aller au contenu|aller au menu principal|politique d'accessibilité

  • style par défaut de la page
  • visualiser cette page en noir sur blanc
  • visualiser cette page en blanc sur noir
  • Origine
  • H.P.Blavatsky
  • L'impact de l'œuvre blavatskienne

imprimer cette pageenvoyer le lien vers cette page

Aperçus biographiques de H.P.Blavatsky (1831 - 1891) (3)

3. L'impact de l'œuvre blavatskienne

On a peine à se représenter aujourd'hui l'étendue de l'influence du mouvement théosophique à l'époque. Assurément, Mme Blavatsky n'est pas passée inaperçue, et le mot " Théosophie " a dû, à un moment ou à un autre, se trouver sur toutes les lèvres.

Acceptées ou rejetées, les idées allèrent leur chemin. L'histoire, qui par son usure rogne bien des détails, a reconnu l'effet catalytique indiscutable du mouvement dans le sens du rapprochement entre l'Orient et l'Occident. Mais son impact a dû largement dépasser ces limites. On peut s'en persuader en notant les noms de quelques personnalités qui ont été membres de la S.T., ou ont reconnu ce qu'elles devaient à Mme Blavatsky.

Quelques membres célèbres :

Thomas Edison (inventeur), William Crookes (chimiste et physicien), Camille Flammarion (astronome).

Dr Alexander Wilder et G.R.S. Mead (hellénistes), Charles Johnston (orientaliste), Révérend H. Sumangala (grand prêtre bouddhiste, de Ceylan).

Baron du Potet (spécialiste du magnétisme), Alexandre Aksakof (chancelier impérial de Russie).

A.O. Hume (fondateur de l'Indian National Congress),

Rudolf Steiner (fondateur de l'Anthroposophie),

W.B. Yeats et George Russell (littérateurs irlandais), Édouard Schuré (écrivain),

Piet Mondrian (peintre),

B.P. Wadia (fondateur de l'Indian Institute of World Culture).

Sans être affiliées à la S.T., beaucoup de personnalités l'ont approchée de près ou se sont inspirées des idées théosophiques.

On peut citer ainsi des artistes comme Kandinsky, Malevitch et Paul Klee, un musicien comme Scriabine et des littérateurs comme James Joyce, D.H. Lawrence, T.S. Eliot, Henry Miller.

À propos de Mme Blavatsky (dont il était en train de lire des livres mettant en relief la responsabilité de chaque individu), Miller a écrit :

« Je fus fasciné par ses yeux et j'eus d'elle une vision aussi complète que si elle s'était trouvée dans la pièce. Je ne sais pas si cela est en rapport avec ce qui s'est produit ensuite mais, dans un éclair, je compris que j'étais responsable de tout ce qui m'arrivait dans mon existence, quel que fût l'événement qui avait pu se produire. J'en accusais habituellement ma famille, la société, mon épouse... et ce jour-là, je découvris de manière très claire que je ne devais accuser personne d'autre que moi-même. J'en pris toute la responsabilité sur mes propres épaules et je m'en suis senti extraordinairement soulagé. À présent, je suis libre, et personne d'autre que moi n 'est responsable de ce qui m'arrive. »

Dans le domaine de la pensée orientale, il faut encore citer trois noms dont le témoignage indépendant confirme que Mme Blavatsky avait assimilé l'apport de l'Orient pour en tirer la quintessence :

Parlant de Mme Blavatsky, qu'il avait rencontrée à Londres où des théosophes lui avaient fait connaître la Bhagavad-Gîtâ (qu'il leur avoua à sa honte n'avoir jamais lue), M.K. Gandhi a rappelé à son biographe (Louis Fischer) qu'au début les chefs de file du Congrès étaient des théosophes, en ajoutant :

« La Théosophie est l'enseignement donné par Mme Blavatsky [...] C'est l'hindouisme dans ce qu'il a de meilleur ».

Et par deux fois il insista :

« La Théosophie, c 'est la fraternité des hommes ».

En commentant la Voix du Silence, le grand spécialiste du bouddhisme zen, D.T. Suzuki, a écrit :

« II ne fait aucun doute que Mme Blavatsky a été initiée, d'une manière ou d'une autre, à l'aspect le plus profond des enseignements du Mahâyâna et qu'elle a ensuite révélé ce qu'elle a jugé sage de donner au monde occidental sous le nom de Théosophie... Il ne fait aucun doute que le mouvement théosophique a fait connaître au grand public les doctrines essentielles du bouddhisme Mahâyâna, et l'intérêt qui se développe maintenant pour celui-ci en Occident a certainement été soutenu par la connaissance de la Théosophie... »

Selon le lama Kazi Dawa Samdup, premier traducteur du Livre des Morts tibétain :

« En dépit des critiques hostiles dirigées contre les oeuvres de H. P. Blavatsky, celles-ci renferment des indices probants adéquats révélant que leur auteur avait une connaissance intime des enseignements lamaïques supérieurs, auxquels elle prétendait avoir été initiée »

Dans un tout autre domaine, un dernier témoignage semble indiquer que la Doctrine Secrète a pu intéresser même des scientifiques modernes.

Dans les années 1960, une personne se présenta au Centre d'Adyar en précisant qu'elle ignorait tout de la Théosophie, et de la Société, mais qu'elle voulait absolument connaître cet endroit, vu que son oncle avait toujours sur son bureau un exemplaire de la Doctrine Secrète. Cet oncle n'était pas un inconnu : Albert Einstein.

Les éditeurs.

haut de page

© 2009 - 2017 theosophie.fr - mentions légales - webmaster - Valid XHTML 1.0 Strict Valid CSS