aller au contenu|aller au menu principal|politique d'accessibilité

  • style par défaut de la page
  • visualiser cette page en noir sur blanc
  • visualiser cette page en blanc sur noir
  • Karma, Réincarnation...
  • Pouvoirs
  • Psychiques

imprimer cette pageenvoyer le lien vers cette page

Pouvoirs psychiques et pouvoirs spirituels - peut-on les développer ? (2)

Deuxième Partie - Les pouvoirs psychiques et leur champ d'action

Sommaire :

  1. Pouvoirs de perception extra-sensorielle
  2. Pouvoirs d'action sur la matière et les êtres vivants
  3. L'éveil de ces pouvoirs : possibilités et dangers.

1. Pouvoirs de perception extra-sensorielle (↑ sommaire)

En anglais : E.S.P. = Extra Sensory Perception
(correspondant au P.E.S., en français = Perception Extra Sensorielle (ou simplement : "pouvoir PSI")

L'Océan de Théosophie est évidemment la première référence à consulter. Le chapitre 16 ("Lois, forces et phénomènes psychiques") couvre tous les pouvoirs considérés dans cette deuxième partie : pouvoirs PSI et pouvoirs d'action sur la matière et les êtres, possédés par des êtres vivants — à l'exception des phénomènes spirites (traités au chap. 17 : "Phénomènes psychiques et spiritisme", où les médiums prétendent communiquer avec les morts.

En principe, les faits de la "transcommunication instrumentale" où ces morts "semblent" communiquer directement avec les vivants (par l'intermédiaire des appareils modernes — téléphone, magnétophone, télévision, etc.) ne relèvent pas de ce séminaire, axé sur les pouvoirs dont les humains sont les canaux essentiels.

Les pouvoirs de P.E.S. sont très nombreux, et assez répandus parmi les hommes et même les animaux. Ils opèrent sans l'aide (initiale) des sens et organes du corps, d'où leur appellation.

Ils permettent de saisir de l'information à distance, ou en des sites hors de portée des sens et du mental ordinaires.

Selon les cas, les données saisies appartiennent au présent, au passé voire à un futur parfois assez lointain (quelques années).

La manifestation de ces pouvoirs est très variable selon les sujets :

  • Dans un état de conscience "ordinaire", ou plus ou moins modifié, transe, etc.,
  • Rare, fréquente.... presque constante,
  • Spontanée, subie... ou exercée à volonté,
  • Sans raison inductrice apparente, ou induite par une personne, un paysage, un objet, etc...

La manifestation de ces pouvoirs a un caractère toujours étonnant, insolite, apaisant ou terrifiant, selon le contenu de la perception reçue. Ils sont toujours "dérangeants" pour les témoins habitués au monde "normal".

En règle générale, il faut soigneusement distinguer :

  • a — le constat des faits expérimentaux (pas toujours aisé à établir très objectivement, pour éliminer la fraude possible, ou simplement les exagérations, ou distorsions, introduites par la subjectivité des sujets ou des témoins).
  • b — les tentatives d'explication, et leur degré de crédibilité, selon la grille de lecture ou d'interprétation utilisée (réaliste, imaginée sur la base des apparences, avec des prétentions "scientifiques", etc.)

L'optique théosophique qui n'a rien d'une spéculation intellectuelle est proposée par des Maîtres Initiés qui ont développé en eux-mêmes des moyens d'observation objective de tous les phénomènes possibles dans ce domaine, avec la capacité de les reproduire à volonté, en conservant le plein contrôle d'eux-mêmes, et des forces qu'ils mettent en jeu pour les produire.

À l'opposé, les sujets, plus ou moins "sensibles", ont des expériences aux performances très variables, parfois nulles ou médiocres, parfois exceptionnelles, sans jamais avoir la certitude de la véracité complète de leur perception.

Ils ont assez souvent besoin de conditions préférentielles, ou d'objets choisis (de caractère "magique" — pour stimuler leur pouvoir — ou "matériel" — comme le pendule du sourcier, la boule de cristal de la voyante, ou son marc de café — pour manifester visiblement ce pouvoir, ou lui servir de support). Un adepte chevronné n'a besoin d'aucun de ces artifices, ni d'un cadre spécial (comme le cabinet feutré de la pythonisse) pour exercer ses pouvoirs de P.E.S.

D'une façon générale, l'information captée a un caractère dominant, parfois combiné à d'autres, plus ou moins marqués ; on peut ainsi avoir

  • des images visuelles
  • et/ou auditives — ou uniquement auditives.
  • ou des messages mentaux, accompagnés ou non d'informations : visuelles ou auditives.

Selon les cas, on parlera de

  • (clair-)voyance,
  • (clair-)audience
  • prémonition, transmission de pensée, etc.etc.

Le catalogue complet des manifestations de ces pouvoirs PSI occuperait des volumes.

On peut aller des phénomènes les plus simples (vague prémonition d'un événement, sentiment de "déjà-vu", lecture spontanée de la pensée d'un tiers, etc.) jusqu'aux cas les plus complexes (claire vision à distance de l'incendie de Stockholm par Swedenborg, vision par Cazotte du sort funeste réservé à des convives à sa table par la révolution française, 3 ans avant qu'elle n'éclate et ne devienne meurtrière, découverte de sites archéologiques par psychométrie, lectures de santé par Edgar Cayce, etc. etc.)

N.B. En principe, l'hypnose peut être signalée ici comme moyen de manifester chez un sujet certains pouvoirs PSI = "lecture" de vies antérieures (mises en scène de façon spectaculaire par le sujet en transe, l'hypnose permettant aussi la révélation d'un pouvoir histrionique assez surprenant, même chez des gens normalement timides ou réservés), diagnostic de maux dont souffre le sujet lui-même, avec révélation du traitement — parfois peu orthodoxe — permettant de le guérir, etc...

Par contre, l'astrologie (qui se veut science exacte pour ses adeptes) n'a pas à être prise en compte dans l'examen des pouvoirs PSI, la numérologie non plus, ni aucune des "sciences occultes" qui n'exigent pas de posséder un pouvoir quelconque pour livrer leurs secrets.

2. Pouvoirs d'action sur la matière et les êtres vivants (↑ sommaire)

Nombre des remarques faites précédemment s'appliquent encore ici.

Les parapsychologues scientifiques emploient généralement le terme de psychokinèse, ou psychocinèse, pour recouvrir tous ces phénomènes où un sujet agit sur un objet matériel sans user de ses organes physiques. D'où le terme de "pouvoir pK", ou "sujet pK".

Cependant, l'emploi de pK est trop limitatif, semble-t-il, puisqu'on ne l'applique pas dans la guérison mesmérique par exemple. Psychokinèse = pouvoir de "mouvoir" (la matière) par action psychique. Ici, nous cherchons à englober tous les pouvoirs permettant d'agir sur la "matière", morte ou vivante.

Ici, encore, le catalogue complet des pouvoirs manifestés spontanément ou par un sujet très "doué" (pour ne rien dire d'un adepte entraîné) serait "phénoménal". On cherchera un plan permettant de distinguer des catégories assez nettes, évitant de mélanger précipitations de messages écrits, lévitation et mauvais œil.

N.B. À la différence des pouvoirs PSI, qui sont assez fréquents mais difficilement contrôlables (en raison de leur caractère subjectif), les pouvoirs pK et apparentés sont plutôt rares, mais se prêtent à un suivi scientifique : on peut filmer une matérialisation d'objet, la lévitation d'un sujet, etc.

Les exemples choisis (avec leurs explications théosophiques) peuvent s'ordonner comme suit, en distinguant les effets produits :
Par le sujet :

  • Sur la matière inerte :
    (déplacement ou lévitation d'objets, précipitation de messages écrits, apport ou transfert à distance d'objets, production d'images, sons, parfums... matérialisations, interpénétration d'objets durs, etc.
  • Sur des êtres vivants :
    (croissance rapide d'un arbre à partir de la graine, soumission d'animaux sauvages, à l'aide de sons, lumières, etc.)
  • Sur des êtres humains :
    (guérison mesmérique, mauvais œil, hallucination hypnotique, etc.)
  • Sur lui-même :
    (auto hypnose, lévitation, stigmates du mystique, invulnérabilité à l'impact de projectiles mortels, auto-hibernation du yogi enterré, insensibilisation du corps percé d'aiguilles, etc.) + invisibilité du corps

Par un médium en transe :
Phénomènes spirites multiples (voir Océan de Théosophie, (chap.17) comme matérialisations de décédés, transmissions de messages, parfois de haute qualité (cas de psychographie) , poltergeist ou "esprit frappeur" (induit par un médium) etc.,etc.

Noter que l'exercice de ces pouvoirs (rarement spontanés) demande généralement un effort de volonté (avec une motivation à la base qui peut être très variable — de la générosité pure, à l'intention criminelle), d'où une responsabilité karmique évidente pour le sujet.

Remarque importante : tous ces pouvoirs (PSI ou PK) n'ont rien de spirituel; ils concernent toujours des réalités liées à l'histoire, à la matérialité des choses ou des êtres de ce monde d'ici-bas. Ils peuvent être exercés, avec plus ou moins de succès, par toute sorte de personnes — qu'elles soient très spirituelles comme Jésus (opérant ses "miracles" de guérison, ou d'apaisement de la tempête sur le lac de Tibériade), ou très ordinaires, voir carrément maléfiques comme les magiciens noirs, ou les sorciers. Donc ils peuvent servir au Bien comme au Mal. Les vrais pouvoirs spirituels ne peuvent servir qu'à des fins généreuses et universelles.

3. L'éveil de ces pouvoirs : possibilités et dangers (↑ sommaire)

S'il est vrai que tous les pouvoirs évoqués plus haut, aussi extraordinaires soient-ils, sont :

  • naturels (n'impliquent aucun "miracle" pour s'exprimer),
  • latents chez tous les êtres humains (selon la Théosophie),
  • héréditaires pour certains, en tout cas plus fréquents chez tel ou tel groupe humain (Cf. Point 8 d'Isis Dévoilée),
  • étendus parfois à beaucoup d'individus à certaines époques, il doit être possible de les éveiller, de les cultiver et de les maîtriser, plus ou moins parfaitement, par un entraînement ad hoc en suivant des techniques convenables. Les "adeptes" donnent l'exemple vivant d'individus devenus maîtres de ces pouvoirs.

Le Point 10 d'Isis évoque certaines conditions de connaissance pour un adepte (concernant magnétisme et électricité, dans leurs qualités, corrélations et pouvoirs en rapport avec les règnes animal et humain). Pour l'adepte de la Magie (blanche ou noire) "la nature est l'alliée matérielle, l'élève et la servante du magicien". C'est bien là la difficulté et le grand danger, ou plutôt le double danger que comporte l'éveil de ces pouvoirs :

  1. S'il s'agit de faire de la Nature une servante, le premier risque est de tomber dans la magie noire : la Nature est asservie, à des fins égoïstes et perverses — d'où un karma terrible pour l'âme de l'homme.
  2. En tentant de maîtriser la Nature et ses forces cachées, l'apprenti (même bien intentionné) peut, s'il manque de connaissances nécessaires, ou s'il est sans guide pour le conduire et le protéger en cas de danger, déclencher des pouvoirs et des énergies qu'il ne peut pas maîtriser : il devient lui-même l'esclave de cette nature qu'il cherchait à asservir. Dès lors, les risques sont grands d'un avilissement de l'être qui ne contrôle plus les phénomènes qui se manifestent malgré lui), ou même d'une chute dans la magie noire, ou sous l'influence de magiciens plus puissants que lui : l'apprenti sorcier risque en tout cas d'engendrer un lourd contentieux pour ses incarnations à venir.

On peut objecter à tout cela que, pour la plupart des gens poussés par la curiosité, il ne s'agirait pas de se lancer dans la magie mais bien plutôt de s'essayer à la télépathie, la clairvoyance ou la radiesthésie, voire la médiumnité (pour capter des messages par écriture automatique, ou par clairaudience),etc.

Le grand risque est de tomber dans la passivité et la fascination de l'émerveillement, devant les phénomènes insolites. À ce propos, Judge a de sages conseils dans ses Lettres (moteur de recherche interne aux mots suivants : Phénomènes, Pouvoirs, et Psychiques; voir, entre autres, la Lettre 5, vol.2).

Les Chapitres 16 et 17 de l'Océan de Théosophie sont également importants. Ce qui est dit de la médiumnité peut s'étendre à d'autres pouvoirs psychiques :

« La médiumnité est pleine de dangers car, actuellement, la partie astrale de l'homme n'agit d'une manière normale que lorsqu'elle est unie au corps ; dans un avenir éloigné elle fonctionnera normalement sans corps, comme elle le faisait dans un passé lointain. Devenir médium implique une désorganisation physiologique et une désorganisation du système nerveux, car c'est par le système nerveux que se fait l'union entre les deux mondes. Dès que la porte est ouverte, toutes les forces inconnues s'y précipitent ; et, comme la partie la plus grossière de la nature est celle qui est la plus proche de nous, c'est elle qui nous affecte le plus ; la nature inférieure est également la première à être affectée et enflammée, car les forces employées appartiennent à cette partie de notre être. Nous sommes alors à la merci des pensées viles de tous les hommes, et sujets à l'influence des coques du kama loka. Si l'on ajoute à cela l'exigence d'une rémunération pour l'exercice de la médiumnité, on encourt un danger supplémentaire, car les choses de l'esprit et celles ayant trait au monde astral ne doivent pas être vendues. C'est la grande plaie du spiritisme américain ; elle a avili et dégradé toute son histoire et, tant qu'elle n'aura pas disparu, aucun bien ne résultera de cette pratique ; ceux qui désirent entendre la vérité qui vient de l'autre monde devront se dévouer à la vérité en excluant toute considération pécuniaire.»

« Tenter d'acquérir l'usage des pouvoirs psychiques par simple curiosité, ou pour des fins égoïstes, est également dangereux, et pour les mêmes raisons que dans le cas de la médiumnité. Étant donné que la civilisation actuelle est égoïste au plus haut degré et basée sur l'aspect personnel, les règles pour développer ces pouvoirs de la bonne façon n'ont pas été données ; mais les Maîtres de Sagesse ont dit que la philosophie et l'éthique doivent d'abord être apprises et mises en pratique, avant de se permettre de développer ce qui appartient à l'autre domaine. »

« C'est pourquoi ceux qui possèdent toute la connaissance sur le monde psychique, ses habitants et ses lois, sont engagés dans la réalisation d'une réforme dans le domaine de la morale et de la philosophie, avant qu'une quelconque attention sérieuse soit accordée aux phénomènes étranges et séduisants que les pouvoirs intérieurs de l'homme rendent possibles.

«[...] la Loge [des Maîtres] espère que lors de la prochaine marée montante l'Occident aura acquis quelque connaissance réelle de la vraie philosophie concernant l'homme et la nature, et sera ainsi prêt à supporter que se soulève un peu plus le voile.»

Ainsi la Théosophie met en garde contre la tentation de stimuler des pouvoirs non encore éveillés naturellement, malgré toutes les publicités alléchantes trouvées dans les revues pour grand public, ou les librairies spécialisées dans l'occulte, invitant au développement intérieur, par des pratiques à domicile ou mieux, en séminaires, sous la direction de "maîtres" confirmés.

Remarque: Il ne faut pas confondre toutes ces recettes mirifiques, qui font de l'homme ordinaire "un clairvoyant en 20 leçons", avec ce qu'on trouve indiqué dans des livres vénérables comme les Yoga Sûtra de Patañjali, qui ont l'air de donner des recettes infaillibles pour développer des pouvoirs psychiques assez extraordinaires.

Voir, par exemple, quelques-unes des vibhuti, ou siddhi, évoquées dans le chapitre 3 de ces Sûtra, avec les techniques à employer :

  • 43. Par la concentration de son mental sur le corps humain dans ses relations avec l'air et l'espace, l'ascète est capable de changer à volonté la polarité de son corps et acquiert, en conséquence, le pouvoir de le libérer de la sujétion à la loi de gravitation.
  • 49. De cette manière s'éveillent chez l'ascète les pouvoirs de mouvoir son corps d'un endroit à un autre avec la rapidité de la pensée, d'étendre le champ d'opération de ses sens au delà des limites de l'espace ou des obstructions de la matière, et de changer à volonté la forme de n'importe quel objet naturel.
  • 46. Par l'acquisition de tels pouvoirs sur les éléments, il résulte pour l'ascète différentes Perfections, à savoir, le pouvoir de projeter son soi intérieur dans le plus petit atome, d'étendre son soi intérieur à la dimension de la plus grande forme, de rendre son corps matériel léger ou lourd à volonté, de donner une extension infinie à son corps astral ou à ses membres séparément, d'exercer une volonté irrésistible sur le mental des autres, d'obtenir la suprême excellence de son corps matériel et la capacité de préserver cette excellence une fois obtenue.

Il y en a pour tous les goûts : lévitation, pouvoirs pK et PSI sans limites, influence irrésistible sur les autres, perfection du corps, etc.

Le prix à payer découragerait cependant les plus gourmands de pouvoirs : une discipline spirituelle inflexible (décrite dans les 2 premiers Livres de sûtra) et l'obligation de renoncer d'avance à tout bénéfice personnel :

  • 38. Les pouvoirs décrits précédemment sont sujets à devenir des obstacles sur le chemin de la concentration parfaite, à cause de la possibilité de susciter l'émerveillement et par le plaisir que cet exercice procure. Mais ils ne sont pas des obstacles pour l'ascète qui est parfait dans la pratique prescrite.
  • 51. L'ascète qui acquiert l'indifférence même pour la dernière perfection mentionnée, par la destruction des derniers germes de désir, parvient à un état d'âme qui est appelé l'Isolement.

C'est la voie abrupte suivie par les vrais adeptes, ou maîtres de la Magie blanche.

haut de page

© 2009 - 2018 theosophie.fr - mentions légales - webmaster - Valid XHTML 1.0 Strict Valid CSS