, par procuration, 160 (144-5) ; les — les coques et les élémentaires, 204 (191). (Voir aussi « Revenant » . )

Ferho (ou Parcha) : nom symbolique dans le Codex Nazaræus, 201 (188).

Festus : 31 (17).

Feu : enseignements des philosophes du —, 122 (106) ; un dieu est une étincellede l'unique océan de — Divin, 195 (181-2).

Fil d'or : le Sûtrâtma ou l' « Âme-fil »  178 (163).

Foi : la — aveugle est à l'opposé de la connaissance, 62 (48), 103 (87) ; la — aveugle et la — raisonnée ou « connaissance » des faits, 232 (218-9) ; la — aveugle comparée à une maladie mentale, 234 (220) ; la — aveugle est un suicide intellectuel, 261 (247).

Force(s) : il y a sept — dans la nature, 105 (89) ; l'homme est une corrélation de pouvoirs spirituels et de — physiques et chimiques, 118 (102) ; l'essence de l'Esprit, de la Matière et de la— sont sans commencement et sans fin, 183 (168-9) ; l'entité pensante considérée comme un Ange, un Esprit ou une—, 194 (180) ; la — centripète et la — centrifuge, 202 (189-90) ; les — mises en jeu et leur réaction, 220 (206) ; les théosophes devraient rayonner des — spirituelles supérieures, 249 (236).

Forme(s) : Dieu est infini et n'a pas de —, 78 (62), 123 (107) ; l'eidolon des Mystères est la — -ombre ou le double humain, 112 (96) ; toute — est une illusion, 129 (114) ; l'Âme est une émanation finie en tant que — et individualité, comme le sont tous les autres dieux, 132 (116) ; l'Ego spirituel s'est incarné à l'origine dans une — humaine dépourvue d'intelligence, 151 (136) ; les — résultent du jeu des forces centripète et centrifuge dans la nature, 202 (189).

Foster, Charles : et la médiumnité, 207 (195).

Fox, les Sœurs : et la médiumnité, 208 (195-6).

Fraternité Universelle : importance de la —, 31 (18) ; le premier but de la S.T., 53-4 (39-40) ; la — présentée admirablement dans Looking Backward de Bellamy, 58 (44) ; la—est à la base de la constitution des clubs nationalistes, 59 (45) ; les quatre maillons de la chaîne d'or de la —, 247 (233) ; la véritable — et la solidarité, 248 (234) ; la — devrait être à la base de tout effort social, 249 (235-6) ; dans l'avenir, la S.T. devrait devenir un instrument pour la réalisation de la—318 (305).

Futur(es) : citation sur les dieux qui voient le —, 24 (11) (note) ; l'Ego voit le — entre le devachan et la renaissance, 177 (162-3) ; la Section Intérieure est une voie préparatoire pour entrer sur le sentier dans des vies —, 276 (263).

haut de l'index

G (↓ lettre suivante)

Gabirol, Salomon ben Jehudah : cité à propos du Kether Malchut, 81 (65).

Genèse : le nephesh de la — est l'âme vitale animale, 91 (75) ;, le nephesh de la — n'est pas l'âme immortelle, 124 (108-9).

Ghost-Land: par Mrs Hardinge Britten, cité, 315 (302).

Glande pinéale : est le siège de la conscience la plus élevée, 136 (121).

Glanvil, Joseph : cité, 206 (194).

Globes : la chaîne terrestre comprend six autres — en plus de notre terreobjective, 104 (88).

Gnose : la — de Pythagore était réservée à ses disciples, 22 (9). (Voir aussi « Enseignements ésotériques » , « Secret » ).

Groupe Intérieur (ou Cercle Intérieur) : les membres du — prêtent le serment de suivre des règles, 33 (20) ; une grande pureté de vie est exigée de ceux qui font partie du —, 50 (37) ; les membres du — ont une philosophie définie, 74 (60). (Voir aussi « Section ésotérique » ) .

Gupta Vidyâ : enseignement ésotérique de Gautama le Bouddha, 27 (13).

Gygès : l'anneau de —, 135 (120).

haut de l'index

H (↓ lettre suivante)

Hachich : le —funeste pour le développement des pouvoirs intérieurs,275 (262).

Hadès : les « Prairies de l'— » de Plutarque, 114 (98-9) ; l'— des anciens est le kâma loka, 159 (143-4) ; le kâmarûpa des dépravés est entraîné dans l'— et n'en ressort plus, 203 (190-1).

Harmonie : absolue du Principe divin 126 (111) ; l'univers édifié sur une loi parfaite d' -, 202 (190) ; toute action cause une perturbation dans l'- de l'univers, 220 (206) ; équilibre et - ne peuvent se rétablir que par le retour au même point des forces mises enjeu, 220 (206 ; l'unique décret de karma est l'- absolue, 224 (210).

Hérédité : karma et l'—, 226 (212).

Hérennius : cité, 21 (7).

Hermas : cité, 201 (187).

Hétérogénéité : l'— sur le plan de l'illusion, 195 (181).

Hiérogrammatistes : les — possédaient la clef des alphabets occultes et lescodes chiffrés secrets, 203 (190-1).

Hiérophante(s) : les - sont connus pour avoir considéré la base et l'origine de tout art et de toute science comme essentiellement divines, 49 (36-7) (note) ; pendant les Mystères, l' - plantait le cep, 200 (187) (note).

Hillel : cité, 62 (49).

Hînayâna : le—et le Mâhayâna, 22 (8).

Hindou(e) (s) : il y a plus d'— et de brâhmanes dans la S.T. que de bouddhistes, 26 (12) ; la doctrine — « des Jours et des Nuits de Brahmâ », 100 (84) ; les doctrines de karma et de la réincarnation sont fondamentales chez les —, 204 (192), 212 (198), 260 (246) ; la secte Vallabhachârya est méprisée de tous les autres —, 293 (280).

Home, Daniel Donglas : et la médiumnité, 207 (195).

Homère : Porphyre interpréta certaines parties des oeuvres d'— 17 (3).

Homme(s) : l'origine commune des —, 55 (41) ; notre devoir est de maintenir vivantes chez l'— ses intuitions spirituelles, 62 (48) ; chaque — doit être à lui-même sa propre révélation, 68 (53) ; le devoir de l'— et la parabole des talents, 69 (54) ; Dieu, l'Âme et l'— constituent une unité inséparable de l'Unité absolue, 99 (83) ; la personnalité de l'— est une illusion, 100 (84-5) ; les principes de l'—, 106-9 (90-3), 131-7 (116-22) ; Plutarque cité à propos de la composition de l'—, 113-4 (97-9) ; l' présenté comme un composé de sept, cinq et trois principes, 114 (98) ; l'— mental est l'— réel, 116 (100) ; l'— physique et l'— spirituel, 117-8 (101) ; l' est un ensemble complexe d'éléments en interrelations mutuelles, 118 (102) ; l'individualité de l'— après la mort, 119 (103) ; l'— est une émanation de la matière-Esprit primordiale, 122 (106-7) ; l'— emprisonné dans le corps est une trinité, 124 (108) ; tout changement qualitatif de l'état de conscience donne à l'— un nouvel aspect, 133 (118-9) ; la dualité de Manas dans l'—, 135 (120) ; Manas est l'— individuel, 136 (121) ; l'Ego spirituel est l'— divin, 150-1 (135-6) ; les Mânasaputra produisirent l'— pensant, 150 (135-6) (note) ; l'— dans sa forme extérieure ne peut être tenu pour responsable, 153 (138) ; l'Ego personnel inférieur est l'— physique en conjonction avec son soi inférieur, 190 (176), l'— divin est indestructible pendant toute la durée du cycle de vie, 191 (177) ; Isis Dévoilée, citation sur l'entité spirituelle et personnelle dans l'—, 195 (182) ; La Doctrine Secrète, citation sur l'— créateur de sa destinée, 223-4 (210-1), la croyance en karma fournit à l'— la raison la plus haute pour accepter son sort, 230 (216-7) ; différences de conceptions entre la théologie chrétienne et la Théosophie à propos de l'—, 232 (218-9) ; l'éducation théosophique devrait créer des — et des femmes libres, 283-4 (270-1) ; le développement mental et psychique de l'— suivra harmonieusement le cours de son amélioration morale, 319 (306).

Homme intérieur : l'— est le seul dieu que nous puissions connaître, 83 (67) ;  l'— est immortel, 122 (107) ; l'— demeure le même pendant toute la vie alors que la personnalité extérieure change, 192 (178) ; Isis Dévoilée citation sur l'— 195-6 (182) ; La Doctrine Secrète, citation sur l'influence de l'homme astral sur l'—, 224 (210) ; la relation et l'interaction entre l'— véritable et le corps sont enseignées dans la Section Intérieure, 272 (259).

Homogénéité : pendant le pralaya chaque atome est résorbé dans l'— unique, 100 (84) ; plus une essence est proche de son principe-racine, l'— Primordiale, plus il est difficile pour celle-ci de s'affirmer sur terre, 195 (181).

Horace : citation sur la justice absolue, 125 (110).

Huc, Abbé : l'— atteste de la vertu des bouddhistes, 89-90 (74).

Humanité : l'aide véritable à l'—, 36-7 (23-4) ; on ne peut nuire à un seul homme sans nuire à l'— entière, 61 (47) ; l'âge d'or ne reviendra pas avant que l'— dans son ensemble n'en éprouve le besoin, 74 (59), l'— est une émanation de la divinité, 231 (217) ; l'égalité de tous les droits et privilèges est due à l'—, 244 (230-1) ; l'amélioration de l'— est le but des membres de la S.T., 245-6 (231-2) ; la chaîne d'or qui devrait unir l'—, 247 233-4) ; tout le bien et le mal dans l'— a sa racine dans le caractère humain, 248-9 (235) ; Le théosophe a en vue le développement de l'—, 250 236) ; Les Maîtres de l'— et leur abnégation, 251 (237) ; le progrès spirituel de l'— favorisé à la fin de chaque siècle par les Maîtres, 319 (306).

Hunter, Sir William : cité à propos de la vertu pratiquée par les bouddhistes, 89-90 (74).

Huxley, Thomas Henry : cité à propos du terme « agnostique », 111 (95) (note).

Hypnose : des « moyens physiques et chimiques » pour obtenir l'—, 23 (10).

Hypnotisme : les gens commencent à croire à l'—, 39 (26-7) ; la Christian Science est une nouvelle forme d'auto- —, 88 (73) (note) ; la suggestion, l'—, et la transmission de la pensée, 304 (291-2) ; les Maîtres et leur éthique face à l'utilisation de l'—, 306 (293).

Hypocrisie : est le plus odieux de tous les vices, 244 (230).

haut de l'index

I (↓ lettre suivante)

Iavar Xivo : le Seigneur de Vie et le Premier Cep, dans le Codex Nazaræus, 201 (188).

Idéal (aux) : la mise en pratique des — par les membres de la S. T., 63 (49); il ne faut pas confondre l'— abstrait et son véhicule concret, la S.T., 70-1 (56); le devachan permet de développer des —, 171 (156); l'illusion de l'identification personnelle à des — changeants, 192 (178); la masse des chrétiens ne vit pas conformément à son — moral, 260 (246); attitude de ceux qui ne sont pas parvenus à réaliser l'— de la Société, 269 (256).

Idolâtrie : l'avilissement de la connaissance a ouvert la porte à l'—, 25-6 (12); la prière est de l'—, 86 (70); les brâhmanes avaient conduit des millions de gens à l'—, 96 (180).

Ignorance : les enseignements de Plutarque ont été pris au sens littéral et attribués à l'— par des traducteurs incompétents, 113 (97); les Nirmânakâya renoncent au nirvâna pour soulager le fardeau de la misère humaine dû à l'—, 166-7 (151); les Adeptes forment une exception à la règle de notre — générale, 230 (217); Thomas Taylor, citation sur l'—, 234 (220-1); l'éducation entraîne les hommes égoïstes à tirer profit de l'— de leurs frères plus faibles, 280 (268); c'est en enseignant que l'on découvre sa propre —, 266 (252).

lllusion(s) : le monde objectif et matériel est une — éphémère, 80 (64), 100 (84); toute forme est —, 129 (114); les védantins considèrent le corps comme une —, 133 (117); la Monade humaine et son véhicule sont d'un point de vue métaphysique une —, 134 (119); l' du devachan et de l'existence terrestre, 164 (148-9), 180 (165), 183 (169); il y a des périodes alternées d'— et de réalité pour l'Ego, 182 (167); l'existence est une — constante, 192 (178); tout est — passagère sauf ce qui a sa racine dans l'éternité, 193 (179-8); les—de la vie présente retardent le progrès de l'homme, 231 (217-8); le corps de l'homme n'est qu'une —, 232 (219); les préjugés et les — dogmatiques pourront être éliminés par la diffusion des enseignements théosophiques, 320 (307).

Immortalité : de l'Ego qui se réincarne, 117 (101), l'homme et l'âme doivent conquérir leur —, 119 (103); fausse idée sur l'— de l'homme, 121 (105); il s'agit de l'— de l'essence de l'entité et non de celle de sa forme, 123 (107); l'— est la « conscience ininterrompue de soi » , 124 (108); l'— et la conscience après la mort deviennent des attributs conditionnés, 175 (160); les effets post mortem de la croyance ou de la non-croyance en l'—, 179 (164-5); les deux axiomes pour l'— consciente après la mort, 179-80 (165); l'arôme seul de la fleur du « Moi » personnel est digne d'—, 181 (166); l'— ne peut toucher le non-existant, 183 (168).

Impersonnel : le principe — ne peut pas créer, 126 (111); le « Vigneron » de la parabole selon st Jean symbolise Âtma, le principe infini et —, 200 (187).

lncarnation(s) : le pèlerinage de l'Ego au cours du cycle de l'—, 47 (34); le devachan est un état entre deux —, 164 (148); l'Ego se revêt d'habits nouveaux à chaque —, 181 (166); chaque — est un nouveau rôle sur la scène de la vie, 182 (168); Sinnett, citation expliquant l'—, 187 (173-4); le cycle d'— est comparable aux jours et aux nuits de la vie humaine, 211 (197-8), karma, l'infaillible régulateur, conditionne dans chaque — la qualité de celle qui suivra, 214 (200); plusieurs — sont nécessaires pour atteindre l'adeptat, 231 (217-8); si la dette envers l'humanité n'est pas acquittée dans cette vie) la prochaine — trouvera l'homme en état d'insolvabilité spirituelle et de faillite morale, 243 (229).

Inconnaissable : l'— ne peut avoir comme relations que celles de ses différentes parties entre elles, 82 (66); la conscience absolue ou le Divin à jamais invisible et —, 116 (100); karma est—, 215 (201); karma est un avec l'—, 226 (212); le Principe à jamais —, 235 (221).

Inconscience : l' absolue est aussi la conscience absolue, 80 (65); la seule réalité est — seulement pour notre conscience finie, 101 (85).

Inde : la Religion-sagesse préservée en —, 21-2 (8).

Individualité : l'— des désincarnés ne peut pas se matérialiser, 41 (28); le sens du « je suis moi » est la véritable —, 47 (33-4); l'Ego divin conserve son — même en cas d'échec de la personnalité, 121 (105); l'— en devachan ne conserve que l'essence de l'expérience de sa vie antérieure, 148 (132); l'— doit être distinguée de la personnalité, 149-52 (134-7); H.S. Olcott, citation sur l' — et les conceptions bouddhiques, 149-50 (134) (note); l'— réelle est l'homme divin, 151 (136); l'— souffre par l'intermédiaire de sa personnalité, 157 (141-2); l'— en devachan ignore tous les maux terrestres laissés derrière elle, 162 (146); l'— peut communiquer juste après la mort très exceptionnellement, 166 (l51); il faut s'entendre sur le sens des mots Esprit, Âme, ou — et Personnalité, 169 (153); l'— peut être comparée à un acteur, 182 (168); l'— du matérialiste, 183-4 (169); l'Ego intérieur ou supérieur est l'— ou l'Ego qui se réincarne, 190 (176); Manas est une — ou un Ego, 196 (183); l'efflorescence spirituelle de la personnalité et l'— en devachan, 203 (190); l'— séparée et l'—universelle, 233 (219).

Infini : l'— ne peut être connu par le fini, 23 (10); Plotin, citation sur l'extase et l'—, 23-4 (10); il est ridicule de vouloir adresser des prières à l'—, 86-7 (71); ce qui est — ne peut avoir de forme et ne peut être un être, 123 (107); le théosophe ne croit pas à la rémission des péchés par l'—, 214 (199).

Initiation : ni le Bouddha, ni le « Christ » ne révélèrent à tous les secrets de l'—, 95 (79-80); les candidats à l'— jouaient le drame entier de la mort, 114 (99).

lnitié(s) : la Religion-Sagesse était enseignée aux — au cours des Mystères, 17-8 (4); Wilder, citation sur les — esséniens, 23 (9); l'éthique fut la propriété commune de tous les —, 27 (14); le bouddhisme du Nord et les Arhat —, 28 (14-15); les grands— ont débuté sous la direction d'un maître, 72 (57); les — ont toujours parlé par allégories, 94 (79); Platon était un —, 106 (90); Paul était un — 106 (91); la doctrine de l'absorption du Bouddha, de Plotin et d'autres — fut incomprise, 129 (113); les plus hauts — ne peuvent avoir aucun devachan, 164 (148); les — se rappellent leurs incarnations passées, 179 (164); l'— dans l'état de samâdhi, 188 (174); les — connaissent le fonctionnement de la loi de karma, 229 (215); les Mâhâtmas sont aussi appelés —, 302 (289).

lnman : citation sur la croyance et la raison face aux enseignements spirituels, 213 (198-9).

Instinct : reflet inférieur de Manas, 112 (96).

Intellect : Plutarque, citation sur l'— cérébral, 113 (97); les conceptions de la science à propos de l'— et leur influence sur les méthodes d'éducation, 279 (266).

Intelligences : des — élevées guident et gouvernent certains mortels en de rares circonstances, 206 (193); la transmission de pensée et l'intervention possible de certaines —, 306 (293).

lntuition(s) : le devoir du théosophe est de maintenir vivantes chez l'homme ses — spirituelles etc..., 61-2 (48); l'— est une communication avec le plan spirituel de conscience ou de mémoire, 152 (137); la foi basée sur l'— est fondée sur la connaissance, 234 (220); l' spirituelle sert à l'élévation de l'âme, 253 (240); les subtilités intellectuelles et les idées préconçues dues à l'éducation paralysent l'—, 259 (246); les effets de la nourriture sur le développement de l'—, 274 (261-2).

Invocation : l'— est une forme de prière, 86 (69-70). Îshvara : la Mândûkya citée à propos d'— et de prajñâ, 174 (159).

lsis Dévoilée : bibliographie, 75 (N.d.T.); citée à propos des Esprits Planétaires, 120 (104); citation sur l'homme intérieur, 195-6 (182); citée à propos de la loi d'harmonie, 202 (189-90); citée à propos des coques et des élémentaires, 203-4 (191); citation sur la rémission des péchés, 237-8 (223-5).

Isis Unveiled : voir "lsis Dévoilée ». Iukabar Zivo : le Seigneur de la Vie dans le Codex Nazaræus, 201 (188).

haut de l'index

J (↓ lettre suivante)

Jacques, Saint : l'Épitre de — citée à propos de l'esprit et de l'âme, 106-7 (91).

Jamblique : la théurgie de — et ses traces dans la magie cérémonielle de certains cabalistes modernes, 17 (3) (note); auteur du De Mysteriis, 17 (3) (note); le théurge —, 36 (23) .

Javidan Kherad : citation sur la vérité, 74 (59).

Jean, Saint (Évangile selon) : 87 (71) citation sur la lumière absolue, 101 (85); citation de la parabole de la Vigne et du Vigneron, 200 (186-7); on retrouve les métaphores cabalistiques dans l'—, 201 (188).

Jehovah : la relation qui existe entre la lune et —, 114 (98) (note).

Jennings, Hargrave : auteur de The Rosicrucians, cité à propos du culte phallique, 292 (279-80).

Jésus : citation de l'Edinburgh Encyclopedia sur Ammonios Saccas selon laquelle ce dernier donne son appréciation sur — et ses enseignements, 20 (7); — avait des enseignements ésotériques, 23 (9), 26 (13); les enseignements altruistes de — n'ont pas été suivis, 54-5 (40-2), 61 (47); l'éthique de — présente dans la Théosophie, 62 (49); les commandements de —, 69-70 (54-5); — et la prière, 87-8 (71-2); les buts poursuivis par — n'ont pas été atteints, 95 (79-80); prudence et silence de —, 96-8 (81-2); l'apôtre du christianisme a été mal compris, 129 (113-4); enseigna la réincarnation et la perte de la personnalité (parabole de la Vigne et du Vigneron), 200 (186-7); sur karma, 214 (200); incite l'homme à ne plus pécher, 222 (209); l'abnégation de—,251 (237-8); et la charité pratique contenue dans le Sermon sur la Montagne, 256-7 (242); si les paraboles de — Christ étaient prises à la lettre..., 256-7 (243).

Jhâna : la succession des vies passées est perçue dans l'état de —, 146 (130).

Josèphe, Flavius : cité à propos des esséniens du Carmel, 18 (5).

Judaïsme : le — à Alexandrie sous Philadelphe, 18 (4) (note).

Judge, William Q. : 323 (308).

Juifs : la réputation des publicains parmi les —, 55 (42); les — instituèrent la prière-pétition à Dieu, 82 (66); caractéristiques du Dieu des —, 97-8 (82); les — non initiés qui suivaient la loi mosaïque ne crurent jamais à la survie de l'âme, 125 (109); les philosophes — croyant en la Bible mosaïque (ésotériquement) croyaient à la réincarnation, 127 (111).

Justice : la — comme la charité doit commencer par soi-même, 69 (54-5); et la prière-pétition, 88 (72); il n'y a aucune trace de — dans le dogme de la création, 91 (75-6); la — absolue de la loi de karma, 125 (110), 137 (122), 155-6 (140-1); la loi d'amour, de miséricorde et de — 153 (138-9); l'illusion du devachan est l'effet de la loi miséricordieuse et d'une stricte —, 164 (149); la vision panoramique au moment de la mort révèle la — des souffrances de la vie, 177 (162-3); karma est la loi universelle de — rétributive, 212 (198-9); seul karma satisfait notre sens de la — 225 (211-12); la—et la croyance à la rémission des péchés s'opposent, 237 (224-5); la prétendue — chrétienne, 239 (225-6); le sens de la — est perverti par l'éducation, 260 (246); la — consiste à ne faire de mal à aucun être vivant, 264 (251); la — ordonne parfois d'agir pour arrêter le mal, 264 (251).

haut de l'index

K (↓ lettre suivante)

Kabbale : voir « Cabale ».

Kabbalistes : voir « Cabalistes ».

Kâma : est le siège des désirs animaux et des passions dans l'homme, 136 (120); le Manas inférieur tend vers —, 198 (184).

Kâma loka : Plutarque, citation sur la mort et le —, 114 (98); Plutarque, citation sur le — situé entre la terre et la lune, 115 (99); le — n'est une localité que dans un sens relatif, 159 (143-4); le transfert de la conscience du — au stade dévachanique est graduel, 187 (173); le kâmarûpa est entraîné dans le —, 187 (190); les « esprits » sont des coques du —, 205 (192).

Kâmarûpa : le — est le siège des désirs animaux et des passions dans l'homme, 107 (91); correspond à anoia, 109 (93); est le thumos de Pythagore, 112 (96); est le véhicule du mental supérieur et du mental inférieur, 133 (118); se désintègre après la mort, 143 (128) (note); le — s'effondre lorsqu'il est privé de Manas, 160 (143-4); le — vit une vie d'emprunt dans les séances spirites, 160 (144); le Manas inférieur en conjonction avec le — forme l'Ego inférieur, 190 (176), est l'instinct animal illuminé par le reflet manasique inférieur, 194 (180); la forme personnelle est appelée indifféremment — et mâyâvirûpa, 203 (190).

Kâranopâdhi : le — est le corps causal ou l'entité qui se réincarne, 133 (117-8).

Kardec, Allan : les théories de l'École d'— analysées, 204-207 (191-4).

Karma : les lois de—et la Fraternité universelle, 60 (46-7); — rattrape celui qui manque à son serment, 65 (51); Perséphone représente le —post mortem, 115 (99) (note); détermine l'état post mortem, 115 (99); est la Loi de Rétribution, 125 (110), 156 (140); est le deus ex machina des différentes naissances, 150 (134) (note); Âtma et Buddhi ne sont pas atteints par —, 151 (135); oblige l'Ego réel à s'incarner, 151-2 (13e); le — du Manu épuisé, 155 (139-40); amènera ceux qui se sont aimés d'affection spirituelle à s'incarner dans le même groupe familial, 165 (150); agit sans cesse, 175 (160), et les souffrances imméritées, 176 (161-2); la majesté de la loi de—et sa justice sont réalisées au moment de la mort, 177 (162-3); effets du — et des croyances dans les états post mortem, 179-81 (166-8), 184 (169-70); — force l'individualité à s'incarner, 182 (167); cit. de Sinnett sur — , les affinités karmiques et la création d'un nouveau — , 187 (172-3); les hommes de l'Antiquité croyaient à la destinée et au —,196 (182); — est l' infaillible régulateur, 214 (200); est la Loi Ultime de l'Univers, 215 (201); le — individuel, national et le — du monde, 216-7 (202-3); le distributif, 217 (203); l'inégalité de pression du — rétributif, 219 (205); tend toujours à rétablir l'harmonie, 219 (205-6); analogie sur l'action-réaction avec l'illustration de la pierre jetée dans l'étang, 220 (206), 238 (224); et les conséquences réelles des actions, 220 (207); est la « loi de causalité éthique » , 222 (209); citations (de Conelly, Walker, La Doctrine Secrète, Mrs P. Sinnett et Edwin Arnold) sur la loi de —, 221-8 (207-15); l'harmonie est le décret absolu de —, 224 (210); est inextricablement lié à la réincarnation, 224 (211); est absolu et éternel dans le monde manifesté, 225 (212); les processus de réajustement par — sont connus des Initiés et des Voyants, 229 (215-6); la compréhension de — réconcilie avec la vie, 230 (216); se donner la mort entraîne la création d'un nouveau —, 242 (228); et la Fraternité universelle, 247 (233-4); et la solidarité universelle, 250 (236); le — national, 259 (245); les masses pauvres et incultes acceptent l'idée du —, 260 (246); la connaissance de la loi de — rend sa dignité à l'homme, 261-2 (248); l'enseignement de la loi de — donne un sens à la vie, 278 (265).

Karma-Némésis : citation de la Doctrine Secrète identifiant — à la Providence, 224 (210-1).

Keightley, Dr A. : 323 (308).

Kether Malchut : citation d'un poème sur l'Absolu par Salomon ben Jehudah Gabirol, 81 (65).

Knight, Professeur W. : citation sur la perte de la mémoire qui n'est pas une preuve qu'une action n'a pas été vécue, 142 (126).

Kosmique, L'être : comporte sept plans, 105 (90).

Kosmos : le Noûs est l'esprit dans le — et dans l'homme, 111 (95).

Kshetrajña : correspond à l'Ego Supérieur, ou l'Ego qui se réincarne, 84 (68) (note); l'esprit incarné ou les Mânasaputra, 151 (135-6) (note).

Kumâra : les — et la doctrine des « Anges Déchus » , 154 (138) (note).

haut de l'index

L (↓ lettre suivante)

Labre, st : illustre l'abnégation et l'ascétisme mal compris, 253 (239) 272 (259).

Lancet, The : publication citée sur l'âge avancé d'un Mexicain, 302 (289).

Lao-Tseu : l'éthique de — est présente dans la Théosophie, 62 (49); le Tao Tê King cité à propos de l'homme composé de cinq principes, 133 (117).

Law, William : cité par le Dr J.D. Buck sur la Théosophie et ses origines, 30(17).

Lectures on Platonic Philosophy : par Butler, citation sur la préexistence, 142(126).

Légendes : les — et les traditions populaires peuvent conduire à la découvertede secrets de la Nature, 62 (48).

Lévitique, Le : le nephesh du — n'est pas l'âme immortelle, 124 (108-9); citation sur l'âme de la chair qui est dans le sang, 201 (188).

Light : M.A. Oxon, rédacteur de la revue — est cité sur la philosophie des spirites, 44-5 (31-2); citation sur les prétendues contradictions de Sinnett à propos du Soi, 137 (122).

Light of Asia, The : voir « Lumière de l'Asie » .

Light of Egypt, The : livre cité à propos d'attaques contre la Théosophie et sesenseignements, 315 (302).

Linga sharîra : est le corps astral, 107 (91); se désintègre après la mort, 143 (128).

Livre des Clefs : ouvrage hermétique, citation sur les liens de l'âme, 124 (108).

Locke, John : citation sur le souvenir et le rappel à la mémoire, 140 (124-5).

Logos : le — est une force active et créatrice, 78 (62) (note); le — dans l'homme est l'Ego éternel, 111 (95); est le principe divin manifesté, 126 (110); même dans les philosophies qui ignorent la division théosophique, l'homme pensant est appelé le —, 201 (188).

Loi : la violation d'un serment et la—de rétribution, 65 (51); la Déité est la —unique qui donne l'impulsion aux lois manifestées, 81 (65); la lumière absolue (selon les paroles de st Jean) est la — absolue, 101 (85); la — de rétribution, 125 (110), 156 (140), 169 (154) (citation d'Isis Dévoilée), 196 (182), 212 (198); le principe impersonnel est une — universelle, 126 (111); la — immuable d'Amour, de Justice et de Miséricorde absolus, 153 (138); la — d'amour et de miséricorde permet à l'être en devachan d'abandonner tout chagrin ou souci terrestres pour ne plus goûter que sa béatitude sans mélange, 163 (147), 164 (149); la — spirituelle de continuité ne s'applique qu'à ce qui est vraiment réel, 173 (158); la — de compensation, (citation d'Isis Dévoilée) 196 (182); (citation de la Doctrine Secrète), 224 (210); l'Univers est édifié sur une — parfaite d'équilibre et d'harmonie, 202 (189); l'implacabilité de la — karmique, 214 (200), karma est la — Ultime de l'Univers, 215 (201); La Lumière de l'Asie, citation sur karma, la — qui tend vers l'équité, 228 (215); notre sort est le résultat de la — inéluctable, 230 (216); Isis Dévoilée, citation sur la — de karma et la croyance à la rémission des péchés, 237-8 (224-5); la Theosophical Society face à la — américaine, 325 (309) (appendice).

Lois, Les : de Platon, citation sur l'âme associée à Noûs ou à anoia, 109 (93); citation sur l'âme, 131 (115).

London Lodge of the Theos. Society : 186 (172) (note).

Longin : cité comme étant un disciple d'Ammonios Saccas, 17 (3) (note) 21 (7).

Longue Face : l' « Ancien des Anciens » de la cabale, citée à propos du symbolisme universel de la Vigne et du Vigneron, 201 (187).

Looking Backward 2000-1887 : voir « Cent Ans Après ou l'An 2000 ».

Lotus, Le : revue française citée à propos des difficultés rencontrées dans la diffusion de la Théosophie, 299 (287).

Lucifer : revue anglaise fondée par Mme Blavatsky, citée à propos d'une étude sur la criminalité dans des populations bouddhiste et chrétienne, 89 (74); cité à propos d'un article sur les mystères de l'après-vie, 172 (157) (note); cité à propos de la brochure de la T. P. S. et de ses critiques, 176 (161) (note); ne couvre pas ses frais de publication, 299 (287).

Lumière (la) : et les ténèbres selon l'Évangile de st Jean, 101 (85); l'Ego spirituel et l'Âme spirituelle sont formés de l'Océan Éternel de—, 122 (106); la—serait incompréhensible sans les ténèbres, 127 (112); l'esprit participe de la nature de la —, 129 (114); Manas illuminé par la — de Buddhl, 174 (159), 192 (179); le Codex Nazaræus cité à propos des bienheureux qui monteront parmi les créatures de —, 201 (188).

Lumière de l'Asie, La : de Edwin Arnold, citation sur karma, 227-8 (214-5).

Lune: Plutarque, citation sur la source de l'âme, 113 (97-8); Plutarque, citation sur le principe intermédiaire qui provient de la — et est élaboré par elle, 114 (98); est le domaine de Perséphone, 114 (98); relation entre Jéhovah et la—, 114 (98) (note); la — emprunte sa lumière du soleil et sa vie de la terre, 118 (102) (note). Luther : 31 (17).

Lytton, Bulwer : citation à propos de l'enthousiasme, 261 (247).

haut de l'index

M (↓ lettre suivante)

Macrocosme : le — comprend sept plans, 105 (90).

Magie : la — cérémonielle et la théurgie de Jamblique, 17 (3); nécessité d'avoir un maître Initié pour ne pas tomber dans la — noire, 34-5 (21-2); l'hypnotisme et le mesmérisme sont des actes de —, 39-40 (26-7); l'utilisation en connaissance de cause du pouvoir de la prière-volonté à des fins égoïstes est de la — noire, 84 (68-9); l'exercice d'une influence psychologique personnelle abusive est de la — noire, 267 (254); la — noire est l'abus des pouvoirs psychiques ou des secrets de la nature, 306 (293).

Mahâmanvantara : le Logos émane au début de chaque —, 78 (62) (note); les Esprits libérés revivront dans le prochain —, 120 (104); l'immortalité d'une entité est limitée à son cycle de vie ou—, 123 (107).

Mahat : ou le Mental Universel, source de Manas, 151 (135-6) (note).

Mahâtma(s) : et les problèmes financiers de la S.T., 298 (285-6). Les — sont des hommes vivants, 301 (288); signification du terme —, 302 (289); les — ont dicté certains écrits théosophiques et parfois simplement inspiré des idées, 303 (290); les — sont limités dans l'utilisation de leurs pouvoirs par la loi, 306 (292); les — ne pratiquent pas l'hypnotisme qui maîtriserait l'Ego immortel, 306 (293); H. P. B. et les lettres des — ,308 (295-6); les — se rient des calomnies à leur sujet, 309 (296); l'existence des — remise en question, 311 (298); les — ne guident pas la S.T. ni les fondateurs, 312 (299); de l'abus des noms des —, 313-6 (300-3). (Voir aussi « Adepte » , « Maîtres » ) .

Mahâyâna : le—et le Hînayâna, 22 (8); présence de la Gupta Vidyâ dans les doctrines du —, 27 (13).

Maîtres : relation indirecte des — avec le Groupe Intérieur, 35 (22); les paroles des — sont mal comprises, 95 (80-1); Gautama et Jésus.parmi les plus grands — de l'Humanité, 251 (237-8); les — ne sont pas de faux monnayeurs, 298 (286); les Mahâtmas sont des —, 302 (288); les — ont des lois spirituelles qui les empêchent de maîtriser un Ego Immortel, 306 (293); la croyance aux —, 307-8 (295), 311 (298); les — ne guident pas la S.T. ni les fondateurs, 312 (299); de l'abus des noms des —, 313-6 (300-3). (Voir aussi « Adepte » , « Mahâtma » ) .

Mal(-aux) : le bien est le bien grâce à son opposé le —, 127 (112); le—et la descente dans la matière, 194 (181); The Wheel of the Law, citation à propos des conséquences du —, 213 (199); les — sociaux résultent de karma, 216 (202); est synonyme de dysharmonie, 220 (206-7); le bien et le — sont créés par l'homme, 224-5 (21 l); « ne rendez point le — pour le — » , 242-3 (228-9); tout ce qui est — a sa racine dans le caractère humain, 248-9 (235); les — de la civilisation, 260 (247); le — et les doctrines salutaires de karma et de la réincarnation, 261-2 (248); l'attitude à adopter face au—et à l'injure, 268 (254-5); la Théosophie attaque de front les préjugés et les — sociaux, 284 (271-2).

Malek (Porphyre) : cité comme un élève de Plotin, 17 (3).

Manas : et la trinité « Christos » , 83-4 (67-8) (note), 87 (71); est un principe double dans ses fonctions, 109 (92-3), 135 (120), 191-4 (178-81); le — inférieur est le phrên selon Pythagore, 112 (96); le — selon Platon et selon Pythagore, 130-1 (115); l'Ego spirituel, le siège de — se réincarne, 136 (121); l'assimilation de l'essence divine de — après la mort, 137 (122); Mahat est la source de—, 151 (135) (note); est appelé kshetrajña, 151 (135) (note); quand il est en conjonction avec Buddhi, — est l'Ego supérieur, 151 (136), 188 (174), 192-3 (378-9); est le principe animateur du kâmarûpa, 160 (144); la survie soi-consciente de — dépend de son union avec Buddhi, 173-4 (158-9); — taijasa 174 (159); l'immortalité est impossible pour — seul, 179 (164-5); est le « corps causal » , 188 (174); l'hétérogénéité est un obstacle pour que — puisse exercer un contrôle réel, 194-5 (180-1); la nature complexe de —, 196 (183-4); est le « fils adoptif » d'Âtma et de Buddhi, 201 (188); est l'énergie spirituelle centripète, 202-3 (189-90). (Voir aussi « Mental » ).

Manasaputra : les — sont les « Fils du Mental Universel » qui produisirent l'homme qui pense, 151 (135-6) (note); sont des entités pensantes provenant du cycle de vie précédent, 154 (138) (note); le nom de — est attribué à un ensemble d'Entités spirituelles, 197 (184).

Manas-Sûtrâtma : le — est distinct du Sûtrâtma-Buddhi, 181 (167).

Manas taijasa: le mental radieux, 174 (159) (note).

Mandûkya Upanlshad : citée à propos de la loi spirituelle de continuité, 173 (158), citée à propos d'Îshvara et de Prajñâ, 174 (159).

Mant, Evêque : citation à propos des « Esprits secourables » , 199 (186).

Mantra : prière des hindous chantée rythmiquement, 86 (70).

Manu : ou le penseur, 151 (135-6) (note); le — épuisé mérite une période debéatitude sans mélange, 155 (139-140).

Manvantara : un — est un Jour de Brahmâ, 100 (84) -, les Mânasaputra sont des entités pensantes qui proviennent du précédent —, 154 (138) (note).

Mariage : l'ascétisme et le —, 254 (240), 275-6 (262-3).

Masses : les enseignements secrets ne sont pas dévoilés aux —, 22 (8); citation de « Miscellanées théosophiques » cité par Buck à propos de la Fraternité universelle et les—, 31 (18); impuissance des religions traditionnelles à purifier les —, 48 (35); le spiritualisme moderne pratiqué par les — est du matérialisme transcendantal, 46 (33); les mystères du Ciel ne sont pas pour les — dénuées d'intelligence, 96 (81); la métaphysique n'est pas essentielle pour les —, 260 (247); les — ont adopté le bouddhisme avec enthousiasme, 261 (248); la préoccupation de la S. T. est de semer des germes pour une réforme amenant pour les — un bonheur plus grand, 270 (257); le système d'éducation actuel n'est pas d'une grande utilité aux —, 276 (264).

Matérialisme : le spiritualisme moderne est du — transcendantal, 46 (33); les insuffisances du —, 57 (43); le — actuel rend la tâche de la Théosophie plus difficile, 134 (118-9).

Matérialiste(s) : la cécité de certains — Vis-à-vis du spiritisme, 44 (31); urgence de la formation de la S.T. pour éviter que les peuples civilisés deviennent —, 49 (36); Butler, citation sur les préjugés — vis-à-vis de la pré-existence, 142 (126); les — nient la possibilité qu'il y ait un mental ou une conscience agissant sans la matière, 116 (100); la majorité des — et la mémoire des vies passées, 143 (127); le — absolu et la survie de sa personnalité, 146 (130); il est inutile de discuter avec les —, 148 (132); aucune survie consciente pour les —, 173 (157-8); la faculté spirituelle du — est atrophiée, 173 (158-9); l'état post mortem des —, 175-7 (160-1), 183-4 (169-70); le — ne réalise jamais Buddhi-Taijasi, 179 (164), 180-1 (166); aucun — n'a d'Ego spirituel, 190 (176); le — ne voit qu'une loi de hasard, 212 (198); ceux qui croient en karma ne sont pas des —, 225 (212); les médecins actuels sont des —, 305 (292).

Matière : la—est de l'esprit cristallisé, 46 (33); la — privée de son âme et de son esprit ne peut parler au coeur humain, 57 (43); la conscience peut agir sans la —, 116 (100); Buddhi est « irrationnelle » sur ce plan de—, 118 (102) (note); la — primordiale est co-éternelle avec l'Esprit, 122 (109); est impérissable dans son essence, 124 (108), est le pôle opposé de l'esprit et pourtant les deux ne sont qu'un, 183 (168-9); le principe divin est entravé et paralysé par la — turbulente, 195 (181); la chute dans la — et l'Ego qui se réincarne, 195 (181-2); l'Ego humain réel est une entité spirituelle et nullement de la —, 197 (184); l'homme-Dieu de Platon se crucifie dans l'Espace pour la rédemption de la —, 201 (188); l'esprit et la—,233 (219-20); Isis Dévoilée, citation sur l'acte qui donne une impulsion à la —, 238 (224-5); la transformation graduelle de la — en l'esprit est le but final vers lequel tout tend dans la Nature, 240 (226).

Matthieu, Evangile selon saint : « le Père qui est dans le secret » expliqué dans son sens ésotérique, 83 (67), 85 (70), 95 (79); citation sur Jésus qui parlait en paraboles, 96 (81), citation sur l'adultère en pensée, 156 (140) (note); citation sur celui qui mesure et juge, 214 (200).

Mâyâvirûpa : la forme personnelle est appelée kâma-rûpa et —, 203 (190).

Méditation : le système de — en usage chez les Philalèthes fut l'extase, 17 (3) (note); est la prière silencieuse non exprimée, 24 (10); Platon, citation sur la prière silencieuse —, 24 (10).

Médium(s) : le corps astral du — pendant les matérialisations, 41 (28-9); explications sur les conditions dans lesquelles se place un — pour communiquer, 43 (30) (note); le fantôme vit d'une vie d'emprunt dans l' aura du —, 160 (144-5); dangers encourus par les —, 205-9 (192-4); la déchéance des —, 207-8 (195-8).

Médiumnité: la théurgie peut dégénérer en —, 17 (3); la pratique de l'Occultisme peut dégénérer en —, 34 (21); l'utilisation des « pouvoirs » peut dégénérer en —, 40 (27); les preuves de fiabilité manquent en ce qui concerne la —, 88-9 (73); la — est une pratique dangereuse, 205 (192-3).

Megattivati : cité à propos du concept de Dieu, 92 (76-7).

Membre(s) de la S.T. : les devoirs des — en vue de réaliser le troisième but de la S.T., 61-2 (48); les devoirs qui incombent à tous les — et à ceux qui font partie de la Section Ésotérique, 63-4 (49-50); les — ne sont pas plus mauvais que le chrétien moyen, 70 (55); les — appartiennent à toutes les races, croyances et à tous les courants de pensée et sont unis dans le but d'améliorer l'Humanité, 245 (231); les — ne peuvent agir d'un commun accord qu'en ce qui concerne la Théosophie, chacun reste libre de suivre sa ligne particulière à condition qu'elle ne s'oppose pas et ne nuise pas à la Théosophie, 246 (232); les moyens par lesquels les — peuvent aider la S.T., 262 (248-9); nul — actif ne devrait attacher trop de valeur à ses progrès personnels mais il devrait aider la S.T. autant que possible, 265 (252), nul—n'est si ignorant qu'il ne puisse enseigner un peu, 266 (252); aucun — n'a quitté la S.T. sans en devenir un ennemi acharné, 266 (253); citations de quelques cas d'anciens — devenus hostiles, 266-8 (253-5); les — ne sont pas des saints, 269 (256); le travail continue grâce aux efforts des —, 270 (257); la S.T. n'attend pas que ses — se livrent à un ascétisme quelconque si ce n'est celui d'aider autrui et de ne pas être égoïste, 271 (258); les — et le végétarisme, 273-4 (259-62); les — et le mariage, 275-6 (262-3); les meilleurs — les plus sincères, philanthropes et qui aiment la vérité ont été ou sont des agnostiques ou des athées, 283 (270); les — les plus en vue n'ont cessé d'avoir en aversion toute apparence de justification publique, 289 (277); l'avenir de la S.T. dépendra du degré de désintéressement, de sincérité, de dévouement et de la mesure de connaissance et de sagesse des —, 317 (304-5). (Voir aussi «Théosophe».)

Mémoire : le fil de la— dans la vie forme la notion de soi-même, 46-7 (33-4); la — est une des facultés rationnelles, 129 (114); il y a trois formes de —, 140 (124); Knight, citation sur la —, 142 (126); Olympiodore cité à propos de la —, 142 (126) (note); les faiblesses de la —, 143 (127-8); la—et les skandha, 145 (129); la mémoire est incluse dans les skandha, 145 (130); les skandha changeant à chaque naissance, une nouvelle — se développe, 145-6 (130); la perte de la — des vies passées, 148 (132); la — de l'Ego réel et de sa responsabilité, 152 (136), Coleridge, citation sur la — de l'Ego Manasique, 152 (137); l'Ego après la mort, est, pour ainsi dire, attaché à la—de sa dernière incarnation, 171 (156); la—et les skandha, 191 (177); l'action de la — pendant le sommeil, 194 (180); l'éducation moderne se réduit à l'entraînement de la — physique 279 (266); l'éducation moderne est un exercice de —, 282 (269). (Voir aussi, « Rappel à la mémoire », « Réminiscence », « Souvenir »).

Mental : le nephesh selon la Genèse n'est pas le —, 91 (75); Manas est le — ou l'intelligence, 108 (92-3), 190 (176); Anaxagore, citation sur le —, 110 (95); Pythagore cité sur phrên qui correspond au —, 111 (95); l'homme —, ou laconscience incarnée, 116 (100); Buddhi est une pure émanation du — Universel, 118 (102) (note); le — Universel est indissociable du Logos, 126 (110), le kâmarûpa est le véhicule du — supérieur et du — inférieur, 133 (118); l'incapacité des psychologues modernes à expliquer la nature du —, 139 (123-4); le — est permanent si on le compare à la mémoire, 142 (126); samkhara correspond aux tendances du —, 145 (129) (note); le Soi Supérieur est un avec l'Âme Universelle ou le — Universel, 148 (132-3); le—et la destinée post mortem du kâmarûpa sans la lumière du — supérieur, 160 (144); le Manas dans son aspect inférieur est le siège du — terrestre, 173-4 (158); la double conscience du —, 192 (178); les Mânasaputra sont appelés les Fils du — Universel, 197 (184); les désirs qu'un homme nourrit dans son — sont de prime importance, 274 (262); l'éducation théosophique vise à former des hommes et des femmes au — libéral, 283 (270); le rôle du — dans la transmission de pensée, 304 (291). (Voir aussi « Manas ».)

Mental Scientists : cités à propos de guérisons dont les seuls cas de réussite sont généralement retenus, 88-9 (72-3).

Merkavah : cité à propos de la tradition ésotérique du judaïsme dont il est le corps, 22 (8).

Mesmérisme : certains considèrent le — comme un grand secret de la magie ancienne, 35 (22); a préparé la voie à l'hypnotisme, 39 (26-7); Sinnett, citation sur le — prouvant que nous pouvons entrer dans des états de conscience sans rapport avec les cinq sens physiques, 187 (173).

Méta-esprit : la condition originelle de tout est le —, 46 (33), l'homme a été produit par émanation depuis le —, 122 (106-7); Âtma est inséparable de son —, 151 (135).

Michel, l'Archange : correspond dans l'hindouisme aux kumâra, 154 (138) (note).

Microcosme : le — ou l'homme et ses sept principes, 105 (90).

Miracle(s) : l'occultiste ne croit pas aux —, 39-40 (26-7); les théosophes s'opposent à la croyance aux —, 62 (48); il n'y a pas de — dans la Nature, 303-4 (290-1).

Mishna : la —, citation sur la réincarnation, 127 (112).

Moïse : Aristobule, cité à propos de l'ésotérisme de la loi de —, 18 (4-5); influence de la loi de — sur le caractère vindicatif et tyrannique des chrétiens, 56 (42); les théosophes ne croient pas au Dieu de —, 77 (61); discussion entre Megattivati et un padre chrétien à propos des commandements de Dieu à —, 92 (76); même avant — la nécromancie était considérée comme un acte coupable, 207 (194).

Monade(s) : Âtma-Buddhi est la— dans sa dualité, 108 (92),136 (121), la— est une unité capable de se mouvoir elle-même, 111 (95); Âtma est la — humaine, 134 (119); l'Ego qui se réincarne est le véhicule de la — Âtma-Buddhique, 145 (129); l'existence spirituelle est réelle parce qu'elle est habitée par la — éternelle, 181 (166); H.P.B. citée par Conelly à propos du nombre limité de — en évolution, 223 (209).

Monas : Pythagore cité à propos de l'essence pure et vierge de la — quicorrespond à Âtma-Buddhi, 121-2 (105-6).

Monde Occulte, Le : de A. P. Sinnett et les effets qui suivirent sa publication, 287 (274).

Monogénès : Plutarque, citation sur Perséphone qui est appelée — celle dont l'enfant est unique, 115 (99). (Voir aussi « Perséphone » , « Unique-Engendré ».)

Mort : Wilder cité à propos de la — qui est « l'ultime extase sur terre » , 24 (11) (note); la béatitude pure et sans mélange de l'après — est une nécessité, 47-8 (35); la secte bouddhiste siamoise croit que la — est l'annihilation absolue, 96 (80); aspects de l'homme qui ne survivent pas après la—, 110 (94); Plutarque, citation sur le drame de la — enseigné dans les Mystères, 114 (98-9); Plutarque, citation sur les étapes de la — qui se déroulent selon les décrets de karma, 115 (99); l'individualisation de l'homme après la — dépend de l'esprit, 119 (103); rien ne subsiste de l'âme terrestre après la —, 137 (122); après la — la punition est très rare, 153 (137); la seconde — a lieu en kâma loka, 159 (143-4), dans des cas exceptionnels un décédé peut communiquer avec les vivants pendant les quelques jours qui suivent sa —, 166 (151); la soi-conscience après la — est conditionnelle, 171-5 (156-9), 184 (170); l'immortalité et la conscience après la — sont des attributs conditionnés dépendant des croyances pendant la vie, 175 (160); la — vient comme une libératrice et une amie, 176 (161-2); la vision panoramique au moment de la —, 177 (162); la — est un sommeil dont le contenu a été préparé par l'homme pendant sa vie, 180 (165); la — est un état purement subjectif, 185 (170-1); les notions des occidentaux sur la — sont trop étroites et matérialistes, 185 (171); la — « spirituelle » , 202 (189); la—est un moment critique pour les dépravés, 203 (190); des générations successives d'Adeptes ont approfondi les mystères de la —, 231 (217).

Mort-nés : ceux qui n'ont pas ou peu de devachan sont comme des — c'est-à-dire des échecs de la nature, 185 (170).

Moses, William Stainton : voir « Oxon, M.A. ».

Mosheim : citation à propos d'Ammonios Saccas, 19-20 (5-7).

Mystères : Wilder, citation à propos de la théurgie dans les —, 16 (2) (note); des doctrines identiques ont été enseignées dans tous les —, 18 (4); les Eleusinies étaient des solennités célébrées dans les — mineurs, 22 (8); les — Majeurs et les — Mineurs, 22 (8-9); la langue des — a été partiellement redécouverte par des mystiques, 36 (23); il y a une évidence historique sur la connaissance réelle transmise dans les — du passé, 49-50 (36-7) (note); la révélation des doctrines enseignées pendant les — était punie de mort, 112 (96); le drame de la mort était joué pendant les—, 114 (98-9); l'enseignement des — sur les Anges Déchus, 154 (138) (note); pendant les — l'hiérophante représentait le « Père », 200 (187) (note).

Mystiques : Wilder, citation à propos des — 16-7 (3) (note); Apollonius de Tyane, citation sur la vraie Théosophie des —, 24 (l l) (note); certains — ont fait de grandes découvertes, 36 (23).

haut de l'index

N (↓ lettre suivante)

Nationalisme : voir « Club nationaliste » .

Nature : Wilder, citation sur la racine de la —, 16 (2) (note); certains voyants ont capté de merveilleux aperçus sur les secrets cachés de la —, 36 (23); les sciences occultes enseignent la puissance secrète des choses de la —, 39 (26); la connaissance exacte des opérations secrètes de la —, 40 (27), 232 (218-9); l'étude des mystères cachés de la — est l'un des buts de la S.T., 53 (39), 62 (48); la — infinie, incréée et éternelle peut être appelée Dieu, 55 (41); une essence unique, absolue est la racine de la —, 57 (43); la Théosophie abstraite et la Théosophie concrète et leur rapport avec la connaissance de la —, 71 (56-7); l'étude comparée des religions et des philosophies révèle de grandes vérités de la —, 73-4 (59); Ain Soph, le sans-fin ou l'illimité dans la —, 78 (62) (note); Pan défini comme la — éternelle et incréée, identique et coexistante avec la Déité, 79-80 (64-5); la — et l'origine de l'âme vitale, 91 (75); bien que la loi fondamentale et l'opération universelle des lois de la — soient uniformes, chaque système solaire possède son propre programme de manifestation, 101 (85-6); l'oubli de toute misère terrestre en devachan est l'effet d'une loi miséricordieuse de la —, 164 (149); les échecs de la —, 185 (170), 202 (189), 212 (198); karma est la Loi Ultime de l'Univers et de toutes les autres lois qui sont à l'œuvre dans la —, 215 (201); il n'y a pas plus de vie sur la terre que la — n'en peut contenir, 219 (205); la — peut se tromper dans ses détails, 235 (221); tout dans la — tend vers la transformation graduelle de la matière en l'Esprit, 240 (226); les rites phalliques et le symbolisme de la —, 292 (279); il n'y a pas de miracle car il n'y a rien au-dessus ni au-delà de la — et de ses lois, 304 (290).

Nécromancie : Wilder, citation à propos de la théurgie et les risques de la transformer en —, 16-7 (2-3) (note); la magie, l'alchimie, la — et l'astrologie sont des sciences réelles, véritables et très dangereuses, 38-9 (25-6)); la — est dangereuse et fut considérée bien avant Moïse comme un acte coupable, 207 (194).

Négateurs : les Christian Scientists et les Mental Scientists sont de grands —, 88 (72-3).

Némésis : et l'homme « nouveau » 156 (141); karma — garde les hommes de bien et les protège, et punit le méchant, 224 (210).

Néo-platoniciens : les — ont été appelés analogistes, 16 (2) (note); formaient un ensemble important et appartenaient à diverses écoles de philosophie religieuse, 18 (4), selon les — l'esprit ne descend jamais hypostatiquement dans l'homme vivant, 118-9 (102-3).

Nephesh : est l'âme vitale animale selon la Genèse, 91 (75), 124 (108-9); l'Ego personnel ou l'âme vitale correspond à —, 94 (78); est identique au thumos selon Pythagore, 111 (96); reste pendant un certain temps en kâma loka, 115 (99) (note); « l'âme de la chair est dans le sang » dit le Lévitique, où le mot — a été traduit par âme, 201 (188).

New Platonism and Alchemy : (Voir «Eclectic Philosophy».)

Nirmânakâya : définition du terme et de la fonction des —, 166-7 (151-2).

Nirvâna : l'union étroite de notre âme supérieure avec l'essence universelle est appelée pendant la vie : samâdhi, et après la mort —, 86 (70); une secte de Ceylan explique le — comme le font les théosophes, 96 (80); le — n'est pas éternel, 128 (112); le — n'est extinction que pour la personnalité, 128 (113); les conditions requises pour atteindre — et sa durée limitée, 129-30 (114); a été rendu par NO-THING en anglais ce qui signifie AUCUNE CHOSE, 131 (116); l'Ego Spirituel en — jouit d'une omniscience de facto, 149 (133); Olcott, citation sur l'individualité comparée à une ondulation vitale commençant en — et revenant au —, 150 (134) (note); les Nirmânakâya renoncent au —, 166 (151); le — est la réalité, 183 (169).

Noé : et le symbolisme universel de la Vigne, 201 (188).

Non-existence : dans le langage platonicien et les textes bouddhiques, la — est considérée comme l'existence essentielle, 131 (116).

Noumène(s) : notre Noûs seul est capable de reconnaître les —, 111 (95); le logos seul ou le — survit parce qu'il est immortel dans sa nature et son essence, 111 (95); il ne faut pas confondre le—et le phénomène, 175 (160); Sinnett, citation sur le monde du — ou celui de la réalité, 193 (179-80).

Nourriture : effet de la — carnée sur l'homme, 273-4 (260-1); en cas de maladie il faut suivre le meilleur conseil pratique obtenu, 274 (261).

Noûs : diverses équivalences pour le terme en Théosophie, 106-9 (91-3); Anaxagore, cité à propos du terme — qu'il forgea du Nout égyptien, 110 (94-5); selon Anaxagore, le — est seul capable de reconnaître les noumènes,111 (95); le — et l'âme triple, 111 (96); Plutarque, citation sur la raison qui résulte de la rencontre de—et de l'âme, 113 (97); Aristote, cité à propos de sa conception sur le —, 122 (106); Platon et Pythagore cités à propos de leurs conceptions sur le —, 130-1 (115-6); l'essence divine du — si elle n'a pas été souillée survit à la mort, 137 (122); pourquoi le — est assujetti par le corps, 194 (180-1).

Nouveau Testament : la confusion faite par les traducteurs du — entre les termes âme et esprit a été la cause de multiples interprétations erronées ultérieures, 128-9 (113). (Voir aussi : « Jacques » , « Jean » et « Matthieu ».)

haut de l'index

O (↓ lettre suivante)

Occultisme : dangers de l'étude de l' — et nécessité d'avoir un maître Initié pour être guidé, 34-5 (21-2); les spécialistes de l'— ne se préoccupent guère d'aider l'humanité, 36-7 (23-4); l'— pratiqué égoïstement ne peut conduire au but de la Théosophie, 37 (24); différence entre l'— et la Théosophie, 38 (25); les sciences de l'— sont réelles, 38-9 (25-7); l'hypnotisme est une branche de l'— et comporte des dangers, 39 (26); l'— et la compréhension des lois karmiques, 60 (46); l'— enseigne que tout changement qualitatif d'un état de conscience donne à l'homme un aspect nouveau, 133 (118); sur Âtma et le mystère de Buddhi, 135 (119-20); la réminiscence selon l'—, 141 (125); les théosophes sérieux et actifs désirent se mettre à l'étude de l'—, 272 (259); l'étude de l'— est bien trop sérieuse et trop dangereuse pour être faite sans préparation préalable, 276 (263); l'— pratiqué à des fins égoïstes et coupables est de la magie noire, 306 (293); des noms sacrés rattachés à l'— ont été profanés et discrédités, 313 (300-3).

Occultiste(s) : essayer de devenir un — en travaillant seul mène à un échec quasi certain, 34 (21); on ne peut être un véritable — sans être en même temps .un théosophe, 38 (25); l'— égoïste devient un ennemi dangereux pour son entourage, 38 (25); l'— doit pratiquer la Théosophie scientifique, 40 (27); un — adresse sa prière à son « Père qui est dans le secret » , 83 (67-8); la prière-volonté de l'— faite dans des buts égoïstes est de la magie noire, 84-5 (68); le véritable — comprend le sens de la prière enseignée par le Christ, 85 (69); les — comprennent les processus d'apparition des univers, 100 (84); les — savent qu'il n'y a pas annihilation mais dispersion d'éléments, 129 (114); l'— dit que le quatrième Évangile enseigne la réincarnation ainsi que l'annihilation de la personnalité, 200 (186).

Occult World, The : voir « Monde Occulte ».

Olcott, Henry Steel : le Cathéchisme Bouddhique, cité à propos des skandha, 145-6 (129-30); citation sur l'individualité et les skandha relevant les erreurs des orientalistes sur le sujet, 149-50 (134) (note); n'a jamais tiré aucun profit de la S.T., 293 (281-2).

Oldenburg : cité à propos de sa traduction du Samyuttaka Nikâya, 96-7 (81).

Olympiodore : citation sur l'imagination incontrôlée, la phantasia et lamémoire, 142 (126).

Omniscience : l'— de la Déité, 80 (64), 149 (133); l'— attribuée au Dieu de la théologie est non philosophique, 91 (76); l'état dévachanique n'est pas un état d' —, 172 (156).

Omniscient : le « Moi » spirituel de l'homme est —, 147 (131), 163 (147); l'Ego spirituel est — potentiellement en devachan et de facto en nirvâna, 148-9 (132-3).

Opium : l' — est funeste pour le développement des pouvoirs intérieurs, 275(262).

Origène : Wilder, citation à propos d'— disciple d'Ammonios Saccas, 17 (3); — et Hérennius ont écrit des traités expliquant l'éthique d'Ammonios Saccas, 21 (7).

Orphée : 21 (7).

« Oxon, M.A. »  : citation sur le besoin réel d'une philosophie sérieuse au sein du spiritisme, 44 (31); citation tirée de Spirit Identity sur l'indestructibilité de l'esprit humain, 168 (153); citation sur trois propositions du spiritisme, 168-9 (153); citation sur un aspect du vrai spiritisme, 209 (196).

haut de l'index

P (↓ lettre suivante)

« Palais d'Amour » : ou le pays de béatitude et de repos éternel, selon le Zohar,127-8 (112).

Pan : interprété selon l'ésotérisme signifie la Nature éternelle et incréée, 79-80(63-4).

Pantène : 18 (4) (note).

Panthéisme : définition du —, 79 (63-4).

Parabole(s) : les — de Jésus sont à double sens, 23 (9); l'occultisme ou la théurgie en termes symboliques ou en —, 34 (21-2); la — des talents confirme que celui qui fait tout ce qu'il peut fait autant que celui qui accomplit le plus, 69 (54); ne pouvant pas tout révéler Jésus et Bouddha parlèrent par allégories ou en —, 96 (80-1); la—de la Vigne et du Vigneron, 200 (186-7); le feu de l'enfer doit-il être pris dans un sens littéral ou comme une simple — ? 256-7 (243). (Voir aussi « Allégorie » ).

Parabrahm : le — des védantins et Ain Soph, 78 (62); le — des védantins est la Déité des théosophes, 235 (222) (note).

Paradis : la Déité n'est pas au —, 80 (64); le devachan est un — subjectif, 115 (99), 161 (145); les théosophes rejettent l'idée du — éternel et objectif, 125 (109-10), 153 (138); Isis Dévoilée citation à propos du larron qui grâce à la confession de foi gagne le — et l'injustice de la rémission des péchés, 236-7 (223). (Voir aussi « Devachan » , « Nirvâna » ).

Paranirvâna : l'Ego comparé à un acteur est obligé de jouer ses rôles jusqu'à ce qu'il atteigne le seuil de —, 182 (168).

Parcha (ou Ferho) : voir « Ferho ».

Passions : le kâmarûpa est le siège des — animales, 107 (91), 112 (96), 136 (120); le kâmarûpa avec les — se désintègre après la mort, 143-4 (128); font partie du soi inférieur, 190 (176); le Manas inférieur tend vers le siège des — et des désirs animaux, 198 (184); le développement des pouvoirs et des facultés psychiques est dangereux dans une humanité où règnent l'égoïsme et les —, 319 (306).

Pater-Zeus : Æther ou l'âme universelle du Monde, 121 (105-6).

Path, The : citation à propos de la notion d'honneur qui accompagne un serment, 65 (51); la revue — de New York ne couvre pas ses frais de publication, 300 (287).

Paul, st : l'Initié — affirme qu'il existe un corps psychique corruptible et un corps spirituel incorruptible, 106 (91); l'Esprit selon — correspond au Noûs selon Platon, 109 (93) (note); la loi de karma exprimée dans —, 222 (209).

Pensée(s) : l'Absolu est — Absolue, 80 (65); la—et le mystère de la prière, 84 (68); il y a deux êtres distincts dans l'homme : l'homme qui pense et l'homme qui enregistre tout ce qu'il peut assimiler de ces —, 106 (90); les — et la mémoire, 142 (126); l'oubli complet en devachan de la moindre — douloureuse, 155 (140); la moindre — coupable est punie plus sévèrement que l'action 155-6 (140); le véritable Ego humain est une « — individualisée » , 197 (184); les bouddhistes croient aux conséquences de la—, 213 (199); le rôle de la — ennoblissante pour compenser le karma national, 219 (205); nos vies actuelles sont les résultats directs de nos — et de nos actions en des existences antérieures, 229 (215); Carlyle, citation sur l'homme qui doit avoir pour objet une action et non une —, 244 (230); toute — noble et tout acte désintéressé sont des degrés franchis vers les plans les plus élevés de l'être, 250 (237); la transmission de la —, 303-4 (290-1); obstacles à la transmission de la — des Maîtres, 306 (293).

Pentateuque : le nephesh du — n'est pas l'âme immortelle, 124 (108-9).

Pères de l'Église : Nombre des — primitive professaient des idées théosophiques au sujet de la réincarnation et de la trinité de l'homme, 128 (113). « Père qui est dans le secret » ou « qui est aux Cieux » : signification ésotérique, 83 (67-8); la communion avec le—est la vraie prière, 86 (70); le — (Esprit, ou Âtma) n'est la propriété individuelle d'aucun homme, est l'essence Divine, étend son influence sur le mortel sans être enfermé en lui, 117-8 (101-2); est le Soi supérieur, Âtma (181).

Perse : la Religion-Sagesse a été préservée en —, 21-2 (8).

Perséphone : Plutarque, citation sur — et la lune, 114 (98); Plutarque, citationsur Monogénès, celle dont l'enfant est unique, 115 (99) (note).

Personnalité(s) : la — et l'individualité, 45-7 (32-4), 109-10 (93), 149-52 (134-37), 169 (113); la « nouvelle — » est l'agrégat de skandha de l' « ancienne — » , 93-4 (77-8), 156-7 (141); les — sont éphémères et illusoires et cependant « réelles » relativement, 100-1 (84-5), 110 (94); le terme — ne doit pas être appliqué à l'Ego immortel, 119 (103); le sort de la — unie au corps terrestre, 123-4 (108); le Zohar, citation sur la — et son devenir, 127 (112-3); Buddhl-Manas ou le corps causal relie Âtma à la — qu'il habite sur terre, 136-7 (121); la mémoire évanouie d'une — disparue ne peut se souvenir de rien ni enregistrer quoi que ce soit lors d'une incarnation nouvelle, 144 (128); quelque chose de chaque — laisse son empreinte sur l'Ego spirituel, 146-7 (130-1); l'individualité souffre par l'intermédiaire de la —, 157 (142); l'ancienne — et la seconde mort, 160 (143); l'Ego se revêt en devachan du reflet de la — qui fut, 163-4 (147-8); le matérialiste et le reflet de sa — après la mort, 184-5 (169-70); la fausse — est constituée par le Manas inférieur, le kâmarûpa, le corps physique et son double, 190 (176); ne meurt pas entièrement en même temps que le corps, 198 (184-5); la—est le sarment de la parabole de st Jean, 200 (186-7); contribue au progrès individuel de l'Ego même en cas d'échec, 201-2 (188-9); les — sont le produit de karma, 223 (209).

Phantasia : l'imagination incontrôlée, citation d'Olympiodore, 142 (126) (note).

Pharisiens : la prière-pétition a été popularisée par les —, 82 (66-7).

Phénomène(s) : explications sur les — spirites, 41 (28); les — de l'univers visible ne dépendent pas de la prière, 82 (66); taijasa est un — transitoire, 174-5 (160); danger des —, 206-7 (193-4); dans les débuts de la S.T., 286-7 (273-4); les — psychiques et le rapport de la S.R.P., 309-10 (296-7).

Phénomènes de la Nature : les mondes des noumènes et des —, 193 (179-80).

Philadelphe : et le judaïsme d'Alexandrie, 18 (4) (note).

Philalèthe(s): ou amants de la vérité, 15 (1); l'extase était le système de méditation en usage chez les —, 17(3) (note); Ammonios Saccas est considéré comme un grand —, 20 (6); nombreux témoignages sur le système des —, 21 (7)..

Philon le Juif: fut un néo-platonicien, 18 (5); De Somniis, citation sur le retour des âmes, 127 (111).

Phrên : selon Platon et Pythagore, 111-2 (96).

Pistis : la — des Grecs est une croyance basée sur la connaissance, 234 (220).

Plan(s) : la manifestation comporte sept —, 101 (85); définition du mot — dans le contexte théosophique, 104 (88); certaines analogies pour aider à comprendre ce qu'est un —, 104-5 (88-9); il y a sept — dans le Macrocosme, mais on ne peut aller au-delà du quatrième, il y a aussi sept — dans le Microcosme, 105 (90); l'homme agit en accord avec sa condition mentale et spirituelle sur ce — ou sur un autre, 133-4 (118); Âtma-Buddhi sont sans attributs sur ce —, 135 (120); aucune mémoire des vies passées ne se trouve sur le — physique, 146-7 (131); le kâmarùpa privé de la lumière de Manas ne peut plus penser même sur le — animal le plus bas, 160 (144); l'évolution des Ego se fait de — en —, 170 (155), 188 (173); les—ne sont pas isolés les uns des autres, 187-8 (173); les expériences du — humain doivent être traversées, 197 (184), karma ajuste l'effet à la cause sur tous les —, 215 (201), les Adeptes entrent en esprit dans les divers — et états de conscience, 230-1 (217); les besoins spirituels ne peuvent être satisfaits que sur le — auquel ils appartiennent, 241 (227); toute pensée noble et tout acte désintéressé font progresser vers des — plus élevés de l'être, 250 (237).

Planètes : les habitants des autres — ne doivent pas être imaginés semblables à ceux de la Terre, 101-2 (86); les — ont des correspondances avec les principes, 114 (98).

Platon : Wilder, citation sur — qui a connu les instructions des anciennes colonnes d'Hermès, 20 (6); citation donnant une définition de la méditation, 24 (10-1); tenait les Mystères pour extrêmement sacrés, 49-50 (37); l'éthique de — se retrouve dans la Théosophie, 62 (49); étant un Initié — ne pouvait pas dans ses écrits entrer dans des détails défendus, 106 (90); sur l'âme et l'esprit, 106-7 (90-1); sur l'homme intérieur, 108 (92); les idées de — se retrouvent dans la Théosophie, 111-2 (96); fait dériver l'âme de l'homme de l'Âme Universelle du Monde, 121 (105-6); le Logos de—est l'Ego universel et infini, 126 (110); Les Lois, citation sur l'âme rationnelle et le Noûs de —, 131 (115); l'Homme-Dieu de — se crucifie dans l'Espace pour la rédemption de la Matière, 201 (188).

Plérôme de la Lumière Éternelle, Le : le Ciel des gnostiques, 128 (112); pendantles Mystères celui qui révélait le — était appelé le « Père », 200 (187) (note).

Plotin : fut l'élève d'Ammonios Saccas, 17 (3) (note), 21 (7); définit ce qu'est l'extase, 24 (10); cité, 36 (23); était un Initié, 129 (113); dit que notre corps est le véritable fleuve du Léthé, 155 (140).

Plutarque : citations sur l'homme composé, 113 (97), 114-5 (98-100).

Porphyre : (Malek) disciple de Plotin, 17 (3) (note).

Post mortem : voir « Devachan » , « Esprits » , « Kâma loka » , « Mort » , « Vision » .

Pot amon : prêtre égyptien, 16 (2) (note),

Pouvoirs : les — occultes sont réels mais leur utilisation est dangereuse, 39-40 (26-7); l'étude des — psychiques et des — spirituels latents dans l'homme est le troisième but de la S.T., 53 (39); l'homme a des — spirituels, 118 (102); des — spirituels et divins sommeillent dans tout être humain, 195 (181), 303 (290); Oxon, citation sur les spirites qui ne tiennent aucun compte des — de l'Esprit incarné, 209 (196); des voyants et des Initiés ont la connaissance de karma grâce à leurs —, 229 (215); l'univers est guidé par des — intelligents, 235 (221); influence de la nourriture sur les — intérieurs, 274-5 (261-2); les Maîtres n'ont pas de — surnaturels, 303 (290; l'Adepte en possession de — psychiques et spirituels peut produire des résultats qui semblent « miraculeux » , 305 (292); le mauvais usage des — par les dugpa, 306 (293) , vers un développement sain et normal des — psychiques, 319 (306).

Prajñâ : la Mândûkya Upanishad citée à propos d'Îshvara et de—, 174 (159).

« Prairies de l'Hadès » , Les : (voir « Hadès »).

Pralaya : la dissolution ou la « Nuit de Brahmâ » , 100 (84), 120 (104).

Prâna : est la Vie ou le principe de vie, 107 (91); le double vital est le véhicule de —, 133 (118), 136 (121); se disperse après la mort, 143-4 (128); est la force rayonnante ou l'énergie d'Âtma, 190 (176).

Préexistence : la — fut enseignée par les philosophes anciens, 121 (105-6); le Zohar, citation sur la —, 127 (112-3); Butler, citation sur les préjugés matérialistes contre la —, 142 (126).

Prémonitions : les — sont des communications des plans spirituels, 152 (137).

Presbytérien : la Confession de Foi des —, 227 (213-4).

Prière : la méditation est la — silencieuse non exprimée, 24 (10); sur l'inutilité d'adresser une — verbale à une abstraction, 82 (66); la—et la volonté, 82 (66-7), la signification ésotérique du 'Père qui est aux Cieux' 83 (67); la vraie — est un processus occulte, 84-6 (68-70); la — égoïste en connaissance de cause est pour l'occultiste ou le théosophe de la magie noire, 84-6 (68-70); le Christ a donné une seule —, 85 (69); le mantra des hindous est une —, 86 (70); la—est la communion avec le Père qui est dans le secret, 87 (71-2); la prière à un dieu extérieur détruit la confiance en soi, 87 (72); l'attitude bouddhiste envers la —, 89-90 (74); la — ne peut rendre karma propice ni le détourner de ses effets, 212 (198).

Principe(s) : le — Déifique Absolu, 78 (62); le — Omniprésent, 81 (66); Dieu est un — universellement répandu, 83 (67); énumération des sept — de l'homme et leurs caractéristiques, 106-8 (90-3), 131-7 (116-22); le tableau des sept — humains selon la Théosophie, 107-8 (91-2); l'ordre que l'on peut attribuer aux —, 108 (92); Plutarque, citation sur les — de l'homme, 113-5 (97-9); les planètes ont des correspondances avec les —, 113-4 (98); les — sont des aspects et des états de la conscience, 116 (100), les — supérieurs sont dérivés de l'Âme Universelle du Monde, 121 (105-6); l'homme est émané du — divin manifesté, 126 (110-1); les — de l'Ego réel, 132 (117); le Vedânta et le Tao Tê King sur les—133 (117); le corps, l'âme et l'esprit des chrétiens et les — théosophiques, 133-4 (118-9); le septième — synthèse du sixième 135 (119); nul biologiste ne consentira à accepter les —, 136 (121); les — et certains organes correspondants dans l'homme, 136 (121); la désintégration des — et l'absence de mémoire des vies passées, 143-4 (127-8); les — spirituels et les — matériels, 149-52 (134-6); le sort des — inférieurs après la mort, 159-60 (143-4); les Nirmânakâya conservent tous leurs — sauf le corps physique, 167 (151); le but de l'Ego est de réaliser l'unité absolue avec le — divin, 170 (155); confusion apparente des termes utilisés pour désigner les—, 186 (171-2); termes occidentaux équivalents des termes orientaux occultes désignant les —, 189-90 (175-6); le — qui se réincarne est indestructible, 191 (177); aucun — divin ne peut faire autrement qu'être entravé par la matière turbulente sauf dans le cas d'un Avatâra, 195 (181); Manas est un — et une entité, 196-7 (183); le — à jamais inconnaissable et les pouvoirs intelligents dans la Nature, 235 (221); certains — se sont élaborés à partir de germes laissés après une existence antérieure, 250 (237).

Programme : avantage d'adhérer à la S.T. si le véritable — est bien appliqué, 34 (21); chaque univers, même notre Terre, possède son propre — de manifestation, 101 (86), après la mort, se déroule un — que nous avons appris et très souvent composé nous-mêmes inconsciemment pendant la vie, 180 (165); l'après-vie du matérialiste sera modelé sur ce qu'il croyait qu'elle serait, son — se réalisera comme un vide absolu, 184 (170).

Progrès : voir « Évolution » , « Karma » , « Réincarnation ».

Proserpine : voir « Perséphone ».

Providence : voir « Karma-Némésis ».

Psuchè : ou l'âme animale, 106 (91); ou l'âme prise dans un sens collectif, 112 (96); avec l'entendement, forme la raison, 113 (97), l'âme animale selon Aristote, 122 (106); confusions des traducteurs des Actes et des Épîtres sur le terme psuchikos et les conséquences qui en découlèrent, 129 (114).

Psuchikos : confusions sur la traduction du terme —, 129 (114).

Psychique(s) : à propos des manifestations spirituelles et —, 43 (30); l'étude des pouvoirs — et spirituels latents dans l'homme fait partie des trois buts de la S.T., 54 (39); le témoignage analogue des sens — d'une multitude d'hommes pourrait être considéré comme une preuve, 143 (127); H.P.B. parle en connaissance de cause des phénomènes physiques et —, 206 (193); l'Adepte en possession de pouvoirs — et spirituels peut produire des résultats qui semblent « miraculeux » , 305 (292); les difficultés pour un juge d'admettre la réalité des phénomènes —, 310 (297); la S.R.P. et les pouvoirs —, 310 (297); vers un développement sain et normal des pouvoirs —, 319 (306).

Psychologues : les — occidentaux n'ont pas établi de distinction nette entre la personnalité et l'individualité, 45 (32-3); nous rejetons les hypothèses des — sur les rêves, 105 (90); l'incapacité des — modernes à expliquer la nature du mental, 139 (123); citation définissant la réminiscence selon les — modernes, 140 (124); les — sur la mémoire physique, 140-1 (125); les — modernes et les énigmes posées par la conscience humaine et spirituelle, 152 (137).

Publicains : les—décrits par H.P.B., 55 (42) (note); les—des temps modernes, 69 (54).

Punition : nous rejetons l'idée de — post mortem et éternelle, 125 (109-10); la — post mortem est très rare et ne ressemble en rien au dogme de l'enfer, 153 (137); il n'y a pas de — sur les plans subjectifs mais sur les plans objectifs, 153 (138); karma est la loi sévère mais juste de —, 156 (140), 212 (198); karma sous la forme de — agira dans la prochaine incarnation, 176 (161); la — encourue par le matérialiste dans sa vie post mortem, 176 (161); les idées bouddhiques sur la—et le pardon, 213 (199); l'homme ne doit pas infliger de —, 214 (200); J.H. Conelly, citation sur le pardon et la —, 221-2 (207-8); la connaissance de karma aide à accepter la —, 230 (216); les bouddhistes n'ont pas la même attitude que les chrétiens devant la —, 259-60 (246). (Voir aussi « Châtiment » , « Karma ».)

Purpose of Theosophy : de Mrs. Sinnett, citation sur karma, 226-7 (212-3).

Pythagore : Wilder, citation sur — et sa connaissance des instructions des anciennes colonnes d'Hermès, 20 (6); ne laissa pas d'écrits, 21 (7); réservait sa Gnose à ses seuls disciples assermentés, 22 (9); les enseignements éthiques de — sont présents dans la Théosophie, 62 (49); parle de « trois » principes auxquels il attribue de façon évidente « sept » fonctions, 107 (91); Plutarque, citation sur Platon et—, 111 (95) (note); l'âme triple selon —, 111-2 (96); fait dériver l'âme de l'homme de l'Âme universelle du Monde, 121-2 (105-6); sur Noûs, thumos et phrên, 130-1 (115).

haut de l'index

Q (↓ lettre suivante)

Quakers : les — sont cités en exemple à propos de la vérité, 69 (55).

Quaternaire : le — inférieur dans la division théosophique de l'homme, 107-8 (91-2); l'annihilation complète du — inférieur, 110, (94); commentaires sur Plutarque à propos du — mortel, 113-4 (97).

haut de l'index

R (↓ lettre suivante)

Rabbins : les maîtres de l'hellénisme furent de dangereux rivaux du Collège des — de Babylone, 18 (4) (note); Ammonios fut soutenu et aidé par les — de la Synagogue, 20 (6); les hébreux tenaient secrètes leurs véritables croyances, 22 (8); les — juifs donnèrent à leur théorie religieuse séculière le nom de Merkavah, 22 (8).

Race(s) : l'homme pensant fut produit par l'incarnation des Mânasaputra dans la troisième — de notre Ronde, 151 (135-6) (note); Les sept Ceps du Codex Nazaræus correspondent à nos sept — avec leurs 7 Sauveurs, 201 (188); le cycle de vie se terminera avec la septième — de la septième Ronde, 211 (197).

Raison : Plutarque, citation sur la composition de Psuchè avec Noûs qui forme la—, 113 (97); lnman, citation sur les bouddhistes qui n'admettent que ce qui est d'accord avec la —, 213 (199); la foi basée sur la — est supérieure à celle basée sur une autorité, 236 (222); l'élévation de l'âme et la — supérieure, 253 (240); la véritable éducation devrait développer la — chez les enfants, 283-4 (270-1).

Rappel à la mémoire : le souvenir, le—et la réminiscence, 140 (124-5); (Voiraussi, « Mémoire » , « Souvenir ».)

Rate : la—est le véhicule physique du Double protéen, 136 (121).

Réajustement : voir « Karma ».

Réalité : la — universelle et éternelle projette un reflet d'elle-même, 100 (84-5); nous n'appelons — que le nirvâna et la vie universelle, 183 (169); en dehors de la — Une tout n'est qu'illusion passagère, 192 (178).

Récompense : les bouddhistes pratiquent la vertu sans attendre de — future dans un autre monde, 90 (74); nous rejetons l'idée de—post mortem éternelle, 125 (109-10); l'homme qui se venge de son ennemi engendre une cause de — future pour cet ennemi, 214 (200). (Voir aussi « Karma ».)

Reflet : l'Univers est un — périodique de la Réalité, 100 (84); le — des skandha se rattache au « Moi » individuel, 145 (129), l'Ego en devachan se revêt du — de la personnalité qui fut, 163 (147), 191 (177).

Réformateur(s) : les sentiments fraternels ont été prêchés par tous les grands —, 61 (47); les deux — Bouddha et le Christ furent d'ardents philanthropes et des altruistes, 95 (79), Bouddha fut un grand — de l'Inde, 129 (114).

Réformes : les — politiques sont inutiles tant que la nature humaine n'aura pas changé, 245 (231). (Voir aussi « Education ».)

Règles : voir « Groupe Intérieur » , « Section Esotérique. »

Réincarnation : ou renaissances successives du même Ego, 46 (33); la—de l'Ego éternel dans l'homme, 111 (95), 195 (181-2); la — des magiciens noirs et des criminels est presque immédiate, 119-20 (103-4); la — de l'Ego qui est de la même essence que tous les autres Ego issus d'un seul Ego universel et infini, 126 (110), preuves de la — dans le Zohar, 127-8 (112-3); les spirites qui combattent l'idée de la —, 137 (122); la perte de la mémoire de la — précédente n'infirme pas la doctrine, 139 (123); la réminiscence et la —, 141 (125); la—rassemblera autour de l'Ego tous les autres Ego que la personnalité passée a fait souffrir, 156 (141), la — explique les inégalités de naissance, 157 (142); la — dans le même groupe familial, 165 (150); par sa philosophie profonde, sa miséricorde et son équité divines, la doctrine de la — n'a pas son égale au monde, 170 (154-5); en niant la loi de la — on en arrive à faire de la Divinité un Moloch cruel, 171 (155-6); la — presque immédiate du Sûtrâtma du matérialiste, 184 (170); présence de la — dans l'Evangile selon st Jean, 199-200 (186); enseignements erronés des spirites sur la — immédiate, 204 (191-2); contradictions dans les cercles spirites à propos de la —, 207-8 (194-5); le cycle de la — se terminera dans la septième Ronde à la septième Race, 211 (197); Conelly, citation sur la —, la loi de karma et le retour de la monade humaine à sa source, 223 (209); La Doctrine Secrète, citation sur la loi de karma qui est inextricablement mêlée à celle de la —, 224 (211); la — est-elle soumise à la loi karmique sans qu'il y ait place pour la sympathie et la pitié ? 230 (216-7); la—et la Fraternité universelle, 247 (233-4); la—et la causalité universelle, 250 (236-7); la doctrine de la — peut être comprise par des gens pauvres et incultes, 259-60 (246); la connaissance de la loi de la — permet aux hommes de réaliser la vraie dignité de la nature humaine, 261-2 (248) , (Voir aussi « Renaissance. »).

Reincarnation, a Story of Forgotten Truth : par E.D. Walker H.P.B. recommande la lecture de —, 147 (132); citation sur karma, 222-3 (209).

Religion(s) : le but principal des fondateurs de l'École théosophique éclectique fut de réconcilier toutes les —, 16-7 (2-3); « II n'y a pas de — au-dessus de la vérité » , 16 (3); Ammonios Saccas enseignait que la — avait été corrompue, 19 (6); impuissance des — traditionnelles à préserver la morale, 48 (35); la véritable fraternité en matière de — pourrait se réaliser sur la base d'une étude comparative, 59 (46), la Théosophie n'est pas une — mais elle est l'essence de toutes les —, 73 (58); la S.T. au XXème siècle et l'influence qu'elle devrait avoir par ses idées nobles et généreuses de —, Devoir et Philanthropie, 318 (305-6). (Voir aussi « Credo » , « Système ».)

Religion-Sagesse : était Une dans l'antiquité, 17 (4); la — est le tronc commun des religions et sectes chrétiennes, 19 (5); la — est le dernier mot de toute connaissance humaine possible, 21 (7); la — a toujours eu un aspect ésotérique au cours des âges, 21-2 (7-9); la Théosophie est la —, 26 (13); l'éthique est l'âme de la —, 27 (14); la division intérieure de la S.T. a un système basé sur la —, 75 (60); équivalence du terme Christos expliquée par les symboles de la —, 83 (67) (note.).

Réminiscence : la — est une des trois formes de la mémoire, 140-1 (124-6); la — est la mémoire de l'âme qui donne la certitude d'avoir vécu antérieurement, 141 (125); la—est un mode de communication avec les plans spirituels, 152 (137) (Voir aussi « Mémoire ».)

Rémission (des péchés) : la doctrine de la — est pernicieuse, 121 (105); la doctrine de la — est contraire à la justice stricte et impartiale, 214 (199); Conelly, citation sur la doctrine de la — qui détruit le sens de la responsabilité, 221-2 (207-8); Conelly, citation sur la confession de foi presbytérienne et la —, 227 (213-4); les effets pernicieux de la doctrine de la —, 236-40 (223-6).

Renaissance(s) : Le Catéchisme Bouddhique, citation sur l'individualité pourvue d'un nouvel ensemble de skandha à chaque —, 93 (77-8); l'Ego qui a gagné sa vie immortelle comme esprit restera le même soi à travers les —, 121 (105); la réincarnation ou la —, 139 (123); durée de la période entre deux —, 148 (132); la — est préparée par la loi infaillible, 156 (141); la vision entre le devachan et la —, 177-8 (163); le cycle des —, 182 (167-8); presque immédiate pour le Sûtrâtma du matérialiste, 184 (170); Dans le Zohar, les vêtements du « .Roi-Messie » représentent les personnalités de ses —, 201 (188); nécessité de l'union de Buddhi et de Manas dans chaque —, 203 (190); le cycle des — se terminera dans la septième Ronde à la septième Race, 211 (197); les Adeptes ont approfondi les mystères de la —, 231 (217); la — ne doit pas être considérée comme une affliction seulement mais aussi comme un moyen de progresser, 240 (226). (Voir aussi « Réincarnation ».)

Repentir : Conelly, citation sur le — qu'il considère comme une aimable faiblesse, 222 (207-8); Mme P. Sinnett, citation sur le fait qu'aucune dose de — n'est capable d'effacer les résultats futurs d'une action, 226 (213); Isis Dévoilée, citation sur l'idée erronée que tout peut s'arranger s'il y a — sur le lit de mort, 237 (223).

Repos : l'homme a droit à un état parfait de calme et de — entre deux vies, 48 (35); le seul pays de béatitude et de — est ce qui correspond à nirvâna, 127-8 (112); le Manu fatigué et épuisé a gagné le droit à une période de —, 155 (140); le nirvâna et le — cyclique, 166 (151); le devachan est une période de — pour l'âme après les labeurs de la vie, 172 (156); la punition après la mort consiste en l'absence, entre autres choses, de —, 176 (161); l'évocation des morts trouble le — des âmes, 207 (194); le cycle d'incarnation est suivi d'une période de — dévachanique, 211 (197).

Responsabilité : voir « Karma » , « Rémission ».

Résurrection : la Théosophie n'admet pas la doctrine de la — de la chair, 110 (94); les candidats à l'initiation jouaient le drame de la mort et de la— comme un esprit purifié, 114 (98-9); explication théosophique et fausses notions courantes sur la — du corps, 171 (155).

Rétribution : la loi de—ne tarde pas à rattraper celui qui brise son serment, 65 (51); la loi de—ou karma, 125 (110); une juste—attend l'Ego à sa nouvelle incarnation, 156 (141), 169 (154); Isis Dévoilée, citation sur la loi de compensation et de — qui entre en jeu dès le commencement de la lutte invisible que mène l'homme, 196 (182); Conelly, citation sur la loi de — ou loi de causalité éthique, 222 (209); diverses citations sur la loi de — et leur comparaison avec les croyances admises par les chrétiens sur le sujet, 226-8 (213-5); l'homme accepte la loi de—et en retire un encouragement pour s'améliorer, 230 (216). (Voir aussi « Karma ».)

Reuchlin, Jean : Buck, citation sur — présenté comme réformateur et ami deLuther, 31 (17).

Rêve(s) : l'Ego peut communiquer librement pendant le sommeil avec ceux qu'il a aimés et perdus bien qu'à son réveil l'être ne puisse en avoir le souvenir que par le truchement du —, 43 (30) (note); le—et les sept états de conscience de l'homme, 105 (89); l'amour d'une mère en devachan s'exprimera dans les — de ses enfants, 166 (150); il y a différentes sortes de—, 179 (164); le — post mortem est le fruit de l'arbre de vie, 180 (165); différents états de —, 184 (169-70).

Revenant(s) : mise en garde contre la médiumnité et les —, 206 (193-5). (Voiraussi « Fantôme » .)

Revue Théosophique, La : vient juste d'être lancée, 300 (287).

Rhys Davids, T.W. : auteur de Buddhism, cité, 150 (134).

« Roi-Messie » : l'Esprit du — symbolise l'Ego, 201 (187-8).

Ronde : l'homme dans la troisième race de notre —, 151 (135-6); nous sommes dans la quatrième — et la cinquième race, 211 (197).

Rose-Croix : 49 (36) (note).

Rosicrucians, The : par Hargrave Jennings, lecture recommandée à propos d'une mise au point par H.P.B. sur l'interprétation du symbolisme phallique, 292 (279-80).

Rosicruciens : avant 1875,1e nom des — était à peine mentionné, 314 (302).

Royaume : le — de Dieu est au-dedans de nous, 24 (11) (note); les enseignements secrets de Jésus sur « les mystères du — des Cieux » , 26 (13); le « — des Cieux » et la confusion faite par les traducteurs du Nouveau Testament, 128(113-4).

Rûpa : ou sthula sharîra : le corps physique, 107 (91); une catégorie de skandha correspondant à la forme et aux qualités matérielles, 145 (129) (note.)

haut de l'index

S (↓ lettre suivante)

Sacrifice : le — de soi-même fut enseigné par Bouddha et par le Christ, 95 (79);le — de soi-même est un idéal plus élevé que la justice et l'amour envers les autres, 251-5 (237-42); le discernement est nécessaire pour pratiquer le —, 251-2 (238-9); le — des Fondateurs n'aura pas été vain, 270 (257). (Voir aussi « Abnégation ».)

Sadducéens : les — et la Palestine à l'époque où l'on prétend qu'eurent lieu les événements rapportés par les Évangiles, 97 (82); citations montrant pourquoi les — niaient l'immortalité de l'âme, 125 (109).

Sagesse : Théosophie signifie « — Divine » , telle que la possèdent les dieux, 15 (1), 71 (56); Amon est le Dieu de la —, 16 (2) (note); la — divine se révélait à Ammonios en songe et par des visions, 17 (3) (note); Mosheim, citation sur Ammonios et la restauration de la — des anciens, 19-20 (6); bodha ou —, 26 (13); les Sages considéraient que toute connaissance est incluse dans la —, 49 (36) (note); le Boudhisme ésotérique ou — Secrète et le bouddhisme exotérique, ou philosophie religieuse de Gautama le Bouddha, 94 (78); Jacques (II, 15) parle d'une — démoniaque et d'une — céleste, 107 (91); la — dans son sens générique « rationnel » désigne ce qui émane de la — Éternelle, 118 (102) (note); la — des âges et la — des Évangiles sur la rétribution, 156 (141); Prajñâ est la — individuelle des Dhyân Chohan 174 (159); la vie sur terre nous permet d'atteindre la —, 240 (226); l'étude de l'Occultisme a pour but d'acquérir la — 272 (259); le futur de la S. T. dépendra de la connaissance et de la — de ses membres, 317 (304).

Saint, Le : du Zohar correspond à l'Âtman selon la Théosophie, 128 (112-3).

Saint-Esprit : dans la Trinité, le — correspond à l'esprit abstrait, 83 (67) (note); les Églises chrétiennes se réclament d'un « Maître » , le — lui-même, 312 (299-300).

Saint-Germain : cité comme un exemple d'occultiste accompli, 36 (23).

Salut : les voies du — selon la Théosophie sont différentes de celles proposées par l'Église, 170 (155); aucun espoir de miséricorde ni de — par l'effet d'un intermédiaire, 214 (200).

Samâdhi : ou la véritable extase, 24 (70); état de béatitude extatique pendant la vie, 86 (70); en — la conscience spirituelle la plus haute de l'Initié est entièrement absorbée dans Âtma, 188 (174). (Voir aussi « Extase » )

Samana : Oldenburg, citation sur la doctrine des — et des brâhmanes sur lapermanence de l'ego, 97 (81) (note).

Samkhârâ : une catégorie de skandha correspondant aux tendances du mental, 145 (129) (note).

Sammâsambodhi : état —, dans lequel la connaissance de la série des incarnations passées est obtenue, 179 (164).

Samothrace : les hiérophantes de — tenaient secrètes leurs véritablescroyances, 22 (8).

Samyuttaka-Nikâya : traduit par Oldenburg, citation sur la réponse dubouddha relative à la permanence ou non-permanence de l'ego, 97 (81) (note).

Sang : Adam ou A-dam est le symbole du —, 201 (188).

Sañña : une catégorie de Skandha correspondant aux idées abstraites, 145 (129) (note).

Sat : l'immortalité et l'éternité sont absolues pour tout ce qui existe en tant que—, ou émane de —, 183 (168).

Sauveur(s) : le « Père dans le secret » est le— divin dans le coeur de tous les êtres, 98 (82); chaque Ego devient son propre —, 170 (155); les sept Ceps du Codex Nazaræus correspondent à nos 7 Races avec leurs 7  Sauveurs, 201 (188); il incombe aux — de notre race, de notre nation, de découvrir la cause de l'inégalité de la pression du karma rétributif, 219 (205).

Science(s) : la Théosophie est la — Divine, 15 (1); les théosophes préfèrent suivre la loi de la tradition de la — Sacrée, 36 (23); les — occultes ne sont pas des — imaginaires datant du Moyen Âge, 38-9 (25-6); la — occulte sans l'explication raisonnée des pouvoirs est dangereuse, 40 (27); la — matérialiste reconnaît que le moindre dommage causé à une plante peut influencer le cours entier de son développement, 60 (46); les occultes sont basées sur la vraie connaissance de la Nature, 62 (48); les méthodes utilisées par les Voyants qui se servent de leurs sens physiques et spirituels sont similaires à celles de la — physique dans son domaine limité, 102 (86-7); les sept plans fondamentaux de l'espace et leur propre objectivité et subjectivité ne peuvent être compris par la pensée moderne et la seule illustration que nous pourrions en donner fournirait à la — l'occasion de développer un argument contre nous, 104-5 (89); si les hommes croient aux « hypothèses de travail » de la— pourquoi ne pas croire aussi à celle d'un Ego permanent, 144-5 (129); la loi de causalité universelle se vérifie dans la vraie —, 248 (234); la — occulte enseigne et prouve les effets produits par une nourriture carnée, 273 (260); la — sera forcée de reconnaître l'interaction d'un mental sur un autre, 304 (290-1).

Science(s) Secrète(s) : deux aphorismes de la — sur les conditions indispensables pour une survie consciente après la mort, 179-80 (164-65); aucun homme n'a atteint en une seule vie l'Adeptat dans les —, 231 (217-8).

Séances : aucun Ego réel n'apparaît dans les —, 109 (93); en de rares circonstances des Intelligences élevées peuvent intervenir dans les —, 206 (193-4).

Second Sight : de « M.A. Oxon » , citation sur les spirites, 209 (196).

Secret Doctrine, The : voir « Doctrine Secrète » .

Secret(s) : il y a toujours eu des enseignements —, 21-2 (8-9); deux raisons pour lesquelles les enseignements sont restés —, 25-6 (12); la perversité de la nature humaine ne permet pas de divulguer des — divins, 25 (12); certains voyants ont capté de merveilleux aperçus sur les — cachés de la Nature, 36 (23); les légendes et les traditions populaires bien analysées conduisent à la découverte d'importants — de la Nature, 62 (48); obligation permanente du serment sacré de préserver le —, 64-5 (50-1). (Voir aussi : « Enseignements ésotériques » , « Gnose » ).

Section Arcane : 51 (38).

Section Ésotérique (ou Intérieure) : différence entre la—et la section exotérique, 32-4 (19-21); le membre assermenté et les règles qu'il doit suivre, 33-4 (20); les efforts personnels et la grande pureté de vie exigés limitent lenombre des membres de la —, 50 (37); nécessité du sens de l'honneur, 51 (38); les serments solennels constituent pour le membre de la — une « nouvelle naissance » , 63 (49); quelques règles de la —, 63-5 (49-51); les pratiques ascétiques ne sont pas obligatoires dans la — mais les nouvelles conceptions que les membres obtiennent leur révèlent les vrais rapports qui existent entre le corps et l'Homme intérieur, 271-2 (258-9); la nourriture des membres de la — devrait être celle qui entrave le moins le développement de leurs facultés et pouvoirs intérieurs, 274 (261-2); le célibat ne s'applique pas aux membres de la — mais à l'Occultiste, 275-6 (263).

Sens : les visions spirituelles de Voyants (initiés) sont obtenues au moyen des — physiques et spirituels, 102 (86); chacun des sept plans de l'espace a un propre ensemble de —, 104 (88); des — fonctionnent pendant l'état de rêve, 105 (89); le Manas inférieur est tenu sous contrôle par le cerveau et les — physiques 192-3 (178-9); les — physiques fonctionnent dans le domaine de l'illusion, 193-4 (179-80); la connaissance fournie par l'évidence des — physiques ou celle des — spirituels, 234 (220); l'éducation devrait favoriser le développement et la culture des — intérieurs, 283 (271).

Séparativité : il n'existe pas de—, 217 (203).

Sept : la manifestation comporte — plans, 101 (85) 104 (88); il y a— forces fondamentales dans la nature, — plans de l'être, — états de conscience pour l'homme, 105 (89); tableau des — principes, 107-8 (91-2); les — principes sont contenus dans la philosophie des Grecs, 112 (96); la nomenclature des — principes n'est pas nouvelle, 136 (120-1); les — Ceps, les — Races et les — Sauveurs ou Bouddhas, 201 (188).

Serment : Pythagore et Ammonios, liaient leurs élèves par un — 22-3 (9); les membres du Groupe Intérieur prêtent —, 33 (20) 51 (38); le —a un caractère sacré, 63-5 (48-51); nécessité de changer le mode de vie lorsqu'on s'est lié par un —, sous peine de sanction, 63 (49); un — lie jusqu'à la mort, 65 (51); les membres prêtent — sur leur « Soi Supérieur » , 67 (52); maints détails importants de l'enseignement sont omis que seuls ont le droit de connaître ceux qui étudient la philosophie ésotérique et ont prêté le — de silence, 112 (96).

« Sermon sur la Montagne » : les préceptes du — ne sont pas mis en pratique, 69 (54-5), 72 (58); la charité pratique dans le — 256 (242); pour être logiques avec eux-mêmes les chrétiens devraient appliquer les préceptes du—à la lettre, 257 (243).

Sexes : le cycle de vie consciente commence au moment de la séparation des — 211-2 (197-8); les distinctions faites entre les classes sociales, les —, etc. sont des maux sociaux dus à karma, 216 (202).

Shakespeare, William : citation sur l'illusion de la vie, 154 (139), citation sur l'insignifiance de la naissance, 157-8 (142).

Shelley, Percy Bysshe : cité à propos de sa croyance à la réincarnation, 157 (142).

Siècle : absurdité de certaines croyances face aux lumières du XIXème —, 237 (223); au XIXème — l'argent est roi, 280 (267); les Maîtres aident le progrès spirituel de l'humanité au dernier quart de chaque —, 319 (306); ce que pourrait être le XXème — si la tentative théosophique actuelle réussit, 320 (306).

Sinnett, Alfred Percy : auteur du Bouddhisme ésotérique, 26 (12); contradictions relevées dans certaines conférences de — à propos de karma mais dont H.P.B. explique l'intention, 137 (122); citation de — sur le Soi supérieur, 186-8 (172-4) , 193 (179-80); — cité par Conelly à propos de la loi de causalité éthique, 222 (209), les effets malheureux de la publication du Monde Occulte de —, 287 (274).

Sinnett, Mrs P. : auteur de Purpose of Theosophy, citation sur karma, 226-7(212-3).

Skandha : chaque personnalité nouvelle est l'agrégat de — de l'ancienne personnalité, 93 (77-8); les cinq — du bouddhisme énumérés, 145 (129) (note); les — matériels sont fugitifs, 146 (130); cas d'une servante somnambule où le principe supérieur a agi sur les —, 149 (133); le Catéchisme Bouddhique cité à propos des — qui sont maintenus en cohésion par tanhâ, 149 (134) (note); l'armée des — monte la garde sur le seuil du devachan d'où l'Ego va ré-émerger, 156 (141); les— demeurent comme germes en tant qu'effets karmiques, 170 (154-5); les—et ce qui survit, 191 (177); le sort des — matériels et des — spirituels, 198 (184-5).

Slade, Henry : victime de sa médiumnité, 207 (195).

Socialisme : le — de Bouddha et de Jésus, 94 (79).

Société Théosophique : origine de la devise adoptée par la—16 (2); le but principal des fondateurs de l'École Théosophique Éclectique était l'un des trois de la —, 17 (3-4); J.D. Buck, citation sur l'historique de la — et les doctrines de la — moderne qui n'est pas la première de ce genre , 29-32 (16-19); ce que représente l'affiliation à la —, 32-3 (19-20); l'avantage de se joindre à la —, 34-35 (21-2); la — n'a pas été fondée pour écraser le spiritisme, 45 (32); les temps étaient mûrs pour la fondation de la —, 49 (36); les buts de la — 53-4 (39-40); autres buts de la —, 61-2 (47-8); l'éthique de la —, 62 (48-51); la section Ésotérique de la—, 63 (49) 74 (60); les relations de la —et de la Théosophie, 67 (52) 69-70 (54-7) 263 (250); pourquoi la — est dénigrée, 69 (54); la — est dépositaire de vérités, elle est un canal par lequel se répandent dans le monde des enseignements, 72 (57); la — est l'humble semence de l'Arbre de la Connaissance greffé sur l'Arbre de la Vie Eternelle, 73 (59); les doctrines de la — sont disponibles pour le chercheur sincère, 231-2 (218); différence entre les membres de la—et la Théosophie, 244 (230); la — se garde de prendre part à la politique, 245-6 (231-2); les membres de la — s'efforcent de favoriser le développement social, 246-7 (232-3); la—et les devoirs de famille, 254 (240); cinq manières d'aider le travail de la —, 262 (248-9); clauses prohibitives au sein de la —, 263-6 (249-53); la réaction prévisible des renégats de la —, 266-8 (253-4); les imperfections de la nature humaine et les critiques justifiées à propos de la —, 268-70 (255-6); ce qu'il y a de noble, de très élevé et de très vrai à la base de la —et de sa philosophie, 270 (257); l'attaque de la S. P. R. contre la—, 286 (273); la—enseigne à ne pas croire aux miracles, 286-7 (274); la haine des spirites contre la — et ses Fondateurs, 287-8 (274-5); installation du quartier général de la — à Bombay puis à Madras, 287 (275); l'opposition du clergé envers la — 288-9 (275-6); les comptes rendus de la S.P.R. sur la—, 288-9 (275-6); préjugés et calomnies contre la, 289-90 (277); la — n'a jamais enseigné un précepte immoral ou une doctrine pernicieuse, 291-3 (278-80), situation financière de la —, 293-4 (281), 298-300 (286-7); la — n'a pas de capital ni de dotation, 295 (283); histoire de trois legs destinés à la — mais qui n'ont jamais été reçus, 296-8 (284-5); le sort de la — justifie l'isolement des Maîtres, 303 (290); les Maîtres veillent sur la—et la protègent mais ne la guident pas, 312 (299); la — a donné une impulsion dont certains charlatans en occultisme s'emparent à leur profit, 314-5 (302), l'avenir de la —, 317-20 (304-7); les statuts légaux de la — 325 (309).

Society for Psychical Research : attaque de la — contre H.P.B. et la S.T., 286-7 (273-4); 287-9 (275-6) 309-10 (296-7); même la—a dû admettre le but non lucratif de la S. T., 294 (281); le rapport de la — est ridicule et renferme en lui-même sa propre condamnation, 309 (296).

Sociologie : en — se vérifie la loi de causalité universelle, 248 (234).

Socrate : n'a rien laissé par écrit, 21 (7); les enseignements éthiques de — se retrouvent dans la Théosophie, 62 (49); — et Platon sur les principes dont l'homme est composé, 111 (96).

Soi : l'infini ne peut être perçu par le — fini, mais l'essence divine peut être communiquée au — spirituel supérieur dans un état d'extase, 23 (10); notre — spirituel est pratiquement omniscient, 42 (29); le — spirituel ne peut manifester sa connaissance en raison des obstacles que lui oppose la matière, 42 (29); le serment au nom du — immortel, 63-5 (49-51); l'invocation au — supérieur ou Dieu intérieur, 64-5 (51); dans certaines branches publiques, les membres prêtent serment sur le — Supérieur, 67 (52); l'appel au — Divin pour guider les pensées et les actions quotidiennes, 67 (52); Krishna représente le — Universel, 83 (68) (note); Âtma-Buddhi-Manai, ou Christos, correspond au —, 87 (71); pour trouver le pouvoir de maîtriser ses passions et son égoïsme, le théosophe se tourne vers son — Supérieur et vers son karma, 89 (73); Bouddha a essayé de montrer la différence qui existe entre le — Supérieur et l'Ego, 96-7 (81) (note); l'Ego qui a gagné sa vie immortelle restera le même — intérieur à travers toute la série de ses renaissances sur la terre, 121 (105); Âtma-Buddhi ou le — Supérieur, 136 (121); l'Ego spirituel n'est pas le —Supérieur, 147 (132-3); A.P. Sinnett, citation sur le — Supérieur, 186-8 (172-4), 193 (179-80), nuances qu'il faudrait faire en utilisant le mot — pour éviter les confusions, 188-9 (174-5); le Dieu au-dedans de nous ou « notre Père qui est dans le secret » est le — Supérieur, 195 (181-2); le théosophe doit maîtriser et vaincre le — inférieur au moyen du — Supérieur, 254 (241); l'éducation moderne inculque l'idée que le — inférieur, personnel et animal constitue l'essentiel et le but de toute la vie, 279 (266).

Soleil : la Théosophie est comparable au — immuable et éternel, 71 (57); Plutarque, citation sur le — d'où provient l'entendement de l'homme, 113 (97-8); de même que la lune emprunte sa lumière du — ainsi Buddhi reçoit la sienne de la Sagesse d'Âtma, 118 (102) (note).

Solidarité : la Théosophie insiste sur la — humaine, 247 (233-4).

Sommeil : la compréhension de ce qui caractérise le — avec ses trois modes permet de mieux appréhender la doctrine du Sûtrâtma, 179 (164); trois modes de— 180 (165); analogie des états de conscience post mortem avec le —, 183 (169); les différentes sortes de rêves et le—, 184 (169-70); la conscience supérieure manifeste une activité pendant le —, 194 (180).

Somnambulisme : explication sur les talents manifestés en état de —, 42 (29) 147 (131) 149 (133); Sinnett, citation sur le Soi Supérieur et le—, 187 (173).

Sorcellerie : les occultistes ou les théosophes qui pratiqueraient la prière-volonté dans des buts égoïstes feraient de la magie noire, de la — spirituelle, 84 (68-69); la prière au « Dieu des Armées » avant de passer à l'action pour s'entre-tuer est un petit exercice de —, 84 (69); la — au début de l'ère chrétienne, 97 (82); exemples de — moderne et de — ancienne, 206-7 (194) 307 (294).

Souffrance(s) : les objectifs les plus importants de la Théosophie sont ceux qui conduisent au soulagement de la — humaine aussi bien morale que physique, 37 (24); pourquoi, si l'on en croit les spirites, la mort ne délivre pas de la —, 162 (146-7); explication des paroles du Maître à propos de la — imméritée, 176 (160-2), la — nationale peut être soulagée, 217-8 (203-4), lettre citée sur la — à Whitechapel, 217-8 (204-5); la douleur et la — sont les résultats de l'égoïsme, 220 (207); La Doctrine Secrète, citation sur la —, 224-5 (211); pour pallier la — nous acquérons finalement la connaissance, 240-1 (226-7); la — des masses face au luxe matériel de certains, 247-8 (233-4); le Père Darnien et son sacrifice pour soulager la — des lépreux, 252 (238-9).

Souvenir : le —, le rappel à la mémoire et la réminiscence, 140 (124-5); les personnes âgées ont des difficultés à se —, 143 (127); le — des vies passées, 145 (130-2); l'homme ne conserve aucun — de ses fautes antérieures, et peut avoir le sentiment de ne pas mériter la punition qu'il subit, 176 (161-2), les Bouddhas et les Initiés ont le — de leurs vies passées, 179 (164); le — spirituel de l'ex-personnalité en devachan, 191 (177-8). (Voir aussi « Mémoire » , « Réminiscence » , « Rappel à la mémoire » .)

Spirite(s) : explications théosophiques sur les phénomènes des —, 40 (27-8); « M.A. Oxon» est un des rares — ayant une disposition philosophique, 44 (31), 168 (152); les objections absurdes des — dans la revue Light, 137 (122); il se peut que les — n'éprouvent aucune sympathie pour nos doctrines 161 (145); les — pensent que les « esprits » restent conscients de ce qui se passe sur terre, 162-3 (146-7); description du « Summerland » des —, 185 (171); les « esprits » coques et élémentaires trompent les —, 204 (191); les — ne tiennent pas compte des pouvoirs de l'Esprit incarné, 209 (196); pourquoi les — haïssent la Théosophie depuis qu'elle existe, 287-8 (274-5), The Light of Egypt est un ouvrage écrit par des — contre la Théosophie, 315 (302).

Spirit Identity : par « M.A. Oxon », citation sur l'indestructibilité de l'esprit humain, 168 (152).

Spiritisme : la théurgie était l'aspect transcendant de ce que l'on appelle le —, 16-7 (2) (note); le — manque de méthode, 35 (22); différence entre la Théosophie et le —, 39-46 (27-33); les théosophes croient au — psychique et spirituel, 40 (28); le deus ex machina des matérialisations, 41 (28); le — n'a pas de philosophie, 44 (31); « M. A. Oxon » , citation sur le —, 44 (31-2); le — moderne est tout simplement du matérialisme transcendantal, 46 (33); les trois propositions de « M.A. Oxon » , citation, 168-9 (153); le Spiritualisme véritable et le — moderne, 205-6 (193); la plupart des phénomènes du — moderne font partie de la nomenclature de la sorcellerie d'antan, 206 (194); il faut juger l'arbre du—à ses fruits, 208 (196); « M.A. Oxon » , citation sur le — qui ne tient pas compte des pouvoirs de l'Esprit incarné, 209 (196).

Statut : le — légal de la Société Théosophique, 325 (309).

Sthûla sharîra : est le rûpa, corps physique, 107 (91); se désintègre après la mort, 143 (128).

Sthûlopâdhi : est le corps physique à l'état de conscience de veille, 133 (117-8).

Subjectif(ve)(s) : les spirites communiquent par des moyens purement —, 40 (27); l'esprit en nirvâna est devenu « Aucune Chose » pour les intelligences —, 131 (116); le devachan n'est qu'une continuation idéalisée et — de la vie terrestre, 171 (156), ce qui est — pour les sens de l'homme extérieur est parfaitement objectif pour l'ego intérieur, 196 (182).

Subjectivité : l'Univers émane du plan de la —, 99-100 (83-5); l'espace, comme un tout, a sa propre objectivité et sa propre —, 104 (88-9).

Substance : la — de l'âme humaine est émanée de la matière-Esprit primordiale, 122 (106); l'Esprit et la matière sont les deux pôles opposés de la — universelle manifestée, 233 (219-20).

Suggestion : la — est utilisée dans les cures mentales, 89 72-3); la — est une des formes de l'hypnotisme, 304 (290-1); utilisation de la — par des dugpa, 306 292-3).

Suicide : le—est dû à un trouble morbide du cerveau ou à des idées matérialistes trop fortement ancrées, le pire des crimes, 241-2 (227-8); la foi aveugle est un — intellectuel, 261 (247).

Sui generis : le Système Solaire et la Terre sont —, 101 (85-6). (Voir aussi « Programme » .)

Sûkshmopâdhi : le corps physique dans le svapna ou état de rêve, 133 (117-8).

Sumangala, Rév. H. : citation dans laquelle le — approuve les enseignements du Cathéchisme Bouddhique, 145 (129).

Summerland : les croyances spirites à propos du — sont inacceptables, 165 (149-50), le — est une conception matérielle de la vie future, 185 (171).

Superstition : les hommes « les plus cultivés et instruits » considèrent le christianisme et les autres religions comme des vestiges de l'ignorance et de la —, 39 (26-7); Gautama le Bouddha porta un coup mortel à la—,96 (80-1); la foi basée sur l'autorité n'est que crédulité et — humaine, 234 (220-1).

Surnaturel : notre devoir est de nous opposer à la croyance à quoi que ce soit de —, 62 (48); il n'y a rien qui soit — au-dessus ou au-delà de la Nature, 304 (290-1).

Sûtra de l'établissement du Royaume de la Justice (Dhamma-chakka-ppavatana sutta) : les commentateurs modernes du — ont embrouillé la pensée du Bouddha, 129 (113-4).

Sûtrâtma : le — est l'Âme-fil, 178 (163); les fleurs passées et futures ont fleuri ou fleuriront sur la branche-mère ou—, 181 (167); le—ou Ego ne recueille que le nectar des qualités spirituelles et de la soi-conscience, 182 (168); la personnalité d'un matérialiste égoïste n'a rien à accrocher au —, 184 (169-70).

Sûtrâtma-Buddhi : le — distinct de Manas-Sûtrâtma, 181 (167).

Svapna : état de rêve, 133 (118).

Swedenborg : pris pour un grand sage, 35 (22), et la "mort spirituelle", 202 (189).

Symbole(s) : la perversité des hommes fut à l'origine de la perversion des —, 25 (12); les—de la Religion-Sagesse permettent de comprendre ce que représente Christos, 83 (67) (note); le « Vigneron » de la parabole est Âtma, le — du Principe infini, impersonnel, 200 (187); il y a sept clefs à chaque —, 200 (187) (note).

Symbolisme : le — universel est garant de l'exactitude de l'interprétation de la parabole de la Vigne et du Vigneron, 200-1 (187); le culte phallique provient d'une interprétation littérale du—de la Nature 292 (279). (Voir aussi « Allégorie » ).

Système(s)) : les — religieux étudiés à l'École d'Alexandrie devaient permettre de tirer un seul — harmonieux, 18 (4) (note); beaucoup de personnes ont la conviction qu'il doit exister un — philosophique et religieux qui soit scientifique, 48 (35); la philosophie aryenne est représentée dans les — védantique et bouddhique, 57 (43-4). (Voir aussi « Credo » , « Religion » ).

Système solaire : le — est sui generis c'est-à-dire possède son propre programme, 101 (85-6).

haut de l'index

T (↓ lettre suivante)

Taijasa : est littéralement le radieux, 151 (135-6); ne peut exister séparé de Buddhi, 174 (159) , la condition de — n'est qu'un phénomène transitoire, 175 (159-60).

Tanhâ : est le désir inassouvi de l'existence, 149 (134) (note).

Tao Tê King : le — cité à propos de l'homme composé de cinq principes, 133 (117).

Târaka Râja Yoga, École du : cité à propos des trois « principes » dans l'homme, 133 (117-8).

Taylor, Thomas : 234 (221). Telein : citation de Plutarque, 114 (98).

Teleutan : citation de Plutarque, 114 (98).

Ténèbres : La Lumière de l'Asie, citation sur « les — ne s'éclairciront point » , 87 (71); Évangile selon st Jean, citation sur la lumière et les —, 101 (85); la lumière serait incompréhensible sans les —, 127 (112).

Terre(s) : la — a son propre programme de manifestation, 101 (85-6); la — fait partie d'une chaîne de sept —, 103-4 (88-9); Plutarque, citation sur la — qui fournit le corps à l'homme, 113 (97-8); la lune emprunte sa vie à la —, 118 (102); Philon le Juif, citation sur les âmes qui descendent sur —, 127 (111); le Zohar, citation sur les âmes qui descendent sur —, 128 (112-3); il n'y a pas de punition ailleurs que sur cette —, 153 (138); la—est le plan et le lieu pour l'expiation des fautes, 156 (141).

Théodidaktos : Ammonios Saccas fut appelé —, 17 (3) (note).

Theogonia : signifie la généalogie des dieux, 15 (1).

Théologie : la pseudo — des différentes Églises chrétiennes, 48 (35); le Dieu de la — est un amas de contradictions, 77 (61); la — est illogique en ce qui concerne l'omniscience de Dieu et son pouvoir créateur, 92 (76-7); les spéculations non philosophiques de la — empruntées aux systèmes exotériques grec et égyptien, 110 (94); différence entre la Théosophie et la—au sujet de la relation entre l'Ego spirituel et le soi inférieur, 170 (155); la — a dénaturé la doctrine du devachan et de l'Ego qui se réincarne, (185).

Théosophe(s) : les — appartiennent à diverses écoles de philosophie religieuse, 18 (4); les— d'Alexandrie, 19-20 (5-6), 21 (7-8); « est — celui qui pratique la Théosophie ,  33 (20); les véritables — font partie du Groupe Intérieur, 33 (20); on peut être un très bon — à l'intérieur ou en dehors de la Société, 38 (24-5); les idéaux des véritables —, 37-8 (24-5), 67-8 (52-3); les — et les clubs nationalistes, 59 (45); la difficulté pour les — occidentaux nés en milieu chrétien de mener la vie théosophique, 71 (56); les — ne sont pas des athées car ils croient en un Principe Universel, 79 (63); les — ne prient pas mais agissent au lieu de parler, 82 (66); le — trouve le pouvoir de maîtriser ses passions et son égoïsme en se tournant vers son Soi Supérieur et vers son karma, 89 (73); certains — critiquent l'imprécision des termes employés dans la littérature théosophique, 186 (172), attitude des — envers le spiritisme, 204-5 (192), 208 (196); aucun — n'a droit à ce nom s'il n'agit pas et ne règle pas sa vie sur la nécessité d'agir, 244 (230); chaque — doit faire son possible pour aider tout effort social raisonnable visant à l'amélioration de la condition des pauvres, 249 (235); le Père Damien cité comme un exemple de véritable —, 252 (238); les — peuvent contribuer à l'amélioration des conditions du monde par la propagation de la Théosophie et leur exemple individuel, 259-62 (245-8); le — doit avant tout oublier sa personnalité, 263(249); nul — ne doit garder le silence lorsqu'il entend des médisances ou des calomnies, il n'a pas le droit de croire au mal sans preuve irrécusable, 263-4(250); le — ne doit jamais oublier de faire la part des faiblesses de la nature humaine et doit pardonner surtout si c'est lui l'offensé, 264 (251); le — doit appliquer la justice en suivant ce que sa conscience et sa nature supérieure lui suggèrent, 264 (251); nul — ne doit mener une vie oisive, 264-5 (251); nul — ne devrait placer sa vanité au-dessus des intérêts de la S.T., 265 (252); le reproche adressé aux chrétiens est valable pour les —, 268-9 (255); certains auteurs — ont prétendu être inspirés par les Maîtres, 313 (300); les meilleurs — auraient préféré que le nom des Maîtres ne soit jamais mêlé aux livres théosophiques, 313 (300). (Voir aussi « Membres de la S.T. » .)

Theosophia : ou la sagesse des dieux, 15 (1); la—est comparée au soleil de la vérité éternelle, 73 (58).

Theosophical Miscellanies : publié en 1856, citation extraite de La Théosophie de J.D. Buck, 29-30 (17).

Theosophical Publishing Company : la — de Londres, citée, 300 (287).

Theosophical Society, The : voir « Société Théosophique » .

Théosophie: définition de la—et du mot Theosophia, 15 (1); origines historiques de la —, 15-6 (2); définition de la — éclectique, 16 (3) (note); le mot — est l'équivalent du sanskrit Brahma Vidyâ, 16 (2) (note); la — moderne rejette les dégénérescences de la théurgie, 16 (3) (note); le but de la— est de réconcilier toutes les religions en montrant leur origine commune, 17-8 (4-5); définition de la — selon le Dictionnaire de Webster, 23 (9-10); la — est aussi vieille que le monde, 25 (11); la vraie — pour les mystiques est l'état décrit par Apollonius de Tyane, 24 (11) (note); la véritable — a toujours été tenue secrète, 25 (12); la — n'est pas le bouddhisme mais la Religion-Sagesse ou Boudhisme, 26-8 (12-5); Buck, citation sur l'essence réelle de la —, 29-31 (16-18); la — est divisée en section exotérique et section ésotérique, 32 (19); il n'existe aucun livre qui puisse révéler en langage clair les secrets de la — médiévale, 34 (21); la — a plusieurs objectifs, 37 (24); différence entre la — et l'Occultisme, 38 (25); on commence à croire à la—,39 (26); l'occultiste pratique la — scientifique, 40 (27); la—et le spiritisme, 40-5 (27-33); la — est le spiritualisme pur et véritable, 46 (33); cinq raisons mentionnées qui expliquent pourquoi la — soulève tant d'intérêt et tant d'animosité, 48 (35-6); la — n'est pas une révélation, 49 (36); raisons pour lesquelles le progrès de la — est si lent et si pénible, 50 (37); seule la — peut éliminer la perversité de la doctrine « œil pour œil, dent pour dent » , 54 (40-1); différence entre la—et la S.T., 68-72 (53-7), 263 (250); la — est l'océan sans rivages de la vérité, de l'amour et de la sagesse universels, la — est la nature divine, visible et invisible, la — est comparable au soleil immuable et éternel, 71 (57); la — est ici-bas comme la lumière blanche du spectre solaire, 73 (58); les enseignements bouddhiques sont comparés à ceux de la — à propos de l'ego individuel et des skandha, 93-8 (77-82); les témoignages accumulés d'une lignée sans fin de Voyants attestent les faits que la — enseigne, 102 (86-7); en — il n'y a pas deux croyances ou deux hypothèses sur le même sujet, 103 (87); la — fait une distinction entre l'individualité et la personnalité, 149-52 (134-8); termes précisés pour une meilleure compréhension de la —, 186-90 (171-6); la — montre la présence de ses doctrines dans l'Évangile selon St Jean, la Cabale, .le Codex Nazaræus, etc., 199-200 (186); la—est la science des Adeptes, 231-2 (217-8); la — fait appel à la foi basée sur la connaissance des faits de la nature et non à la foi aveugle, 232 (218-9); l'enseignement de la — a pour base la logique et la raison les plus strictes, 236 (222); la — pratique, 241-5 (227-31); la—est la quintessence du devoir, 243 (229); la — nous rapproche plus du bien que le christianisme moderne, 244 (230); les membres de la S.T. sont d'accord sur les principes de la — mais ils peuvent suivre leur ligne individuelle de conduite sur toutes les autres questions, 246 (232); les « quatre anneaux de la chaîne d'or » sont les principes de la —, 247 (233); la — insiste sur la solidarité humaine, 248 (234); avec la — on peutappliquer un critère pour discerner le bien-fondé d'une action sociale, 249 (235); l'idéal le plus élevé de la — est l'abnégation, 251 (237); une des règles fondamentales de la — est la justice envers soi-même, en se considérant comme une unité de l'ensemble de l'humanité, 251 (238); la — enseigne l'abnégation mais pas le sacrifice inutile et ne justifie pas le fanatisme, 253 (240); la — pour les masses, 259-62 (245-8); l'éducation moderne rend difficile la compréhension de la —, 259 (246); l'excellence et la valeur intrinsèque de la — sont prouvées par le nombre croissant de ses ennemis et adversaires nouveaux, 261 (247-8); H.P.B. insiste sur la différence à faire entre la—et la S.T., 263 (250); un peu de — pratique ferait plus de bien aux pauvres masses souffrantes qu'une information inutile due au système scolaire, 277 (264); la — est l'objet d'une persécution acharnée, 284 (272); les adversaires « silencieux » de la —, 284-5 (272); dès le début le monde n'a rien vu d'autre dans la — que certains phénomènes merveilleux, 286 (273-4); la — est apparue comme l'ennemi public du clergé, 288 (275); la S.P.R. contre la S.T., ses fondateurs et la —, 287-92 (275-9); l'âme de la — est cent pour cent contre le culte phallique, 293 (280); la Fondatrice n'a jamais tiré d'argent de la—, 296 (284); la —ne s'achète pas, 298 (286), l'enseignement de la—sur les Mahâtmas Théosophes; 301-16 (288-303); la — est synonyme de Vérité Eternelle, 317 (304); les bienfaits de la — au XXème siècle si la S.T. reste fidèle à son programme, 317-20 (304-7); Alexander, citation du rapport officiel d'un tribunal américain donnant une définition de la —, 325-6 (309); expliquant l'un de ses objets, 327 (310); la plaçant sur un pied de respectabilité, 328 (311).

Theosophist, The : citation sur la nécessité de se prendre en main, 68 (53); le système théosophique fut d'abord ébauché dans la revue —, 75 (60); est la seule revue qui laisse un bénéfice, 299 (287).

Thérapeutes : ou guérisseurs égyptiens, 18 (5).

Théurgie : le travail divin pratiqué par les théosophes éclectiques, 16-7 (2-3); la — divine authentique exige pureté et sainteté de vie, 16 (3) (note); il n'existe de nos jours aucun livre révélant les secrets de la —, 34 (21).

Thumos : ou kâmarûpa, 111 (96); Plutarque, citation sur— ou l'âme animale,113 (97).

Timée: de Platon, cité, 108 (92).

Timée de Locres : cité à propos de l'origine de l'âme, 121 (105-6).

Tolstoï, comte Léon : cité en exemple à propos de la pratique des préceptes chrétiens, 257 (243).

Traditions : voir « Légendes ».

Transfiguration : la fusion de la conscience personnelle dans la conscienceimmortelle de l'Ego est une — divine, 110 (94).

Transmission de la pensée : voir « Mental » .

Transmutation : la prière et le procédé de la — spirituelle, 84 (68).

Triade : l'homme intérieur immuable de Platon correspond à la — supérieure de la Théosophie, 108 (92); Plutarque cité à propos de la —,113 (97); l'homme considéré comme une — n'est pas composé de trois entités, 115-6 (100); la seconde mort commence lorsque la — Âtma-Buddhi-Manasique se sépare de ses principes inférieurs, 159 (143-4); les désirs animaux ne peuvent s'associer à la — divine, 198 (184).

Trinité : Christos est une —, 83-4 (67-8) (note); tant qu'il est emprisonné dans le corps, l'homme est une —, 124 (108).

haut de l'index

U (↓ lettre suivante)

Unique-Engendré, l': voir « Adam Kadmon » .

Univers : la Théosophie dans son sens abstrait est l'agrégat des connaissances et de la sagesse qui sont à la base de l'—, 71 (56); l'— n'est pas créé mais élaboré, 81 (65), 100 (84-5); les apparitions périodiques et successives de l'—, 99 (83-4); il y a sept plans et sept états de conscience de l'—, 105 (90); le Logos dans l'— et dans l'homme, 111 (95); prâna pénètre l'être entier de l'— objectif, 190 (176); l'— entier n'est qu'une illusion passagère, 192 (178); la nécessité du passage de l'Esprit à travers toutes les expériences de l'—différencié, 197 (183); l'— est édifié sur une loi parfaite d'équilibre et d'harmonie, 202 (189); karma est la loi ultime de l'—, 215-6 (201-2); l'— et ses merveilles n'auraient pu naître sans l'aide de pouvoirs intelligents, 235 (221).

Un Seul et Unique, l' : les Égyptiens révéraient — sous le nom de Nout, 110 (94-5).

haut de l'index

V (↓ lettre suivante)

Vacchagotta : entretien du moine — avec le Bouddha sur la permanence ou lanon-permanence de l'Ego, 96 (81).

Vallabhâchârya : secte citée à propos du culte phallique, 292 (280).

Vedâna : une catégorie de skandha correspondant à la sensation, 145 (129) (note).

Vedânta : le — et l'homme composé de cinq principes, 132-3 (117).

Vedânta-Sâra : le — cité à propos de la loi spirituelle de continuité, 173 (158).

Végétarisme : la Théosophie et le —, 273 (260-1).

Vérité(s) : « II n'y a pas de religion au-dessus de la — » , 16 (2); la perversité de la nature humaine et son égoïsme sont la cause de la perversion des —, 25 (12); c'est un besoin de — qui a suscité la fondation de la S.T., 49 (35-6); il y a une — à la base de toutes les religions, 59 (45-6), 72 (58); la Théosophie est l'océan sans rivages de la —, 71 (57); la S.T. est le canal par lequel un fragment de — est répandu dans le monde, 72 (57); le soleil de la — est le symbole de la Théosophie, 73 (58); Javidan Kherad, citation sur la — qui est de deux sortes, 74 (59); seuls ont été enregistrés comme — établis les témoignages concordants d'une multitude d'expériences, 102 (86-7); tout est illusion en dehors de la — éternelle, 164 (148); la seule réalité est le moment où le pèlerin désincarné se trouve face à face avec la —, 182 (167); la — est une, 204 (192); la perception naturelle de la—se trouve paralysée par l'éducation, 259 (246); les membres actifs de la S.T. désirent savoir la — par leur propre expérience personnelle, 272 (259); la Théosophie est synonyme de — éternelle, 317 (304), le nouveau porteur du flambeau de la — au XXème siècle et le rôle de la S. T. dans cette perspective, 320 (307).

Viande : les effets d'un régime carné, 273 (260-1); si un homme ne peut se passer de — il peut en manger, ce n'est pas un crime, 274 (260-1).

Vie(s) : le bouddhisme du Sud nie toute — consciente post mortem, 28 (14); la S.T. est l'humble semence de l'Arbre de la Connaissance greffé sur l'Arbre de la — éternelle; la périodicité de l'univers ou le « Cycle de vie » , 100 (84), 126 (111); la — est le principe vital ou prâna, 107 (91), 133 (118), 190 (176); la — est le souffle ou le nephesh des cabalistes, 112 (96); Dieu ne peut être limité, car la forme d'une entité est limitée à son cycle de —, 123 (107); le double astral est le véhicule du principe de —, 136 (121); les Mânasaputra sont des entités pensantes provenant du cycle de — précédent, 154 (138) (note); Shakespeare, citation sur la — qui n'est qu'une fable, 154 (139); le fantôme a une — d'emprunt dans l'aura du médium, 160 (144-5); les Nirmânakâya restent dans la — astrale, 167 (151); les spirites croient à une — qui peut être indépendante du corps physique, 168 (153); pour le matérialiste, l'intervalle entre deux — est comme un sommeil sans rêves, 176 (162), vision, au moment de la mort, de la — qui s'achève et avant la renaissance de la — qui attend l'Ego, 176 (162-3); la —post mortem, 182 (167-8); la réalité est la — universelle, 183 (169); les notions des Occidentaux relativement à la—et à la mort sont trop étroites et grossières, 185 (170-1); dans le symbolisme de la Cabale, le Cep représente la —, 201 (187); le reflet idéal de la — personnelle et l'état dévachanique, 203 (190); les Voyants et les grands Adeptes peuvent voir les péchés des — passées, 215 (200-1); La Doctrine Secrète, citation sur l'énigme de la — expliquée par karma, 224 (211); aucun homme n'atteint en une seule — l'Adeptat dans les Sciences Secrètes, 231 (217); nombreux sont les hommes attirés par la — Supérieure mais qui restent pris par les appâts trompeurs du monde, 231 (217-8); les expériences de la — sont nécessaires au progrès, 240 (226-7); la — quotidienne du vrai théosophe devrait être un centre d'action spirituelle, 249 (236); cette — peut être une porte d'or menant vers la réalisation, 251 (237); nul théosophe ne devrait mener une — oisive, 264-5 (251).

Vie terrestre : chaque — est semblable à une soirée passée sur la scène d'un théâtre, 47 (34); Sinnett, citation sur la possibilité de retour prématuré à la —, 137 (122); l'essence de la — conservée en devachan, 148 (132), 175 (160); le devachan est la récompense des douleurs endurées pendant la—, 164 (148), 176 (161); la croyance illogique en « une seule  — » , 171 (155-6); le devachan est une continuation idéalisée et subjective de la —, 172 (156); l'Ego en devachan et la continuation des souvenirs de la —, 191 (177).

Vigne, Vigneron : dans st Jean, Hermas, la Cabale, etc. , 200-1 (187-8).

Vin : le symbolisme du — dans la Cabale, 200 (188); le—a une influence directe bien marquée et très nuisible sur l'état psychique, 275 (262).

Viññâna : une catégorie de skandha correspondant aux pouvoirs mentaux, 145 (129) (note).

Vision(s) : la sagesse a été révélée à Ammonios Saccas en songe et par des —, 17 (3); témoignages accumulés attestant les faits par les— spirituelles d'une lignée sans fin de Voyants, 102 (86-7); la réminiscence et les —, 141 (125); la — au moment de la mort et avant la renaissance, 177 (162-3); différentes sortes de rêves et de — pendant le sommeil, 179 (164), 185 (171); la — de l'acteur en devachan, 198 (185); le pouvoir de — est limité sauf pour ceux qui ont atteint le plus haut degré de — spirituelle et de clairvoyance, 229 (215).

Volonté : la prière et la —, 82 (66-8); la détermination de notre — sur nos actions, 196 (182); l'objectif de l'éducation véritable devrait être entre autres de fortifier la—, 278 (265).

Voyant(s) : certains — ont capté de merveilleux aperçus sur les secrets cachés de la Nature, 36 (23); la S. T. est dépositaire de toutes les vérités énoncées par les grands —, 72 (57); les témoignages accumulés d'une lignée de—, 102 (86-7); seuls les — et les Adeptes peuvent connaître le karma passé, 215 (200-1); les — et les Initiés peuvent connaître les détails du fonctionnement de la loi de karma, 229 (215); la Théosophie est un témoignage direct des —Initiés, 232 (218-9). (Voir aussi « Mystiques » .)

Vox Dei : vox populi n'est plus —, 255 (242).

haut de l'index

W (↓ lettre suivante)

Walker : E.D. : Reincarnation, a Story of Forgotten Truth par— recommandé par H.P.B., 147 (132), citation sur karma, 223 (209).

Wheel of the Law : 213 (199).

Whitechapel : lettre décrivant la misère à—, 218 (204-5); les missionnaires feraient mieux de s'occuper de la misère morale de —, 252 (239); les résultats malheureux d'une charité prodiguée dans —, 257 (244).

Wilder, Alexander : Eclectic Philosophy par —, citation, 16-7 (2-4) (notes); citation sur les Esséniens, 23 (9); citation sur l'extase, 24 (11) (note); introduction aux Mystères d'Eleusis de Thomas Taylor, citation, sur la foi sacrée, 234 (220-1).

Wordsworth, William : citation sur notre naissance qui n'est qu'un sommeil, 141 (125).

haut de l'index

X (↓ lettre suivante)

haut de l'index

Y (↓ lettre suivante)

Yoga : l'extase pratiquée par les philalèthes s'apparente à la pratique indienne du—, 17(3) (note).

Yogis : le samâdhi pratiqué par les —, 24 (10); en Asie est encore préservé le secret des — qui pratiquent l'art de « vivre dans la mort » , 37 (24); les — appellent la mémoire de toute la série des vies passées sammâ-sambodhi, 179 (164).

haut de l'index

Z

Zénobie : 21 (7).

Zohar : le — cité à propos d'une interprétation littérale, 35 (22); le — citation sur l'âme qui se réincarne, 123 (107-8), 127-8 (111-3); le — citation sur le symbole du Roi-Messie et du Vin, 201 (187-8).

haut de l'index

haut de page

© 2009 - 2017 theosophie.fr - mentions légales - webmaster - Valid XHTML 1.0 Strict Valid CSS