aller au contenu|aller au menu principal|politique d'accessibilité

  • style par défaut de la page
  • visualiser cette page en noir sur blanc
  • visualiser cette page en blanc sur noir
  • Origine
  • W.Q. Judge
  • La confiance accordée par H.P. Blavatsky

imprimer cette pageenvoyer le lien vers cette page

Aperçus biographiques de William Q. Judge ( 1851 - 1896 ) (4)

4. La confiance accordée par H.P. Blavatsky

1. La création de la Section Ésotérique

En 1888, Judge fut nommé par le colonel Olcott Vice-Président de la Société Théosophique. Cette même année (le 9 octobre) H.P.B. annonçait la création, au sein de cette Société, d'une Section Ésotérique placée sous sa direction exclusive. Il s'agissait pour elle, après les expériences souvent décevantes des années passées, de réunir autour d'elle l'élite des membres désireux de « faire de la Théosophie un pouvoir vivant dans leur vie » , et mettre tout en œuvre pour la défendre et répandre ses doctrines, en unissant de leur mieux leurs efforts afin que l'entreprise du Mouvement théosophique ne se solde pas par un échec, mais se développe avec force pour demeurer vivante au 20e siècle. Liés par un serment solennel, les membres de cette Section, aidés d'Instructions ésotériques reçues sous le sceau du secret, avaient la possibilité de se préparer, par leurs propres efforts, à accéder progressivement au niveau de chélas (12), sous l'égide de H.P.B., l'agent direct des Maîtres dans la S.T.. Cette création ouvrait pour la collectivité internationale des théosophes une voie qui avait été jusqu'alors réservée à des individus isolés — tels que Jasper Niemand aux États-Unis — mais l'idée en avait été suggérée par Judge, témoin conscient des besoins profonds de beaucoup de ses compatriotes et des potentialités d'action efficace qu'ils offraient pour le Mouvement.

 

2. La place de Judge aux côtés de H.P.B.

Pour l'organisation pratique de cette Section, comme pour la rédaction des Règles prévues pour les membres (qui avait motivé le voyage de Judge à Londres, fin 1888), Mme Blavatsky avait pris l'aide de son collègue, en qui elle plaçait toute sa confiance. Elle fit d'ailleurs de lui son seul agent mandaté pour la Section Ésotérique en Amérique. Dans un document revêtu de son sceau, on peut lire :

« En tant que chef de la Section Ésotérique de la Société Théosophique, je déclare par la présente que W.Q. Judge de New York, en raison de sa qualité de chéla ayant treize années à son actif, et de la pleine confiance qui est placée en lui, est mon seul représentant pour cette Section en Amérique, qu'il constitue le seul canal par lequel seront envoyées et reçues toutes communications entre les membres de cette Section et moi-même, et qu'il y a lieu, sous ce rapport, de lui accorder entièrement foi, confiance et crédit.

Fait à Londres, ce quatorzième jour de décembre 1888, et dans la quatorzième année de la Société Théosophique ... " .

[Signé] H.P. Blavatsky

On entrevoit ici la qualité exceptionnelle des rapports unissant H.P.B. et son compagnon-disciple dans l'œuvre des Maîtres (13). Cette nouvelle responsabilité acceptée par Judge dans la Section Ésotérique n'allait pas manquer de lui créer un surcroît de travail — et de difficultés de la part de certains théosophes, envieux, hostiles ou ambitieux. Ce qui fournit à Mme Blavatsky l'occasion d'exprimer vigoureusement sa position par la voie d'une lettre à Judge qu'elle l'invita à faire connaître aux parties intéressées :

Londres, le 23 octobre 1889

« Celui (ou celle) qui s'imagine qu'en quelque circonstance que ce soit — provocation, bavardage, médisance, ou toute autre menée inventée par l'ennemi — H.P.B. ira jamais, serait-ce même en rêve, contre W.Q.J. ne connaît pas H.P.B. — même s'il (ou elle) connaît H.P. Blavatsky, ou pense la connaître (14). L'idée est absurde et ridicule. Si W.Q.J. s'agace d'une quelconque provocation plus longtemps que cinq minutes d'horloge, il n'est qu'un flapdoodle (15). H.P.B. donnerait 7 douzaines de Bridge, 77 douzaines de Noyes et toute la couvée ésotérique aux U.S.A. pour un seul W.Q.J. qui est une partie d'elle-même depuis plusieurs éons. Que ceux qui ont des oreilles entendent : quant aux sourds et aux aveugles, qu'ils se munissent de fausses oreilles et d'yeux de verre — ou disparaissent.

« La Section Ésotérique et sa vie aux États-Unis dépendent de ce que W.Q.J. demeure son agent et de ce qu'il est maintenant. Le jour où W.Q.J. donnera sa démission, H.P.B. sera virtuellement morte pour les Américains.

« W.Q.J. est l'Antaskarana [= l'organe vivant de communication consciente] entre les deux Manas, la pensée américaine et la pensée indienne — ou plutôt la Connaissance ésotérique trans-himalayenne.»
DIXI.

H.P.B. ...

P.S. — W.Q.J. ferait bien de montrer ceci à tous ceux qui peuvent être concernés, et le leur faire entrer dans la tête. »

Occupant un poste très en vue, à la fois dans la S.T. et dans sa Section Ésotérique, Judge allait être en butte à des attaques renouvelées. Celle du prof. E. Coues, signalée plus haut, émanait d'un scientifique de renom, dévoré par l'ambition du pouvoir dans la S.T.. Finalement expulsé de la Société, il décida de se venger par la voie de la presse en dénonçant l' « imposture » de Mme Blavatsky. Au bout de quelque temps cependant, l'affaire se retourna contre lui, comme on l'a vu.

 

3. Mme Blavatsky prend la défense de Judge

Malheureusement, ces attaques visant le grand théosophe américain allaient s'amplifier au point de provoquer une crise grave dans le monde théosophique — et la séparation de la Section Américaine du sein de la S.T. présidée par Olcott.

Déjà, dans ses dernières années, H.P.B. avait dû maintes fois prendre la défense de Judge. En particulier contre un autre ambitieux, Richard Harte, responsable temporaire à la direction du Theosophist à Adyar, qui profitait de sa position pour publier ses opinions hostiles. En réponse à une lettre condescendante, voire méprisante, à propos de Judge, H.P.B. précisait :

« [...] votre méchante accusation non théosophique — qui est aussi peu fondée qu'elle est non théosophique — tombe encore une fois complètement à faux en ce qui concerne la Section Ésotérique : Judge n'a jamais prêté serment, jamais signé quoi que ce soit; car, comme dans le cas d'Olcott, ma confiance en lui est suffisante pour me fier à lui sans aucun engagement sur l'honneur. Les nombreuses lettres que je reçois de véritables bons théosophes comme Buck, Mme Ver Planck [= Jasper Niemand], ne font pas ressortir leur ' dégoût ' de Judge. Mais elles me parlent assurément de vos avis indélicats publiés dans le Theosophist, et des avalanches de lettres dont vous les inondez.

Si la Section Américaine se sépare d'Adyar, ce sera votre œuvre.(16) »

D'autres que Richard Harte allaient se relayer pour rendre inévitable cette scission. Mais cette fois, l'hostilité viendrait de plus haut — de ceux qui, avec Judge, auraient dû maintenir l'union sacrée dans la S.T. après la mort de Mme Blavatsky, survenue à Londres le vendredi 8 mai 1891.

Notes

  • (12) Chéla : mot d'origine hindie, d'usage courant dans les milieux théosophiques pour désigner un disciple des Maîtres.
  • (13) Voir encore, dans le dernier des Cinq Messages aux Théosophes Américains, la profonde appréciation du travail et de la personne de Judge que Mme Blavatsky appelle (moins d'un mois avant sa mort) « mon plus vieil ami et collaborateur »  .
  • (14) Allusion à la différence essentielle entre le personnage historique — H.P. Blavatsky — connu du monde extérieur, et l'être réel — le grand disciple, en rapport constant avec les Maîtres — qui était à l'œuvre à l'intérieur de ce personnage — et que ses familiers désignaient par " H.P.B. " .
  • (15) « A flapdoodle » , expression familière de Mme Blavatsky : un personnage inconsistant et sans valeur.
  • (16) Lettre du 12 septembre 1889.

haut de page

© 2009 - 2018 theosophie.fr - mentions légales - webmaster - Valid XHTML 1.0 Strict Valid CSS